Le CAMP LUKBANYAI

Special report by Serge TREFEU (2008)

 

Dans les années 70, après avoir combattu dans toute la Thaïlande, Mister Pravit Tueryou (surnommé Paa Joe dans le milieu du muay) crée le Lukbanyai. Paa Joe est une  figure du muay, toujours orné d’un chapeau, il est l’âme vivante du Lukbanyai. Depuis 30 ans, Paa Joe a pris de l’âge mais le camp et son environnement n’ont pas trop changé…

Le camp est situé au sein d’un quartier tranquille de Bangkok dans un soi (ruelle) près de Suthisan Road (107/1 Soi Intramara 45 Suthisan). Il est au milieu d’un ensemble de maison mitoyenne qui forme un petit quartier à lui tout seul. Le camp possède deux entrées. La première entrée est pittoresque car on doit traverser une cour et le dessous des maisons voisines sur pilotis puis franchir un klong (canaux) sur un étroit pont en bois avant d’accéder au camp. La deuxième entrée est au bout d’un soï qui débouche sur le portail de l’entrée du camp.

 L’endroit n’est pas très grand mais bien aéré. Le camp dispose d’un ring, cinq sacs de frappes et des appareils de musculations très vétustes mais efficaces. Une vielle table en bois sert pour les traditionnelles massages effectué avant ou après l’entrainement. L’ambiance ici est sympa et familière. Seul bémol le klong (canal) près du camp qui dégage parfois une odeur nauséabonde. En face du ring, un bâtiment sert de dortoir aux boxeurs. En prolongement de la cour du camp se trouve la maison du maître des lieux, Paa Joe. Devant chez lui, Paa Joe c’est fait un petit jardin tropical dont il arrose les plantes avec soins tous les jours.

L’entrainement se fait le matin et l’après midi. Ici, c’est un entrainement de fond très physique qui ce fait sur la longueur. L’après midi, l’entrainement débute à 15 H pour finir à 19 H contrairement à beaucoup de camp qui termine plus vers 17H30/18H. La séance finale en corps à corps est très rude et les boxeurs doivent puiser au fond de leur énergie pour la terminer…

Depuis une dizaine d’année ce camp a axé son travail sur les poings, c’est un camp « Toy Mat » (travaille de poing). Une grande partie des boxeurs du Lukbanyai ont engrangé pas mal de victoire par K.O avec les poings. Parmi eux on peut citer le coriace Sanghiran qui a déjà gagné contre le grand puncheur Anuwat. Sanghiran fait d’ailleurs maintenant une carrière en anglaise et a décroché le titre intercontinental WBC en 122 lbs.

Une vingtaine de nakmuay dont trois filles s’entrainent quotidiennement ici. Ils sont encadrés par trois entraineurs tous ancien champion. L’un d’entre eux a même fait parti des troupes d’élites (commando de la marine) de l’armée thaïlandaise.

Depuis sa création pas mal de champion sont déjà sortis de ce camp tel Danchai (champion du Radja 1993), Sanghiran (actuel champion WBC Intercontinental d’anglaise, N° 9 au classement mondial WBC), Yodbuangarm (champion du Lumpinee, champion de Thailande, classé actuellement N° 3 en 130 lbs au Lumpinee) vainqueur de gros calibre comme Petchek Sitjopho, Orono Majestic et Attachaï, Sarawut (vainqueur de Ledsila, Captanken), Sanganan (N° 3 du stadium TV7 en 105 lbs en 2008), Anuntachai (N° 1 lumpinee en 2005). Et la perle du camp qui est Norasing, un surdoué du muay (champion du lumpinee 2006 et 2007 en 108 Lbs, Meilleur Boxeur du Lumpinee 2006, titre du Meilleur Boxeur de Thaïlande en 2007, actuel N° 1 du stadium TV7 et N° 6 du stadium Omnoï).

Entre autres le Lukbanyai a aussi été élu meilleur camp de Thaïlande en 2005 et 2006. Ce camp est vraiment renommé dans la capitale !

Très peu d’étranger viennent s’entrainer ici mais parfois on peut y croiser quelques japonais et mêmes des français. Yoann un français installé depuis de nombreuses années en Thaïlande a déjà combattu plusieurs fois pour le Lukbanyai. Aussi en 2007 des nakmuay français du Team Impacts Aquitaine sont restés un mois dans ce camp de référence.

Pour finir, l’ancienne Star des rings Dida Diafat a choisit ce camp pour réaliser les scènes principales de son film Chook Dee sortie en 2005. Bien sur, le camp a été réaménagé pour les besoins du film mais les boxeurs du Lukbanyai se souviennent avec sympathies et fiertés des moments de tournages qui ont eux lieux dans leurs camps…

lukbanyai (1)
lukbanyai (10)
lukbanyai (11)
lukbanyai (12)
lukbanyai (13)
lukbanyai (14)
lukbanyai (15)
lukbanyai (16)
lukbanyai (17)
lukbanyai (18)
lukbanyai (19)
lukbanyai (2)
lukbanyai (20)
lukbanyai (21)
lukbanyai (22)
lukbanyai (23)
lukbanyai (24)
lukbanyai (25)
lukbanyai (26)
lukbanyai (27)
lukbanyai (28)
lukbanyai (29)
lukbanyai (3)
lukbanyai (30)
lukbanyai (31)
lukbanyai (32)
lukbanyai (33)
lukbanyai (34)
lukbanyai (35)
lukbanyai (36)
lukbanyai (37)
lukbanyai (38)
lukbanyai (39)
lukbanyai (4)
lukbanyai (40)
lukbanyai (41)
lukbanyai (42)
lukbanyai (43)
lukbanyai (44)
lukbanyai (45)
lukbanyai (46)
lukbanyai (47)
lukbanyai (48)
lukbanyai (49)
lukbanyai (5)
lukbanyai (50)
lukbanyai (51)
lukbanyai (52)
lukbanyai (53)
lukbanyai (54)
lukbanyai (55)
lukbanyai (56)
lukbanyai (57)
lukbanyai (58)
lukbanyai (59)
lukbanyai (6)
lukbanyai (60)
lukbanyai (61)
lukbanyai (62)
lukbanyai (63)
lukbanyai (64)
lukbanyai (65)
lukbanyai (66)
lukbanyai (67)
lukbanyai (68)
lukbanyai (69)
lukbanyai (7)
lukbanyai (70)
lukbanyai (71)
lukbanyai (72)
lukbanyai (73)
lukbanyai (74)
lukbanyai (75)
lukbanyai (76)
lukbanyai (77)
lukbanyai (78)
lukbanyai (79)
lukbanyai (8)
lukbanyai (9)
01/79 
start stop bwd fwd