Boxe Thailandaise

  • Interview de Quentin Alhamdou

    by Nicholas Read (2019)


    L'ascension fulgurante d'un jeune champion Toulousain

     

     

    Bonjour Quentin, Merci de m’accorder cette interview pour le siteSiam Fight Mag.

    Tu vis à Toulouse et tu es sociétaire au club Royal Boxing Naresuan ?

    Bonjour Nicholas. Oui, je suis né et je vis à Toulouse. J'ai commencé la boxe au Royal Boxing et je n’ai pas bougé depuis...


    Tu es boxeur professionnel depuis combien de temps ?

    Je suis devenu boxeur professionnel en 2017

    Dans quelle catégorie tu boxes ?

    Je boxe en - 57 Kg. Je peux descendre jusqu’à 55 Kg, selon l’opportunité ou monter un peu plus. Mais ma catégorie habituelle c'est vraiment en – 57 Kg

    En 2017, tu es devenu champion de France de Muay Thai en – 57 Kg dans deux fédérations, la FFKMDA et l'AFMT en Professionnel, qu'est ce que tu as ressenti après avoir unifié les deux ceintures ?

    Franchement, j’étais très fier car pour une première année en professionnel je n'aurais pas pu espérer mieux. Surtout mon titre AFMT qui a été obtenu contre Hamza Merdi. A cette époque, il était plutôt bien coté. J'ai gagné les deux ceintures avant la limite. C'est donc encore plus gratifiant !

    Tu as commencé en quelle année le Muay Thai ?

    En 2011

    Comment tu as découvert le Royal Boxing Naresuan ?

    Par un ami, son frère était dans ce club. A l’époque, le Royal Boxing Naresuan était le club le plus titré à Toulouse. Alors, je suis allé essayer avec mon ami en question et j'ai bien accroché ce sport

    Est ce que tu connaissais les champions qui s’entraînaient dans ce club ?

    Pas avant d'être au club. Mais après un certain temps, j'ai fini par bien les connaître

    Tu as débuté directement par le Muay Thai ?

    J’ai fait un an de Taekwondo avant de commencer la boxe. Mais cela me manquait de ne pas me servir de mes poings, je trouvais ce sport pas assez complet...

    Qu'est qui t'a attiré vers cet Art martial Thaïlandais ?

    C’est le sport le plus complet debout et je ne suis vraiment pas attiré par les sports de combat au sol. Je me suis logiquement tourné vers le Muay Thaï. Même si à la base je voulais faire de la boxe sans vraiment savoir quel style de boxe. Je pense que je suis tout de suite tombé sur le sport qui me convenait


    Tu te souviens de ton premier entraînement ?

    Vaguement, je me rappelle juste que j’ai aimé le fait que l'on travaille toutes les parties du corps à chaque entraînement

    Après ton premier entraînement, est ce que tu pensais que tu allais un jour atteindre le niveau pour être prit dans l'équipe de France afin de la représenter au niveau mondial ?

    Franchement non. Je n’étais même pas sûr de pouvoir faire un jour de la compétition. Mais j’étais motivé et déterminé. C’est grâce à ma motivation que j'ai fini par atteindre ce niveau...

    Tu as intégré l'équipe de France en 2015 en classe B ?

    C'était la premier fois que tu combattais en international ?

    Oui et pour mes débuts à l’international mon objectif c’était juste de ne pas perdre mon premier combat. Mais au final, cela c'est mieux passé que mes espérances de base !

    Si mes souvenirs sont bons tu es devenu champion du Monde IFMA (International Federation of Muaythai Amateur) en Classe B ?

    Oui c'est exact, après quatre combats

    Qu'est ce que tu as ressenti lorsque tu es devenu champion du monde classe B ?

    J’étais très heureux. Car à la base, en partant en Thaïlande, je ne m’y attendais pas du tout. Et j’étais vraiment content de rendre fier mon entourage, mes coachs et tous ceux qui souhaitent ma réussite



    Tu peux nous expliquer qu'elle est la différence entre la classe A et la classe B en IFMA ?

    Déjà en classe A, on n'a pas de plastron de protection. Il y a un gros niveau aussi bien en classe B qu'en classe A. Mais comme pour

    le niveau national, le classe A IFMA est quand même à un niveau supérieur que celui du classe B

    Suite à ce résultat est ce que cela t'a ouvert des portes pour les galas ?

    Ou une reconnaissance médiatique ?

    Non pas du tout. D'ailleurs, peu importe les noms que j’ai boxé, il n’y a jamais eu les retombées médiatiques que j’espérais, malheureusement...

    En 2018, tu es devenu champion d'Europe IFMA Classe A ?

    Oui, exacte

     

    Pourrais tu nous raconter une petite anecdote avec l'équipe de France ?

    Il y en a pas mal. Le jour des finales à Prague, je venais de gagner la médaille d'or. J’étais très heureux. C’était la fin de la compétition. Nous étions avec l’équipe Turc, il y a eu une grosse ambiance pendant les 15 minutes de trajet du retour en bus. Tous le monde criaient et rigolaient. C’était une super ambiance, un bon souvenir !

    Quel a été le combat le plus dur que tu as fait en IFMA en Classe A et B ?

    En classe B, cela été ma demi-finale contre un Suédois. Et en classe A, au championnat d'Europe, ma finale contre un Russe qui était très fimeuu et solide

    En étant en équipe de France FFKMDA est ce que tu as un statut de sportif de haut niveau ?

    À vrai dire, je ne sais même pas, sûrement (Rire)

    Est ce que tu travailles ?

    Pour l’instant, je travaille en intérim. Cela me facilite pour mes préparations et mes entraînements. Car je peux m'arrêter de travailler quand je veux. Mais c'est usant à la longue. Je vais donc bientôt essayer de trouver quelque chose de plus stable...

     

    Quel est ton métier exactement ?

    À la base, j’ai un bac Pro en plomberie et clim. Mais cela ne m’a jamais plu. Alors, je travaille en intérim, un peu dans toute sorte de travail...

    Comment tu arrives à concilier ton travail avec le sport de haut niveau ?

    Comme je te l’ai dit, en étant intérimaire je peux faire mon propre programme, c’est l’avantage

    Revenons sur ton club, le Royal Boxing Naresuan, tu peux nous parler de ton entraîneur Gafary Boussari. (Ce qu'il t'apporte au niveau de la boxe, sa vision du combat, son coaching pendant les fights et durant les entraînements) ?

    Je dirais tout simplement qu’il me connaît par cœur. Ainsi que les autres boxeurs qui sont depuis longtemps au club. Il doit forcement bien nous connaître pour arriver à nous diriger mieux que personne lors des combats. Il sait ce qu'ils nous manquent pour pouvoir le travailler ensuite à l’entraînement


    Il y a quelques années, il y a eu le champion Kevin Renahy qui a intégré le club.

    Tu as tourné avec lui en sparring, il t'a donné des conseils ?

    Oui bien sûr. A vrai dire, il m’a beaucoup fait progresser sur le corps à corps avant mon départ pour la Thaïlande en 2015

    Tu as aussi Nasro Mokhtari dans ton club qui a aussi rejoint l'équipe de France de Muay Thai, il a boxé en Thaïlande et en chine, vous tournez ensemble ?

    Oui on tourne ensemble et c’est vrai que depuis quelques années nous sommes vraiment bien au niveau sparring entre les professionnels. Les nouveaux compétiteurs et les petits qui ont grandi commencent aussi vraiment à avoir du niveau. C’est une très bonne chose pour nous tous



    Est ce qu'il y a des champions d’aujourd’hui ou de l’époque qui t'ont inspiré dans ton style de boxe ?

    Je regarde beaucoup les boxeurs de ma catégorie des stadiums de Bangkok. Les Sangmanee, Superlek, Petch Utong, Muangthai, etc. Mais je ne ne pense pas qu'ils m'ont inspiré mon style de boxe. Après, tu es forcément influencé par ce que tu regardes. Mais je ne cherche pas à avoir le même style que mes boxeurs préférés. A chacun de développer son propre style...

    Combien as-tu de combat à ton actif ? (Toute discipline)

    J’ai 38 combats pour 32 victoires

    Qu'elle est la Technique que tu aimes placer en combat ?

    J'adore le Pam (Corps à corps), les genoux et les coudes

    Tu te considères plus comme un combattant

    Muay Khao (Fort en genoux),

    Muay Sok (Fort en coude),

    Muay Mat (Fort en poing),

    Muay Pam (Fort en projection),

    Fimeuu (Technicien),

    Muay Bouk (Combattant qui avance et encaisse) ?

    Muay Pam sans hésiter. Mais je travaille beaucoup plus la quantité de genoux plutôt que les projections

    Ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à aujourd'hui ?

    Ma demi-finale à l’IFMA en Thaïlande. C'était un combat super serré qui s'est joué au mental. Il y avait une ambiance de folie. Toute l’équipe m'a encouragé. C’était ma première expérience internationale, du coup j'ai kiffé !

    Tu es parti combien de fois en Thaïlande ?

    Une seule fois pour l'IFMA

    Tu t'es entraîné dans quel camp  ?

    Je n'ai fait aucun camp pour l’instant

    Dans quelques semaines, tu vas partir avec l'équipe de France pour faire les championnats du monde IFMA (Classe A) en Muay Thai à Bangkok.

    Tu peux nous parler de ta préparation pour cette grosse compétition ?

    J’avais fait une très grosse préparation, plus dur que d’habitude. Mais malheureusement une blessure à l’œil m’a empêché de partir. Je dois donc traiter ce problème pour le moment...



    Beaucoup de nakmuays qui partent s’entraîner en Thaïlande se plaignent de la chaleur et de l'humidité de l'air, ce n'est pas trop dur ou compliqué de boxer avec toutes les protections ?

    Oui c’est sûr qu’en Thaïlande avec les protections ce n'est pas le top. Après, il faut se dire que ton adversaire est dans le même cas que toi. Il faut s’adapter c’est tout

    Après la compétition, tu penses rester un peu plus longtemps en Thaïlande ?

    Pour t’entraîner ou pour visiter le pays ?

    En effet, j’aurais bien aimé. Malheureusement cela sera pour une prochaine fois

    Comment se fait-il que les organisateurs ne te contacte pas plus pour te faire combattre ?

    Je pense que le fait d’être dans le sud à Toulouse cela n’aide pas spécialement pour avoir des contacts auprès des gros organisateurs. La plupart sont sur Paris. Je pense qu'il y a un manque de visibilité à Toulouse pour ce qui est du Muay Thaï

    Tu as déjà combattu en K1, tu aimes cette forme de combat ?

    Oui j’ai déjà combattu en style K1. C’est différent du Muay Thai. Mais on peut prendre aussi du plaisir dans ce style de combat. Évidemment, cela ne vaut pas le Muay Thai car j'aime beaucoup le corps à corps

    Tu combats en K1 parce que tu manques de propositions en Muay Thai ?

    Oui, cette année mon seul combat de gala a été en K1...

     

    Si des promoteurs sont intéressés pour te faire boxer en Muay Thai ou en K1 dans leur organisation qui doivent ils contacter ?

    Mon coach Gafary Boussary et Boubacary Saounera, Minimomes prod sur facebook

    Quels sont les nakmuay Français que tu aimerais rencontrer en Muay Thai ?

    Tous les meilleurs de ma catégorie. Gebril Chaibi, Abdel Cheragi, Vatsana, Darren Rolland et pleins d'autres. Il y a pas mal de monde, il y a beaucoup de bonnes oppositions à faire à notre poids. Parce que je pense, sans me surestimer, au vu des titres que j’ai obtenu et de certains boxeurs que j'ai battu, je peux prétendre affronter les tops Français de ma catégorie

    Et je te pose la même question pour un nakmuay Thaïlandais ?

    Franchement, pour ceux que je connais, je ne pense pas être au niveau pour l’instant. Pourquoi pas d'ici quelques années...

    Tu veux ajouter quelques choses ?

    Je pense que l’essentiel a été dit. Merci à toi pour cette interview

    Merci beaucoup pour cette interview et bonne chance pour ton prochain Championnat du Monde IFMA !

    QUENTIN ALHAMDOU




    Date de naissance :
    31 décembre 1993

    Poids :57 Kg

    Hauteur : 1m73

    Nombre de combat :38. 32 victoires (9 KO). 6 défaites. (Pro8 combats, 8 Victoires, 4 KO)

    Titre :

    Champion d'Europe IFMA Classe A (Elite) (2018),

    Champion de France Pro FFKMDA (2018),

    Champion de France Pro FFKMDA (2017),

    Champion de France Pro AFMT (2017),

    Champion de France FFKMDA Classe A Amateur (2016),

    Champion de France Classe B AFMT (2016),

    Champion du monde IFMA Classe B (2015),

    Champion de France FFKMDA Classe A Amateur (2015)

    Team : ROYAL BOXING NARESUAN

     

     

  • LES COMBATS D'ANTHOLOGIE

    DE L'ÂGE D'OR DU MUAY THAÏ

    (CHAPITRE I)

    by Serge TRÉFEU (2019)

     

     

     

    L'âge d'or du Muay Thaien Thaïlande se situe entre la fin des années 80 et la fin des années 90. Une période où il y a eu le plus grands nombres de légendes des rings qui se sont rencontrées dans des matchs d'anthologies. Des promotions qui ont souvent été organisées par le promoteur N° 1 de l'époque M. Songchaï Ratanasuban !

     

    CHAPITRE I

     

    Anantasak Phanyutaphum

    อนันตศักดิ์ พันธุ์ยุทธภูมิ

    Date de naissance : 7 août 1973

    Ville de naissance :Khwao Sinarin dans la province de Surin (Région Nord-Est)

    Team : Phanyutaphum Gym

    Titre :Champion d'Omnoï en 126 lbs (1997), Vainqueur du tournoi Isuzu en 126 lbs (1997), champion du monde en 126 lbs

    Adversaires qu'il a battu :Jaewveha Luktapfah, Tabtimsiam Por Nitiwat, Singdam Or Okrit (KO), Daraeak Sitrungsab (KO), Padejseuk Keatsamran, Dokmaipa Por Pongsawang (KO), Saychon Pichitsuk (KO), Manpachai Singmanasak, Neungsiam Kiatvichan, Saenklai Sitkruhot, Kaengkat Kietkamton, Changnoi Srimongkol , Watcharalek Wongweanyai Plaza (KO), Muengfahlek Kiatvichan, Kukrit Sor Nayayarm (KO), Yodkhunpol Sittripoom (KO), Ithidet Sor Boonya, Komkiet Sor Thanikul

    Signe Particulier :Anantasak de son vrai nom Sutthisak Samaksaman a débuté la boxe à neuf ans. Il a commencé à combattre sous le nom de « Anantasak Satawut » dans un petit camp de la région de Surin. Puis, lorsqu'il a intégré le camp Phanyutaphum à Samut Prakarn, une ville située à 30 Km de Bangkok, il a prit le nom de « Anantasak Phanyutaphum ».

    Le Phanyutaphum Gym de M. Yuthaphum Chaengphona était l'un des camps les plus réputés des années 90, le camp comprenait des champions tels que Rungpichit Phanyutaphum, Singnoï Phanyutaphum, Kongphan Phanyutaphum, M-16 Bor Kor Sor, Charnyuth Bor Kor Sor, Amnuayporn Bor Kor Sor et Anantasak Phanyutaphum.

    Anantasak était un redoutable combattant très technique dont la spécialité était les coups de coude. Son surnom de combattant était « Sokwan » (Le coup de coude comme une hache).

    Anantasak a remporté son premier titre, une ceinture de champion du monde en 126 lbs contre Saenklai Sitkruhot. Puis, en 1997, il a gagné le célèbre tournoi Isuzu au stadium d'Omnoï et la ceinture du stadium d'Omnoï en 126 lbs en battant Singdam Or Okrit. Anantasak a vaincu trois fois Singdam dont deux fois par KO (1 arrêt de l'arbitre, 1 KO).

    L'un de ses combats les plus durs a été contre Jaewveha Luktapfah au stadium du Lumpinee, un match dans lequel les deux boxeurs ont fini la tête ensanglantée avec chacun des ouvertures aux visages dû aux coups de coude.

    Anantasak était aussi un redoutable puncheur, il a terrassé bon nombres de ses adversaires avec ses poings. Il a d'ailleurs fait une belle carrière en boxe anglaise avec une médaille d'or amateur à la King Cup et une médaille d'argent amateur aux Jeux Asiatiques. En professionnel, il a fait sept combats avec six victoires et remporté le titre PABA en super-plume en 2005.

    En 1997, Anantasak a reçu le précieux trophée de « Meilleur boxeur de l'année » par la prestigieuse institution « The Sport Writers Association of Thailand ».

    Après sa carrière, Anantasak a été entraîneur de boxe à l'armée avec le grade de Sergent Major.

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDaraeak Sitrungsab(Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Anantasak)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsDokmaipa Por Pongsawang(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Anantasak par KO)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsSingdam Or Okrit(Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Anantasak par arrêt de l'arbitre)

     

    Anantasak Phanyutaphum vsTabtimsiam Por Nitiwat(Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Anantasak)

     

    Boonlay Sor Thanikul

    บุญหลาย ส.ธนิกุล

    Date de naissance :1970

    Ville de naissance :Chachoengsao (Région Centre)

    Team : Sor Thanikul Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 115 lbs (1992), Champion du Lumpinee en 122 lbs (1994)

    Adversaires qu'il a battu :Jongsanan Fairtex, Chatchai Paiseethong, Karuhat Sor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee (KO), Superlek Sor Isaan, Oley Kiatoneway, Chamophet Ha Phalang, Jaroensap Kiatbanchong, Langsuan Phayutaphum, Wangchannoi Sor Palangchai, Cherry Sor Wanich, Namkabuan Nongkee Pahuyut,Nungubon Sitlerchai

    Signe Particulier :Boonlaya une sœur et un frère jumeaux. Son frère fut un très grand champion qui se nommait Boonlung qui est malheureusement décédé dans un accident de voiture.

    A 13 ans,Boonlayintègre le célèbre camp Sor Ploenchit. Pendant deux ans il combat pour le Sor Ploenchit. Puis, avec son frère, ils partent au camp Sor Thanikul. Boonlay va faire toute sa carrière au Sor Thanikul. Une usine à champion où il y avait les champions Chalonsak, Sombat, Colalek, Samingnoi, Banklanoi, Lom Issan, Prathet, Praptoranee, Khomkiat, Kompetch, Saohin, Kitty, Youssop, Daris, Phansaklek, Phayapnoi, Dieselnoi.

    Boonlay a gagné sa première ceinture du Lumpinee en 115 lbs contre Langsuan Phayutaphum en 1992, ensuite il a remporté la ceinture du Lumpinee en 122 lbs contre Wangchannoi Sor Palangchai en 1994, un titre qu'il a défendu victorieusement contre Oley Kiatoneway. Son nombre de combats est incroyable, il a fait 400 combats pour 300 victoires et 5 nuls, un véritable record.

    Boonlay « Le Méritant » était un technicien exceptionnel, l'un des meilleurs de sa génération. Boonlay Sor Thanikul et Boonlung Sor Thanikul ont été les jumeaux les plus célèbres dans l’histoire du Muay Thai, ces superbes champions ont représenté le camp Sor Thanikul pendant de longues années.

    Boonlay a créé son propre camp qui se nomme le Sor Korpilap, un petit camp ouvert depuis 2010. Le camp est situé au Soï 93 de Sukhumvit Road à Bangkok, dans le même quartier que son ancien camp le Sor Thanikul.

     

    BoonlaySor ThanikulvsOley Kiatoneway(Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay pour la ceinture du Lumpinee)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Superlek Sor Isaan (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Karuhat Sor Supawan (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Chamophet Ha Phalang (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Boonlay)

     

    BoonlaySor Thanikul vs Lamnamoon Sor Sumalee (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Boonlay par KO)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jongsanan Fairtex (Stadium du Lumpinee, victoire de Boonlay)

     

    Boonlay Sor Thanikul vs Jaroensap Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Boonlay)

     

    Chamophet Ha Phalang

    ฉมวกเพชร ห้าพลัง

    Date de naissance : 7 octobre 1962

    Ville de naissance :Chonburi (Région Centre)

    Team : Ha Phalang Gym

    Titre : Champion du Lumpinee en 102 lbs (1980), Champion du Radja en 104 lbs (1980), Champion du Lumpinee en 108 lbs (1981), Champion du Lumpinee en 112 lbs (1982), Champion du Lumpinee en 118 lbs (1983), Champion du Radja en 122 lbs (1989, 1994), Champion du Radja en 126 lbs (1990, 1994)

    Adversaires qu'il a battu : Samarth Payakaroon, Sangtiennoi Sor Rungroj, Kiophit Chuwattana, Narak Sipkraysi, Kongtoranee Payakaroon, Sonsean Sitnoenpayoon, Wanpichit Keannorasing, Jack Kiatniwat, Paydeang Leusakyim, Chaydet Kietkangsing, Jamphatong Nontachai, Samransak Muangsurin, Manasak Sor Ploenchit, Chanchai Sor Thamrangsi, Oley Kiatoneway, Paruhatlek Sitchunthong, Langsuan Phanyuthapum

    Signe Particulier : Son nom de naissance est Vichein Butdee. A15 ans,Chamophet est parti à Bangkok dans le camp Sor Sirinant et il a terminé sa carrière au camp Ha Phalang avec son camarade d’entraînement le légendaire Dieselnoi Chor Thanasukarn.

    Durant sa carrière,Chamopheta effectué 250 combats avec 200 victoires, 48 défaites et 2 nuls. Ce grand champion est l'un des rares boxeurs de l'histoire à avoir remporté 9 ceintures des deux plus prestigieux stadium de Bangkok, le Lumpinee et le Ratchadamnoen.

    A seulement 18 ans, il était déjà champion du Lumpinee. Sa première ceinture du Lumpinee en 102 lbs, il l'a gagné en 1980 contre le légendaire Samart Payakaroon,Chamophet a affronté trois fois Samart Payakaroon, il n'a battu qu'une fois la star des rings.

    La même année, il a gagné la ceinture du Ratchadamnoen en 104 lbs contre Kiophit Chuwattana. En 1981, la ceinture du Lumpinee en 108 lbs contre Narak Sipkraysi. En 1982, la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre Kongtoranee Payakaroon. En 1983, la ceinture du Lumpinee en 118 lbs contre Sonsean Sitnoenpayoon. En 1989, la ceinture du Ratchadamnoen en 122 lbs contre Wanpichit Keannorasing. En 1990, la ceinture du Ratchadamnoen en 126 lbs contre Jack Kiatniwat. En 1994, de nouveau la ceinture du Ratchadamnoen en 122 lbs contre Paydeang Leusakyim. Et sa dernière ceinture, en 1994, la ceinture du Ratchadamnoen en 126 lbs, il l'a gagnée contre Chaydet Kietkangsing.

    Surnommé "Khun Khao Compiuter" (Le coup de genoux informatique), c'était un grand combattant qui maîtrisait les coups de genoux à la perfection. Ses techniques en anglaise étaient aussi redoutées par ses adversaires. Il a d'ailleurs été 6 fois champion d'Asie PABA en boxe anglaise professionnelle (10 victoires, 1 défaite).

    En 1985, Chamophet a été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Chamophet a monté son propre club au Japon et enseigne aujourd’hui son savoir aux japonais.

     

    Chamophet Ha Phalang vs Samransak Muangsurin (Stadium du Lumpinee, victoire de Chamophet)

     

    Chamophet Ha Phalang vs Oley Kiatoneway (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Chamophet par KO)

     

    Chamophet Ha Phalang vsChaydet Kietkangsing (Stadium du Radja 1994, victoire de Chamophet)

     

    Cherry Sor Wanich

    เชอรี่ ส.วานิช

    Date de naissance :30 juin 1969

    Ville de naissance : Nong Ruea dans la province de Khon Kaen (Région Nord-Est)

    Team : Sor Wanich Gym

    Titre :Champion du Lumpinee 130 lbs (1988), Champion du Monde en 130 lbs (1989)

    Adversaires qu'il a battu :Samransak Muangsurin, Nampon Nong Kee Pahuyuth, Saencheung Pinsinchaï, Superlek Sor Isaan (KO), Thedkiet Sitthepikat, Jaroenthong Kiatbanchong, Orono Por Muang Ubon, Buakaw Por Pisichet, Chodhoi Chuchokchaï, Boonchaï Huasaïgym

    Signe Particulier :Son surnom de combattant était « Khun Khao Chalamdam » (Le coup de genoux du requin noir) car c'était un formidable « Muay Khao » (Fort en genoux).

    Cherry a représenté le camp Sor Wanich pendant toute sa carrière. Le camp Sor Wanich, créé par M. Suda Wanich, se trouvait à Chonburi, un camp qui comprenait des champions tels que Anajak Sor Wanich, Changnoï Sor Wanich, Mikael Sor Sukonthip (Le camp Sor Wanich portait aussi le nom de Sor Sukonthip).

    Cherry a remporté la ceinture du Lumpinee en 130 lbs en 1988 contre Saencheung Pinsinchaï, une ceinture qu'il a conservé durant quatre ans, il a perdu sa ceinture face à la starNamkabuan. A sa grande époque, Cherry a remporté des bourses de 150 000 bahts, sa plus grosse bourse a été de 250 000 bahts.

    Cherry a rencontré cinq fois le grand champion Nampon (Frère du champion Namkabuan) Nong Kee Pahuyuth avec deux victoires et trois matchs nuls, il a affronté également quatre fois la terreur Superlek Sor Isaan avec deux victoires et deux défaites.

    Le 31 décembre 1988, à Paris, à la Halle Carpentier, Cherry a affronté dans un combat spécial deux grands champions français de l'époque, Jo Prestia et Joël Cesar. Le thaïlandais qui pesait 62 Kg a d'abord battu Jo Prestia (65 Kg) aux points en trois round. Puis, il a enchaîné les deux derniers round avec Joël Cesar (63 Kg) qu'il a battu aux points. Le combat était retransmis en direct sur une chaîne TV Thaïlandaise.

    En 1989, son combat contre Jareonthong Kiatbanchong a été élu « Meilleur combat de l'année ».

    Cherry a aussi affronté deux fois le puncheur Ramon « Diamond » Dekkers, le hollandais a battu le thaïlandais par KO en 1990 à Amsterdam. Et Cherry a battu aux point le hollandais en 1995 à Bangkok.

    Après sa carrière Cherry a été garde du corps de personnalité en Chine à Macao pendant plusieurs années.

     

    Cherry Sor Wanich vs Jo Prestia et Joël Cesar (Paris Stade Hall Carpentier 1988, victoire de Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Jareonthong Kiatbanchong (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Cherry)

     

    Cherry Sor Wanich vs Buakaw Por Pisitchet (Stadium du Radja 1993, victoire de Cherry)

     

    Coban Lookchaomaesaitong

    โคบาล ลูกเจ้าแม่ไทรทอง

    Date de naissance : 4 août 1966

    Ville de naissance :Puttaisong dans la province de Buriram (Région Nord-Est)

    Team : Lookchaomaesaitong Gym

    Titre : Champion du Lumpinee en 130 lbs (1985), Champion du Lumpinee en 140 lbs (1990), Champion du Monde en 140 lbs (1990, 1991, 1992)

    Adversaires qu'il a battu : Noppadet Sorsamroeng, Samransak Muangsurin (KO), Orono Por Muang Ubon, Ban Don Sitbang Ratjan, Superlek Sor Isaan, Falannoy Kietanan (KO),Sornarin Wennakornpatom (KO), Palannoi Kiatanan (KO), Barndon Sitbangprachan (KO)

    Signe Particulier : Coban de son vrai nom Banlu Anwiset, est né à Puttaisong, un village près de la ville de Buriram dans la région nord-est. Très pauvre, il commence sa formation au Muay Thai à 11 ans, chez lui, en tapant dans un sac de riz suspendu à un arbre avec des bandages à la main en fil de ver à soie. Puis, il intègre le camp Soh Samrung, un petit camp dans son village.

    Ensuite, à 13 ans, il va au camp Lookchaomaesaitong dans la ville de Buriram où il restera pendant près de 10 ans. Lorsque le camp ferme, il part à Bangkok pour s’entraîner au camp Khiet Ban Chong et terminera sa carrière dans le célèbre camp Muang Surin.

    Son nombre de combats est de 270 avec 250 victoires dont 90 remportées par KO et 20 défaites.

    A 19 ans, en 1985, il remporte son premier titre de champion du Lumpinee. En 1990, il gagne un deuxième titre du Lumpinee, la même année, il remporte deux titres de champion du Monde, un en Hollande et un autre en France.

    En 1991, il va gagner trois titres de champion du Monde, le premier à Bangkok au Lumpinee, le second en Angleterre et enfin le dernier en Australie. En 1992, il a gagne encore une ceinture de champion du monde en Thaïlande contre Ramon Dekkers.

    Son surnom de combattant, Coban, lui a été donné par l'un de ses professeurs de collège. Parce que lorsqu'il était enfant il s'occupait de buffles. Le buffle en thaïlandais se dit « Cowaï », et son nom de naissance est Banlu, alors son professeur a combiné les deux noms pour donné Coban.

    Et il a bien porté son nom car c'était un véritable « Buffle » sur le ring. Sa puissance de frappe était phénoménale. Avec son menton en acier c’était aussi un incroyable encaisseur. Tous les boxeurs qui ont affronté « The Crusher » (Le Broyeur) se souviennent forcément de leurs combats face à ce broyeur d’os.

    Coban est l’un des plus gros puncheurs de l’histoire du Muay Thai, s’est une légende des rings en Thaïlande. Il a remporté 90 victoires par KO sur ses 270 combats, il a battu par KO des champions comme Sornarin Wennakornpatom, Palannoi Kiatanan, Barndon Sitbangprachan (Pour la ceinture du Lumpinee en 135 lbs) ainsi que des champions étrangers tels que Tommy Van Der Berg, Hector Pena, Joe Villa, Sul Auc. Coban est l'un des rares à avoir battu deux fois par KO le terrible Samransak Muangsurin et il est le seul, dans les années 90, qui a battu par KO au 1er round le légendaire champion hollandais Ramon Dekkers, la terreur des rings de l’époque (2 victoires pour Coban dont une par KO, 2 victoires pour Ramon dont une par KO). Coban a aussi battu des champions étrangers comme Dany Bill, Dida Diafat (2 fois), Tommy Van de Berg (KO), Joao Viera, Hector Pena (KO).

    Coban, le Taureau des rings, a marqué son empreinte à jamais dans l’histoire du Muay Thai. Il est désormais installé aux États-Unis où il enseigne dans son club à New-York.

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Samransak Muangsurin (Stadium du Lumpinee 1991, victoire de Coban par KO)

     

    Coban Lookchaomaesaitong vs Dany Bill (Stadium du Lumpinee 1994, victoire de Coban)

     

    Jaroensap Kiatbanchong

    เจริญทรัพย์ เกียรติบ้านช่อง

    Date de naissance :29 septembre 1971

    Ville de naissance :Thungsong dans la province de Nakhon Si Thamarat(Région Sud)

    Team :Kiatbanchong Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs (1991), Champion du Lumpinee en 115 lbs (1992)

    Adversaires qu'il a battu : Langsuan Phayutaphum (KO),Nungubon Sitlerchai, Hippy Singmanee (KO),Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Kaensak Sor Ploenchit,Lakhin Wassantasit, Petchruang Or Bonchay, Petchsila Chor Sampithong, Duangsompong Por Pongsawang, Poemsak Buntawee, Kasemlek Keatsiri

    Signe Particulier :Jaroensap vient de la même région que ses camarades Jaroenthong et Oley, Thungsong dans le sud du pays. Jaroensap a représenté pendant toute sa carrière le célèbre camp Kiatbanchong à Bangkok aux côtés des champions Jaroenthong, Oley,Jokapop, Padmadep, Samranthong.

    Jaroensap a remporté sa première ceinture du Lumpinee au début des années 90, la ceinture du Lumpinee en 112 lbs. Ensuite, le 7 août 1992, il a battu le légendaire Langsuan Phayutaphum par KO pour la ceinture du Lumpinee en 115 lbs. Jaroensap avait déjà battu aux points le redoutable Langsuan en 1990. Jaroensap a défendu avec succès sa ceinture en 115 lbs contre le grand champion Kaensak Sor Ploenchit, le 4 décembre 1992. Jaroensap a perdu sa ceinture en 115 lbs contre le roi des coups de genoux de l'époque, Lamnamoon Sor Sumalee, au stadium du Lumpinee, le 30 avril 1993.

    Surnommé Jayphet (Le cœur de diamant), Jaroensap était un superbe Fimeuu (Technicien) qui a marqué les années 90 avec ses magnifiques combats face aux meilleurs du moment.

    En 1992,Jaroensap a été élu« Meilleur boxeur de l'année » par « l'Association des journalistes sportifs de Thaïlande » (The Sport Writers Association of Thailand).

    Jaroensap a maintenant son propre camp, le Jareonsap Muay Thai Gym qui est situé à Pathum Thani juste après l'ancien aéroport de Bangkok. Jaroensap entraîne notamment son fils et d'autres bons boxeurs. Son fils porte le nom de combattant de « Fourwill Sitjaroensap », il combat régulièrement dans les stadiums du Lumpinee et du Radja. En 2018, il a remporté la ceinture True4U en 108 lbs.

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Langsuan Phayutaphum (Stadium du Lumpinee, victoire deJaroensap par KO pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vsNungubon Sitlerchai Lumpinee (Stadium du Lumpinee 1992, victoire deJaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Lakhin Wasantasit (Stadium du Radja 1993, victoire de Jaroensap)

     

    Jaroensap Kiatbanchong vs Pongsiri Rambo Por Rumrudee (Stadium du Lumpinee, victoire de Jaroensap)

      

    Jaroenthong Kiatbanchong

    เจริญทอง เกียรติบ้านช่อง

    Date de naissance : 11 juin 1968

    Ville de naissance :Thung Yai, un village situé dans la province de Nakhon Si Tammarat (Région Sud)

    Team : Kiatbanchong Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 115 lbs (1988), Champion du Lumpinee en 126 lbs (1988), Champion du Lumpinee en 135 lbs (1993), Champion du Monde WMC en 135 lbs (1993)

    Adversaires qu'il a battu :NamponNong Kee Pahuyuth, Chamophet Ha Phalang, Wangchanoi Sor Palangchai, Panomtuanlek Ha Phalang, Phetdam Lukborai, Payanoi Sor Thasanee, Samransak Muangsurin, Therdkiet Sitepitak, Cherry Sor Wanich, Superlek Sor Isaan, Saencheng Pinsinchai, Rajasak Sor Vorapin, Nopadet Narumon, Chanchaï Sor Thamrangsee

    Signe Particulier :Jaroenthongde son vrai nomJaroen Chumaneeest issu d'une grande famille de neuf enfants dont il est le septième enfants de la famille.Son grand frère,Chalamthong Kiatbanchong était un bon combattant et son petit frère Samranthong Kiatbanchong fut un très grand champion. Malheureusement Samranthong est mort tragiquement, en 2008, dans un accident de la route, il avait 37 ans.

    Jaroenthong a effectué toute sa carrière dans le célèbre camp Kiatbanchong. A l'époque, le Kiatbanchong de Bangkok était l'un des camps les plus réputés du pays, il y avait des grands champions tels que Oley, Samranthong, Jareonsap, Isara et Wangchanoi.

    En 1988, Jaroenthong a gagné sa première ceinture du Lumpineeen 115 lbs contre Payanoi Sor Thasanee. Ensuite, il est monté de catégorie et a remporté la ceinture du Lumpinee en 126 lbs contre le puncheur Samransak Muangsurin. Il a gagné sa troisième ceinture du Lumpinee contre le redoutable Therdkiet Sitepitak, la ceinture du Lumpinee en 135 lbs.

    En1993, à l'anniversaire du Roi, il a vaincu le grand Ramon Dekkers et gagné la ceinture de champion du Monde WMC en 135 lbs.

    Le palmarès de Jaroenthong est de 151 combats pour 120 victoires, 29 défaites et 2 matchs nuls.

    Son style de boxe était technique et il avait une boxe intelligente. De plus, il était très bon avec ses poings car il a souvent combattu en boxe anglaise. En boxe anglaise, Jaroenthong a remporté la Médaille d'Or aux Jeux Internationaux à Surathani et la Médaille de Bronze à la Coupe du Roi.

    Son combat le plus dur a été face au légendaire Samart Payakaroon qui l'a battu par KO.

    Sa meilleur bourse, il l'a touché pour son combat contre le grand champion Saencheng Pinsinchai, une bourse de 250 000 bahts.

    Jaroenthong était un magnifique combattant, un boxeur qui maîtrisait l'art de l'esquive. Ce grand champion a souvent fait des combats durs contre des champions qu'il a affronté plusieurs fois comme Nampon (6 fois), Cherry (6 fois), Phetdam (6 fois), Superlek (4 fois), Therdkiet (3 fois) et Radjasak (3 fois).

    Ce formidable champion a aussi battu les redoutables Hollandais Ramon Dekkers, Tommy Vanderberg et André Masseur (KO).

    Jaroenthong après sa carrière de boxeur a créé son camp qui est maintenant célèbre à Bangkok, le Jaroenthong Gym. Il est situé dans le quartier de Wang Thong Lang.

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChamophet Ha Phalang (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsRajasak Sor Vorapin (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jareonthong)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vs Nampon Nong Kee Pahuyuth (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong. Vidéo en deux parties)

     

    Jareonthong Kiatbanchong vsChanchaï Sor Thamrangsee (Stadium du Lumpinee, victoire de Jareonthong)

      

    Jongsanan Fairtex

    จงสนั่น แฟร์เท็กซ์

    จงสนั่น ลูกคลองบางแก้ว

    Date de naissance :24 juillet 1974

    Ville de naissance :Nong Bua Daeng dans la province de Chaiyaphum(Région Nord-Est)

    Team : Fairtex Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 126 lbs (1992), Champion du Monde IKKC en 147 lbs (2004), Champion du Monde ISKA en 147 lbs (2005)

    Adversaires qu'il a battu : Nuathoranee War Tweekeat,Therdkiet Sitthepitak, Superlek Sor Isaan,Pairoj Wor Wolapon, Phetdam Lookprabat (KO), Sakmongkol Sitchuchoke (KO), Cherry Sor Wanich, Panomrunglek Chor Sawad, Sangtiennoi Sor Rungroj, Dokmaipa Por Pongsawang

    Signe Particulier : Jongsanan de son vrai nom Anucha Chaiyasen est né dans une famille d'agriculteur très pauvre, dans un village de la province de Chaiyaphum où il n'y avait pas d'eau courante ni d'électricité. Il a débuté la boxe à l'âge de onze ans, il a d'abord combattu dans les foires de village de sa région natale.

    A 16 ans, il a intégré le fameux camp Fairtex à Bangkok, un camp qu'il a représenté pendant presque toute sa carrière en Thaïlande. Un camp qui avait ouvert en 1975 à Bangkok dans le quartier de Bangplee et qui était à l'époque des années 80 et 90 l'un des plus luxueux du pays. Le camp Fairtex appartenait au richissime M. Bunjong Busarakamwong appelé Philippe Wong, ce millionnaire possédait plusieurs voitures Rolls-Royce qu'il garait dans un garage près du camp Fairtex. Le Fairtex Gym comprenait des champions tels que Boonkerd Fairtex (Champion du Lumpinee, champion du Radja), Yoknoi Fairtex (Champion du Lumpinee), Fahsritong Fairtex (Champion du Radja), Neungsiam Fairtex (Champion du Lumpinee) et Jongsanan Fairtex (Champion du Lumpinee).

    Surnommé « Manutmay » (L'homme de bois), Jongsanan était un combattant dur au mal et puissant.

    Le 21 février 1992, il a gagné la ceinture de champion du Lumpinee en 126 lbs contre Therdkiet Sitthepitak, une ceinture qu'il a défendu victorieusement contre Superlek Sor Isaan.

    Jongsanan a fait beaucoup de grands combats notamment contreSakmongkol Sitchuchoke qu'il a rencontré sept fois.Jongsanan a battuSakmongkolquatre fois dont deux foispar KO. Et Sakmongkol a remporté trois matchs dont deux par KO.En 1993, leur combat a été élu « Meilleur combat de l'année » au Lumpinee.

    Jongsanan Fairtex est parti en 1998 aux États-Unis pour faire une seconde carrière jusqu'en 2005, il a remporté deux titres de champions du monde lors de sa nouvelle carrière à l'étranger.

    Jongsanan est aujourd'hui entraîneur aux États-Unis à San Fransico au Fairtex Gym, un club qui est très connu dans le pays.

     

    Jongsanan Fairtex vs Superlek Sor Isaan(Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jongsanan pour la ceinture du Lumpinee)

     

    Jongsanan Fairtex vsPanomrunglek Chor Sawad (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Jongsanan)

     

    Jongsanan Fairtex vsPairoj Wor Wolapon (Stadium du Lumpinee 1995, victoire de Jongsanan)

     

    Kaensak Sor Ploenchit

    แก่นศักดิ์ ส.เพลินจิต

    Date de naissance : 8 avril 1971

    Ville de naissance :Samut Prakarn (Région Centre)

    Team : Sor Ploenchit Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs (1989), Champion du Radja en 112 lbs (1989), Champion du Monde WCK en 140 lbs (2000), Champion du Monde IKKC en 140 lbs (2000)

    Adversaires qu'il a battu :Neungubon Sitlerchai, KaruhatSor Supawan, Lamnamoon Sor Sumalee, Jaroensap Kietbanchong, Langsuan Panyuthaphum, Thaweesaklek Ploysakdaa, Vicharn Sitchuenchon, Pharuehaslek Sitchuntong, Denhnue Denmolee

    Signe Particulier : Son nom réel est Pongsak Cheyouchan.Kaensak a combattu pour le célèbre camp Sor Ploenchit Gym de Bangkok pendant 15 ans.

    En 1989, il a remporté la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre Pharuehaslek Sitchuntong et la ceinture du Radja en 112 lbs contre Denhnue Denmolee.

    A seulement 18 ans, il est devenu champion dans les deux plus grands stadiums de la capitale, le Lumpinee et le Radja.

    Kaensak a fait durant sa carrière environ 250 combats avec plus de 200 victoires, environ 40 défaites et 2 matchs nuls.

    Ses combats les plus durs ont été notamment contre Samad, Lamnamoon et Karuhat. Face à Samad Sor Lukidia, en quatre confrontations, Kaensak n'a jamais pu le battre. Les trois rencontres entre le légendaire Lamnamoon Sor Sumalee et Kaensak ont toujours été des matchs titanesques, Kaensak a battu deux fois Lamnamoon aux points et ils ont fait un match nul. Enfin, Kaensak et Karuhat Sor Supawan se sont affrontés quatre fois, Kaensak n'a réussi à vaincre qu'une fois la superstar.

    L'une de ses meilleures performances a été de battre le grand champion du Lumpinee Taweesaklek Ploysakdaa, ce fut sans doute le meilleur souvenir de Kaensak dans sa carrière de combattant.

    Kaensak avait une boxe très efficace qui perturbait ses adversaires avec des enchaînements pieds et poings d'une rapidité phénoménale.

    Kaensak est l'un des rares combattants à avoir été élu deux fois « Meilleur boxeur de l'année » par la prestigieuse institution « The Sport Writers Association of Thailand »,en 1989 et en 1990.

    Au début des années 2000, Kaensak est parti faire une seconde carrière aux États-Unis où il a remporté deux ceintures de champion du Monde dans les fédérations WCK et IKKC, ceintures qu'il a gagnées à l'âge de 36 et 37 ans.

    En 2007, aux États-Unis, il a aussi combattu contre le grand champion français Fabio Pinca pour la ceinture WBC Intercontinental, Kaensak a perdu aux points.

    Aujourd'hui, Kaensak est instructeur de Muay Thai dans l'un des plus célèbres club des États-Unis, le AMA Fight Club à Whippany dans le New Jersey.

     

    Kaensak Sor Ploenchit vsVicharn Sitchuenchon (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Kaensak)

     

    Kaensak Sor Ploenchit vs Lamnamoon Sor Sumalee(Stadium du Radja1993, match nul)

     

    Karuhat Sor Supawan

    คฤหาสน์ ส.สุภาวรรณ

    Date de naissance : 22 mai 1968

    Ville de naissance :Phon dans la province de Khon Kaen (Région Nord-Est)

    Team : Sor Supawan Gym

    Titre :Champion du Lumpinee en 112 lbs, Champion du Lumpinee en 122 lbs

    Adversaires qu'il a battu : Pairojnoi Sor Sayamchai, Chatchai Paiseethong, Meechok Sor Ploenchit, Hippy Singmanee, Kaensak Sor Ploenchit,Chainoi Muangsurin,  Lamnamoon Sor Sumalee, Nungubon Sitlerchai, Kruekchai Kaewsamrit (TKO),Matee Jedipitak, Veerapon Sahaprom, Pongsiri Rambo Por Rumrudee, Saengmorakot Sor Ploenchit

    Signe Particulier : Son vrai nom est Suweet Yuchumphonest. A 15 ans, le jeune Karuhat intègre le prestigieux camp Sor Supawan à Bangkok. Karuhat va rester fidèle à ce camp durant toute sa carrière de combattant.

    Karuhat fait ses premières armes dans la catégorie des 112 lbs où il remporte la ceinture du Lumpinee en 112 lbs contre la terreur du moment Pairojnoi Sor Sayamchai. Puis, il monte de catégorie pour combattre en 115 lbs, il rencontre le grand champion LangsuanPanyuthaphum pour la ceinture du Lumpinee en 115 lbs, Karuhat s'incline aux points face à Langsuan.

    Karuhat passe directement à la catégorie des 122 lbs, une catégorie où il va exceller pendant tout le reste de sa carrière. Il gagne deux fois la ceinture du Lumpinee en 122 lbs, d'abord face au grand championChatchai Paiseethong puis contre Meechok Sor Ploenchit. Karuhat va aussi combattre pour la ceinture du Lumpinee en 122 lbs contre le légendaire Wangchannoi Sor Palangchai et face au redoutable Oley Kiatoneway, Karuhat va perdre aux points ses deux combats.

    Karuhat totalise 190 combats pour 165 victoires (20 KO), 23 défaites et 2 nuls.

    Ses plus durs combats, il les a fait face à Boonlay, Wangchannoi et Hippy. Son combat contre l'immense champion Boonlay Sor Thanikul a été difficile car Boonlay était grand et très technique. Ses combats face à Wangchannoi Sor Palangchai l'ont aussi marqué car en trois confrontations, Karuhat n'a jamais réussi à battre la star Wangchannoi.

    Enfin, Hippy Singmanee a été également un adversaire dangereux pour Karuhat. Les deux hommes se sont affrontés quatre fois avec une victoire pour Karuhat, deux victoires pour Hippy et un match nul.

    Dans les années 90, ce champion hors norme était redouté. Étant de petite taille pour sa catégorie, Karuhat a dû déployer une boxe très habile pour battre ses adversaires souvent plus grands que lui.

    Ce magnifique technicien maîtrisait à la perfection les techniques de contre et de coup de coude. Lors d'un match avec Karuhat, ses opposants étaient presque assurés de finir le combat avec une ouverture au visage.

    Karuhat a eu plusieurs surnoms de combattant car les fans de Muay Thai en Thaïlande adoraient son style de boxe très propre. Pour sa renommée, il était appelé « YodSiyan » (La Superstar), pour sa boxe intelligente, il était surnommé « Yodmuayèchriya » (Le Génie de la boxe) et « Aysiyan » (Le surdoué).

    Karuhat gagnait des grosses bourses lorsqu'il était au Top de sa carrière, l'une de ses plus grosses bourses qu'il a gagnée a été de 300 000 bahts pour son combat contre Kaensak Sor Ploenchit, le 21 mai 1993 au Lumpinee, un combat remporté par Karuhat.

    Ce grand champion a été considéré par de nombreux spécialistes comme le meilleur combattant de la catégorie des 122 livres des années 90.

    Aujourd'hui, ce champion est devenu entraîneur et a son propre camp, le Sitkaruhat Gym qui se trouve dans le quartier de Nong Kheam à Bangkok.

     

    Karuhat Sor Supawan vs Lamnamoon Sor Sumalee (Stadium du Lumpinee 1993, victoire de Karuhat)

     

    KaruhatSor Supawan vs Kaensak Sor Ploenchit (Stadium du Radja1994, victoire de Karuhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsNungubonSitlerchai (Stadium du Lumpinee1993, victoire de Karuhat)

     

    Karuhat Sor Supawan vsVeeraphol Sahaprom (Stadium du Lumpinee, victoire de Karuhat)

     

    Lakhin Wassantasit

    หลักหิน วสันต์สิทธิ์

    หลักหิน ส.สาหร่ายทอง

    Date de naissance : 17 avril 1972

    Ville de naissance :Khanom dans la province de Nakhon Si Tammarat (Région Sud)

    Team : Galaxy Gym

    Titre :Champion du Radja en 115 lbs (1993), Vainqueur du tournoi Isuzu en 115 lbs (1993), Champion Omnoi en 140 lbs, Vainqueur du tournoi Tam Jai en 140 lbs, Champion du Monde WMC en 140 lbs

    Adversaires qu'il a battu : Wichan Sitchutchoi (KO), Singnoi Sor Prakasan (KO), Sayoknoi Sakphetarun (KO), Daoden Sor Sakasem (KO), Supernoi Sor Talingchan (KO), Chamnan Saknarin (KO), Dejrit Sor Ploenchit (KO), Daeneuha Daenmolee (KO), Piteelek Chaiphiphat, Malakeau Sor Thosaphon, Petcharat Sor Worapin (KO), Chatchainoi Chawraiaoy (KO), Burlek Pinsinchai (KO), Samson Isaan

    Signe Particulier :Lakhin de son vrai nom Wichit Lapmee était surnommé « Mat Phayayom » (Le puncheur de l'enfer). Il a été l'un des plus redoutables puncheurs des années 90. Avec sa frappe destructrice, il a exécuté beaucoup d'adversaires par KO tels que les grands champions Wichan Sitchutchoi, Singnoi Sor Prakasan (Pour la ceinture du Radja), Sayoknoi Sakphetarun (Pour la ceinture d'Omnoi et la finale du tournoi Tam Jai), Daoden Sor Sakasem, Supernoi Sor Talingchan, Chamnan Saknarin, Dejrit Sor Ploenchit, Daeneuha Daenmolee, Chatchainoi Chawraiaoy.

    Lakhin est l'un des rares boxeurs à avoir battu par KO au premier round le légendaire Burlek Pinsinchai. Lakhin était une terreur des rings, surtout au stadium du Ratchadamnoen où il a remporté beaucoup de victoires, il a été élu deux fois « Meilleur combattant de l'année » du stadium du Radja.

    Lakhin a effectué également une belle carrière en boxe anglaise avec 29 combats professionnels pour 27 victoires dont 18 remportées par KO et 2 match nuls, personne n'a réussi à vaincre le puncheur de Nakhon Si Tamarat. Lakhin a gagné en boxe anglaise la ceinture PABA et OPBF et il a fait un championnat du Monde WBA contre le tenant du titre Daorung Chuwattana qui a conservé sa ceinture après un match nul.

     

    Lakhin Wasantasit vs Samson Isaan (Stadium du Lumpinee 1992, victoire de Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsWichan Sitchutchoi (Stadium du Radja 1992, victoire de Lakhin par KO)

     

    Lakhin Wasantasit vsPetcharat Sor Worapin (Stadium du Radja, victoire de Lakhin)

     

    Lakhin Wasantasit vsSingnoi Sor Prakasan (Stadium du Radja, victoire de Lakhin par KO pour la ceinture du Radja)

     

     

  • Interview de Mouhib Benyahya

    By Nicholas READ (2019)

     

    LE PLUS DUR DES COMBATS



     

    Bonjour  Mouhib, Merci de m’accorder cette interview pourSiam Fight Mag ?

    Salut Nicolas, merci à toi d’être venu vers moi pour faire cette interview 

    Pour commencer cette interview, tu as grandi dans le sud de la France, dans la région toulousaine ?

    Oui à Colomiers exactement dans le quartier des Fenassiers

    Peux tu te présenter en quelques mots pour ceux qui ne te connaissent pas ?

    Je m’appelle Mouhib Benyahya et j’ai 27 ans, je suis Français d’origine Marocaine 

    Comment tu as découvert le Muay Thai ? C’était en quelle année et tu avais quel âge ?

    J’ai découvert le Muay Thai très tôt par le biais de mon frère. Je devais avoir 14 ans, c’est lui qui m’a inscrit en 2006 au club MNM BOXING 

    Qu'est-ce qui t’as attiré particulièrement dans cet Art Martial ?

    Et quel a été le déclic qui t'a poussé à aller t’entraîner dans une salle ?

    Pour moi, la boxe Thaï est le sport de combat le plus complet, le fait de pouvoir utiliser les coude, les genoux, les saisies, le Nak Muay est le boxeur le plus complet, c’est cela qui m’a attiré dans ce sport...

    Tu te souviens de ton premier entraînement   ?

    Je ne me rappelle pas de mon première entraînement. Mais dès le début quand j’ai commencé la boxe et que je voyais les classes A (Professionnel), j’ai vite voulu avoir leur niveau pour pouvoir boxer comme eux  !

    C’était dans quel club et avec quel entraîneur ?

    J’ai commencé au MNM BOXING avec Rachid Zeryouh qui par la suite a ouvert sa propre salle le BOXING FACTORY où je l’ai suivi. Je préparais mes combat avec Nacer, un coach. J’ai eu aussi Yacouba Cisser et Malik Skou qui ont récupéré la salle. Ils se sont occupés de moi dans ma préparation et ils étaient dans mon coin pour mes combats

     

    Dans ton club, est ce qu'il y avait des champions  ?

    Est ce que tu les connaissais ?

    Oui, il y avait beaucoup de champions comme Modibo Diarra qui est plusieurs fois champion du monde en Boxe Française. Aussi des grands boxeurs comme Nasro Moktari qui est un ami d’enfance, Haytam Bousmaki et également Malik Skou qui est plusieurs fois champion de France en Muay Thai, Yacouba Cisse et pleins d’autres. C'est une grande salle avec beaucoup de compétiteurs, une grande famille où chacun apportait son expérience pour progresser tous ensemble

    Qu'est ce qui t'a donné l'envie de monter sur un ring et de vouloir faire de la compétition ?

    Monter sur le ring, c’était le moyen pour moi de savoir ce que je valais et cela s’est plutôt bien passé. J’ai un naturel de compétiteur, je cherche toujours à être le meilleur  !



    Y a t-il des nakmuays qui t'ont inspiré en Thaïlande ou en France à tes débuts ?

    Le boxeur qui m’a marqué c’est Ramon Dekkers avec sa boxe dévastatrice. J’ai eu l’occasion de participer à un stage de boxe avec lui et c’est quelque chose de le voir s’entraîner en vrai 

    Combien as-tu de combats à ton actif ? (Toutes disciplines)

    J’ai fait plus de 30 combats avec plus de 10 qui se sont terminés victorieusement avant la limite, toutes disciplines confondus, en Boxe Thaï, en K1, en Kick Boxing et en Boxe Anglaise. J’ai gagné un titre de champion de France K1 en classe B en 2013

    Tu es parti en Thailande, c'était en quelle année ?

    Je suis parti en Thaïlande en décembre 2013 et je suis rentrée en février 2014

    Qu'elle a été le déclic qui t'a motivé à partir au pays du Muay Thai ?

    Ce qui m’a poussé à partir en Thaïlande c’était vraiment de pouvoir progresser et de m’entraîner comme les Thaïs. Mon défaut, avant, c’était mon cardio. J’ai perdu plusieurs combats à cause d'un mauvais cardio. Du coup, je voulais partir là-bas pour travailler ça et pour vraiment vivre la boxe Thaï toute la journée avec des entraînements le matin et le soir

    Tu t'es entraîné dans quel camp ?

    Je me suis entraîné au Singpatong à Phuket. Là où le champion Damien Alamos (Champion du Lumpinee) s’entraînait

    Tu as fait d'autres camps en Thaïlande   ?

    J'ai été voir d’autres camps par curiosité. Mais ils étaient trop touristique par rapport au camp Singpatong. De plus, au Singpatong, il y avait aussi pas mal de noms comme Alka Matewa (Champion du Monde), Pentai (Champion du Lumpinee), Penek (Champion du Lumpinee), Rafi Bohic  (Champion du Lumpinee) !

    Est ce que tu as une anecdote qui t'es arrivé dans un camp ?

    Je n'ai pas d’anecdote en particulier. Mais j’ai aimé m’entraîner au Singpatong. J’ai eu l’occasion de mettre les gants avec Arthur Meyer (Champion de France, vainqueur du tournoi Super Muay Thai), de tourner au corps à corps avec Alka qui m’a donné des bons conseils. Avec le recul, je me rends compte que j’ai rencontré du beau monde...



    Combien tu as fait de combats en Thaïlande ?

    J’ai fait un mois complet, juste entraînement et vraiment pour travailler le cardio, ma condition physique. Puis, j’ai enchaîné les combats. Au total, j’ai fait deux combats en Thaïlande. Un à Phuket et un autre à Koh Samui. Et j'ai fait un combat en Malaisie à Kuala Lumpur

    Ta première expérience de combat en Thaïlande s'est bien passée ?

    Pour mon premier combat, j’ai boxé un Chinois que j'ai mis KO au premier round. Mon deuxième combat, j'ai perdu aux points contre un Thaï



    Tu as boxé en Malaisie pour une ceinture en Muay Thai, peux tu nous en dire plus ?

    Oui en Malaisie c'était pour une ceinture, un match organisé par le club Kuda Merah pour un super fight international. Je me suis incliné aux points face à Ban Mero, une star locale

    Il y avait aussi Mohamed Souane qui a boxé ce jour là, je crois, il n’était pas encore connu ?

    Oui Mohamed Souane (Champion du Monde Phoenix, Vainqueur du Tournoi Max Muay Thai ceinture Or), il n’était pas encore connu et il a commencé à se faire remarquer notamment à cette soirée où il a boxé. Mohamed a aussi combattu pour une ceinture, il a fait un gros combat qu'il a gagné



    Il s’entraînait dans le même camp que toi ?

    Nous nous entraînions ensemble au Singpatong Gym

    Tu as tourné avec lui ?

    Je n'ai pas souvent mis les gants avec lui. Mais nous allions souvent courir ensemble

    Revenons sur ton combat, c'était pour une ceinture de l'organisation ou un championnat du monde ? 

    Non, c’était une ceinture de l’organisation pas un championnat du monde

    Peux tu nous en dire plus sur ton adversaire ?

    Ban Mero est un boxeur Malaisien qui est petit de taille mais qui frappe fort avec ses jambes

    Tu as représenté un camp pour ce combat ?

    J’ai boxé pour le camp Singpatong


    Comment tu as eu cette opportunité de boxer pour une ceinture ?

    En fait, tous s’est enchaîné vite à la suite de mon premier combat. Numnoi (Propriétaire du Singpatong Gym) est venu me voir à la fin du combat, il m'a proposé de boxer la semaine d’après à Koh Samui. J’ai accepté tout de suite sans savoir qui j’allais boxé. Après ce combat, à mon retour au camp, j’ai rencontré un promoteur Français qui vivait en Malaisie. Il m’a proposé ce combat en Malaisie pour la semaine d’après. Il y avait une ceinture en jeu. Je n’étais pas blessé, j'ai donc accepté tout de suite. Nous étions plusieurs du camp Singpatong à partir en Malaisie. Il y avait moi, Mohamed Souane, un boxeur Thaï et Hicham, un Français qui vit en Thaïlande



    Aurais tu une anecdote sur ce combat à nous raconter ?

    Le jour du départ, j'étais avec Mohamed Souane devant le camp Singpatong, nous attendions qu’on vienne nous chercher pour aller en voiture à l'aéroport. La voiture arrive, nous montons à l’arrière d’un pickup et direction l’aéroport qui est à 30 minutes de route. Une fois arrivée à l’aéroport, je me rends compte que j’ai oublié mon passeport à l’hôtel. C'est la panique, je me suis dit c’est mort, je vais rater l’avion. Je suis retourné à l’hôtel et je suis revenu à l’aéroport pour monter au dernier moment dans l'avion  !

    En parallèle, quand tu es revenu en France, tu as commencé une carrière en boxe anglaise ?

    Pourquoi ?

    Pas assez de combats en pieds poings ?

    Cela faisait un petit moment qu'on m’avait proposé de combattre en boxe anglaise. Mais je voulais uniquement me consacrer au Muay Thaï. A mon retour de Thaïlande, j'ai commencé une carrière en boxe anglaise. J’ai écouté les conseils de personne du milieu comme Doudou Ngumbu qui m’a motivé à me lancer et d'essayer la boxe anglaise

    Tu t’entraînais dans quelle salle en boxe anglaise ? 

    Le club du Boxing Factory à ce moment a ouvert une section en boxe anglaise avec Phillipe Lemee. J’en ai profité pour m’entraîner dans la même salle. Je m’organisais deux cours par semaine en pure boxe anglaise et trois cours par semaine en Muay Thaï

    L'adaptation n'a pas été trop dure en combat, sans pouvoir faire des saisies, des coups de genou et des coups de coude  ?

    La boxe anglaise était mon point fort, j’avais beaucoup de facilité, du coup cela s’est super bien passé l’adaptation pour moi 

    Combien de combats en amateur tu as fait ?

    Tu devais passer professionnel en Boxe Anglaise ?

    J’ai fait deux combats en amateur. Il était prévu de faire un troisième combat avant de passer professionnel

    La veille de ton combat, il y a un événement qui a fait basculer ta vie. Peux tu revenir dessus et nous en parler ?

    La veille de mon dernier combat en boxe amateur, avant de passer Pro en boxe anglaise, j’ai eu un accident de moto, le 16 mai 2014. A cause de cet accident, je suis resté cinq jours dans le coma. Mon pronostic vital était engagé. Quand je me suis réveillé, on m'a dit que j’allais être paraplégique. On m'a fait comprendre que j'étais passé pas loin de la mort. Ce qui m’a sauvé a été ma condition physique, du fait que je sois un sportif...

    Une passion qui a bouleversé ta vie ?

    Oui, ma vie a complètement changé. Mais j’ai toujours cet esprit de compétiteur. Je ne lâche rien. J’ai conscience que je suis passé pas loin de la mort. Mais aujourd’hui, je suis encore là. Donc, j’en profite au maximum et je m’épanouis autrement. Je suis toujours dans le milieu de la boxe. J’entraîne régulièrement les enfants. Moi en parallèle, je fais un peu de musculation...

    Que dirais tu à un ami qui aime faire de la moto ?

    La moto reste un plaisir. Je ne veux pas empêcher un ami de faire de la moto. Mais juste en me regardant, je penses que cela vaut mille mots. Après, bien sûr, à chaque fois j’insiste sur le fait de bien s’équiper en moto. C’est super important et surtout de ne pas faire le fou sur la route...

    Il y a un autre nakmuay qui a eu la même histoire que toi. Il s’appelle Guillaume Mautz. Tu as déjà entendu parlé de lui ?

    J’ai connu son histoire après que tu m’en ai parlé. C’est un gars fort mentalement. Il a gardé la joie de vivre. C’est le plus important 

    Comment tu as vécu ton terrible accident qui t'a privé de tes jambes sachant que tu étais un sportif aguerri ?

    Je ne vais pas dire que c’est facile. Mais je fais avec car je n'ai pas le choix. Mais je garde toujours la joie de vivre. Ma vie est différente aujourd’hui. Elle a complètement changé. Mais elle n'est pas pour autant plus moche. Elle est juste différente...

    Mentalement, est ce que la boxe t'a aidé à rebondir dans le quotidien  ?

    Pas que mentalement. Cela m'a aidé beaucoup plus. On m’a raconté que pendant que j'étais dans le coma, j’avais constamment les poings fermés. Comme si je boxais, je luttais. Juste ça, c’était un combat. Où peut être, juste un round que j’ai gagné  !

    Tu suis toujours l’actualité des sports pieds et poings ?

    Oui, je suis toujours l'actualité. J’étais au Glory 47 à Lyon où Cédric Doumced, Fabio Pinca ont combattu. Je vais souvent à Paris pour les championnats de France. Quand des gars du club sont au rendez-vous, c’est à dire tous les ans (Rire). Après, je suis l’actualité sur les réseaux sociaux 

    Que penses tu du niveau du Muay Thai en France ? 

    En France, nous avons un gros niveau avec des boxeurs Français reconnus jusqu’en Thaïlande qui représentent bien le pays

    Il y a quelque mois, tu es passé sur la chaîne C8 dans une émission TV, peux tu revenir dessus et nous en parler un peu plus ?

    Je suis passé sur la chaîne C8 vraiment par hasard. Tous les vendredis, ils mettent en avant des personnes en situation de handicap. J’ai une amie qui y a participé. Elle leur a parlé de moi. Que j'étais un ancien boxeur qui a eu un accident et que je suis aujourd’hui en fauteuil roulant. De là, ils sont entrés en contact avec moi. A la base, je devais passé à l’émission de Cyril Hanouna. Mais il y a eu un contre temps. J’ai fait l’émission «  C’est que de la télé  » avec Valérie Benaime. L'émission s’est super bien passée, c'est une belle expérience  !

     

    Veux-tu rajouter quelques mots pour nos lecteurs ?

    Dans la vie, il y a des hauts, il y a des bas, il faut toujours s’accrocher et se battre ! 

  •  

    SELECTION FMDA HEXAGONE CONTRE ESPAGNE A TOULOUSE

    special report by Serge TREFEU (2016)

    (Photos Nicholas READ et Serge TREFEU)

     

     

    Le samedi 26 mars a eu lieu a Toulouse une rencontre internationale de Muay Thai, une équipe française de nakmuay FMDA a affronté une délégation de combattants espagnols. Cet événement a été organisé sous l'égide de la fédération FMDA dans l'enceinte du magnifique complexe Supreme Thai Boxing Gym. Le propriétaire, Philippe Baudron, aidé par son équipe de bénévole, avait transformé pour un soir sa salle de 700 m2 en un véritable petit stadium. Philippe Baudron est un passionné de Muay Thai qui innove constamment pour ce sport dans la région toulousaine.

    Les boxeurs qui venaient de la région parisienne ou de Bordeaux, ainsi que l'équipe espagnol, ont pu être hébergé dans la salle du Supreme Thai Boxing. Car le Supreme Thai Boxing comprend des chambres et dortoirs comme un vrai "Khai Muay" (Camp de boxe), qui permette d’accueillir plus d'une vingtaine de personnes.

    Les boxeurs français étaient représentés par plusieurs clubs de la région toulousaine tels que le Supreme Thai Boxing, le Boxing Factory, le Royal Boxing et le Nakitail Gym. Mais aussi des clubs parisiens comme "Le Mée Sports Muay Thaï", club du célèbre entraîneur Nicolas Subileau (Coach du champion Bobo Sacko) et le fameux club "Benattia Brothers" tenu par Mustapha Benattia (Champion d'Europe). Le grand champion Albert Chey (Champion du Monde, champion d’Europe) avait aussi ramené des boxeurs de sa team le "Veera Boxing" de Bordeaux.

    Les combats de la soirée qui se déroulaient sur trois rounds seulement furent d'un bon niveau, propres et techniques, ont n'a pu assisté à de beaux échanges en pur Muay Thai. Les français avaient bien démarré la première partie de cette rencontre en gagnant les quatre premiers matchs. Mais ensuite, les boxeurs espagnols sont revenus très forts en remportant les cinq matchs dans la seconde partie avec deux victoires par KO et trois victoires aux points, l'équipe espagnole bat la team FMDA Francaise 5 à 4 !

     

     

    POUR CETTE RENCONTRE INTERNATIONALE LES HYMNES NATIONAUX SONT INDISPENSABLES

    • HYMNE NATIONAL 3 []
    • HYMNE NATIONAL 4 []
    • HYMNE NATIONAL 5 []
    • HYMNE NATIONAL 6 []

     

    LE PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FMDA M. YOUB (CHEMISE AVEC CRAVATE) ÉTAIT PRÉSENT À CET ÉVÉNEMENT

     

    POUR LA PRÉSENTATION DES COMBATTANTS, CHAQUE BOXEUR A ÉTÉ TRÈS FAIR-PLAY

    • PRESENTATIONBOXEUR 1 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 2 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 3 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 4 []
    • PRESENTATIONBOXEUR 5 []

     

     

    L'EQUIPE DE JUGE ET ARBITRE DE LA FMDA (PHILIPPE BAUDRON LE PROPRIÉTAIRE DES LIEUX EST AU CENTRE)

     

    C'EST LARBI BENATTIA (ENTRAÎNEUR DE L'ÉQUIPE DE FRANCE IFMA) QUI A ANIMÉ LA SOIRÉE, RECONVERTI POUR UN SOIR EN SPEAKER

     

    LES TROPHÉES DE CETTE RENCONTRE AMICALE

     

    PETIT ÉVÉNEMENT DE MUAY THAI MAIS GROSSE AMBIANCE AU SEIN DU SUPREME THAI BOXING

     

    • AMBIANCE 10 []
    • AMBIANCE 11 []
    • AMBIANCE 12 []
    • AMBIANCE 13 []
    • AMBIANCE 14 []
    • AMBIANCE 15 []
    • AMBIANCE 16 []
    • AMBIANCE 17 []
    • AMBIANCE 18 []
    • AMBIANCE 19 []
    • AMBIANCE 2 []
    • AMBIANCE 20 []
    • AMBIANCE 21 []
    • AMBIANCE 22 []
    • AMBIANCE 23 []
    • AMBIANCE 24 []
    • AMBIANCE 4 []
    • AMBIANCE 5 []
    • AMBIANCE 6 []
    • AMBIANCE 7 []
    • AMBIANCE 8 []
    • AMBIANCE 9 []

     

    LES FIGHTS

     

    • FIGHT 1 []
    • FIGHT 10 []
    • FIGHT 11 []
    • FIGHT 12 []
    • FIGHT 13 []
    • FIGHT 14 []
    • FIGHT 15 []
    • FIGHT 16 []
    • FIGHT 17 []
    • FIGHT 18 []
    • FIGHT 19 []
    • FIGHT 20 []
    • FIGHT 21 []
    • FIGHT 22 []
    • FIGHT 23 []
    • FIGHT 24 []
    • FIGHT 25 []
    • FIGHT 27 []
    • FIGHT 28 []
    • FIGHT 29 []
    • FIGHT 3 []
    • FIGHT 30 []
    • FIGHT 31 []
    • FIGHT 32 []
    • FIGHT 33 []
    • FIGHT 34 []
    • FIGHT 35 []
    • FIGHT 36 []
    • FIGHT 37 []
    • FIGHT 38 []
    • FIGHT 39 []
    • FIGHT 4 []
    • FIGHT 40 []
    • FIGHT 41 []
    • FIGHT 42 []
    • FIGHT 43 []
    • FIGHT 44 []
    • FIGHT 45 []
    • FIGHT 46 []
    • FIGHT 47 []
    • FIGHT 48 []
    • FIGHT 5 []
    • FIGHT 6 []
    • FIGHT 7 []
    • FIGHT 8 []
    • FIGHT 9 []

     

    VICTOIRES ET REMISES DE COUPE

    • VICTOIREREMISECOUPE 1 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 10 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 11 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 12 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 13 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 14 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 15 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 16 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 2 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 3 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 5 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 6 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 7 []
    • VICTOIREREMISECOUPE 8 []

     

     

     

  • Interview de Yoann BROET

    by Nicholas READ (2019)



    LA VISION D'UN JEUNE NAKMUAY AU PAYS DU SIAM


     

     

    Bonjour Yoann, Merci de m’accorder cette interview pour SIAM FIGHT MAG ?

    Le plaisir est pour moi. Merci à toi pour ton intérêt.

    Pour commencer cette interview, est ce que tu vis actuellement en Thaïlande ?

    Cela fait trois mois que j’ai repris l’entraînement ici. Je n’y étais pas retourné depuis septembre dernier.

    Dans quel coin ?

    Je suis à Nakhon Ratchassima (Korat), la capitale de la région Issan qui est situé à 4 H au Nord-Est de Bangkok.

    Tu as grandi dans le sud de la France ?

    Oui, je suis originaire de la Haute Garonne.

    Dans quelle ville ?

    Je suis de Castelnau d’Estretefonds, un village situé à 25 Km au nord de Toulouse.

    Comment tu as découvert cet Art martial Thaïlandais, le Muay Thai ?

    A l’âge de 13 ans, mon cousin m’a fait découvrir en vidéo les combats de Buakaw et Ramon Dekkers. C’est à ce moment là que ma curiosité pour ce sport a commencé.

    Tu avais quel âge lorsque tu as débuté ce sport ?

    La saison suivante, j’ai décidé de trouver un club près de chez moi.

    Est ce qu'il y avait des clubs de Muay Thai dans ta région ?

    Oui, il y en avait sur Toulouse et ses environs.


    C’était dans quel club et avec quel entraîneur que tu as commencé ? C’était en pur Muay Thai ?

    J’ai commencé à l’association de kick de mon village qui donnait essentiellement des cours « loisir ». Étant le seul adhérent à vouloir faire de la compétition, un entraîneur de Auch, David Gazquez, qui avait été muté près de chez moi, s’est occupé de moi personnellement. Par la suite, j'ai fait mes premières compétitions en représentant le club Ausci-Thai de Max Dansan, tout en m’entraînant dans mon village.

    Tu te souviens de ton premier entraînement ?

    Je n’ai pas de souvenir du premier entraînement, mais mon premier mois de pratique m’a conforté dans l’idée de vouloir en apprendre plus sur cet art martial.

    Qu'est ce qui t'a plus dans le Muay ?

    Le fait de pouvoir se servir des coups de coude et du corps à corps, ce qui faisait la différence avec les autres sports pieds poings, le nombre de combinaisons possible en attaque et l’efficacité des techniques de défense.

    Dans ton premier club, est ce qu'il y avait des champions ?

    Dans mon club, j’étais le seul compétiteur. Seulement lorsque j’allais m’entraîner à Auch, j’avais la possibilité de tourner avec Max Dansan, qui était champion d’Europe, durant cette période.


     

    Tu le connaissais ?

    Je ne l’avais jamais vu combattre avant de me rendre dans son club.

    Tu mettais les gants avec lui ?

    Oui avec Max, à de rares occasions.

    Qu'est ce qui t'a donné l'envie de monter sur un ring et de vouloir faire de la compétition ?

    Je m’étais rendu à plusieurs événements et l’idée de combattre me trottait de plus en plus dans la tête. Lorsque la première proposition de monter sur le ring m’a été faite, j’ai accepté sur le champs.

    Combien as-tu de combats à ton actif ? (En France et en Thaïlande, toutes disciplines confondus)

    J’ai fait une vingtaine d’assauts en France avant de m’envoler pour la Thaïlande où j’y ai fait mon premier combat sans protection. A ce jour, j’ai effectué 12 combats en Thaïlande, dont un en Kard Chuak (Sans les gants) et deux autres en Chine dans les règles du K1.


    Dans quelle catégorie tu combats ?

    Je combat entre 56 Kg et 58 Kg.

    En quelle année tu as été la première fois au pays du Siam ?

    J’ai fait mon premier voyage en juin 2015.

    Tu as fait des entraînements dans plusieurs camps ? Quels camps ?

    J’ai commencé par m’entraîner un mois à Pattaya, au camp de Youssef Boughanem. Puis, je suis remonté sur Bangkok pour m’entraîner chez Charlton Henri, que j’ai suivi lorsqu’il a déménagé à Korat.



    Peux tu nous dire ce qui t'a motivé à faire une carrière en Thaïlande ?

    J’ai boxé plusieurs fois en stadium et dans de grosses organisations en Chine. Mais ce que je préfère, ce sont l’atmosphère, l’ambiance et la manière de faire dans les villages, comme partout en Issan. Une authenticité, et un engouement pour le Muay, que je n’ai retrouvé nul part ailleurs...

    Pourquoi tu n'es pas resté en France pour pratiquer le Muay Thai ?

    Mon mode de vie en France, ne me permettait pas de pouvoir m’immerger à 100% dans mon objectif de progression.

    Maintenant, tu t’entraînes dans le camp Look Yamo, comment tu as connu ce camp ?

    Je me suis rendu au Look Yamo sur le conseil de Mohammed Larabi qui y voyait un camp répondant à mes attentes.



    Il se situe où exactement en Thaïlande ?

    Le camp est à 1 Km du centre de la ville de Nakhon Ratchassima.

    En quelques mots, tu peux nous dire, pour un jeune qui voudrait venir s’entraîner en Thaïlande, qu'est ce qu'il pourra trouver en venant dans le camp de Charlton Henri au niveau Muay Thai par rapport à un autre camp ?

    Tout dépendra de son niveau d’engagement. S’il est motivé et travaille dur, Charlton sera à deux cents pour cent sur lui à l’entraînement et en dehors. La différence ici, c’est que chacun à un suivi personnalisé, ce qui permet de progresser plus vite et selon ses attentes. Les entraînements sont très physiques et on apprend beaucoup de techniques. On nous enseigne les tactiques et les stratégies à mettre en place suivant le type d’adversaire. Le fait que l’on nous emmène ou que Charlton nous amène des boxeurs Thaïs d’autres camps pour tourner, permet de jauger notre niveau sans copinage...

    Tu peux nous décrire une journée type d'entraînement ?

    Nous nous entraînons du lundi au samedi. Les deux séances quotidienne durent entre 3h et 4h chacune. Bien que l’entraînement est accès essentiellement sur la boxe, les ateliers proposés varient jours après jours afin de ne pas rentrer dans une routine et de garder une motivation à vouloir en faire plus. Pour résumer, le travail du matin est technique, celui de l’après midi est plus physique, jonglant un jour sur l’autre sur du travail de vitesse et d’endurance. En dehors du travail collectif, chacun dispose d’un programme individuel journalier mis en place par Charlton, suivant les besoins des boxeurs.

    Tu combats souvent dans des organisations Thaïlandaises en province où il n'y a pas de Farang (Étranger) ?

    En Issan (Région Nord-Est), des combats sont organisés tous les soirs, ce qui permet aux boxeurs de pouvoir monter sur le ring quand ils le désirent. J’ai donc la chance de pouvoir combattre souvent. Mais il ne m’est encore jamais arrivé de partager l’affiche avec un étranger.



    Tu as combattu en Kard Chuek (Combat sans les gants), est ce que tu as senti une différence au niveau des impacts au visage en boxant sans les gants ?

    Je n’ai combattu qu’une seule fois en Kard Chuek, sans avoir pris de coup au visage. Mais j’ai ouvert mon adversaire sur un coup de poing, ce qui ne m’était pas encore arrivé avec des gants. Lors d’une défense avec mon coude sur l'un de ses directs, mon adversaire s’est cassé la main. L’impact des coups de poings en Kard Chuek est sûrement plus dur. Mais il peut aussi être dangereux pour les membres de l’attaquant s’il frappe avec la mauvaise partie du poing. Néanmoins, le fait que le combat se termine par un match nul au bout des 5 rounds, s’il n’y a pas de KO, permet de ne pas avoir à débiter pour marquer ses points, et donc de pouvoir rester concentré sur le coup juste, ce qui restreint tout de même le risque de blessure...



    Parlons un peu de ton entraîneur Charlton, qu'est ce qu'il t'a enseigné en Muay ? Peux tu nous le décrire en quelques mots ?

    L’exigence qu’il a envers ses compétiteurs et malgré sa pédagogie, est à double tranchant. Soit le travail demandé est trop élevé pour certains, soit ils transcendent les autres. Il nous met directement hors de notre zone de confort, ce qui est dur pour chacun au départ. Mais c'est ce qui fait la différence très vite par la suite. En dehors du côté mental et du dépassement physique, il est très technique. Il m’a repris de zéro, et appris des techniques et un sens tactique que je n’avais jamais vu nulle part. En dehors de la salle, il est très proche de ses boxeurs. Il ne fait pas de différence entre les champions et les débutants, pour lui seul l’engagement compte. Ici, quelques soit son niveau, il faut faire sa place !



    Quelle technique tu aimes le plus travailler à l’entraînement ?

    J’aime les balayages, les projections, avec ou sans saisies.

    Quelle technique tu aimes le plus passer sur le ring ?

    J’aime feinter le coup de genou, afin de faire monter la jambe de mon adversaire, et casser la distance pour balayer directement sa jambe d’appuie.

    Ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à aujourd'hui sur le ring ? Niveau ambiance avec le publique ? Et niveau organisation ?

    Mon meilleur souvenir reste un combat à Nava Nakorn, une ville aux alentours de Bangkok. Le combat était à l’extérieur, l’ambiance au bord du ring était phénoménale. J’ai remporté le combat face à un bon combattant et j’avais pour la première fois boxé de la manière que je voulais. A la sortie du ring, j'ai mis 30 minutes pour regagner les vestiaires tant les Thaïlandais me stoppaient pour me féliciter et prendre des photos !

    As tu déjà boxé en professionnel en France ?

    Non, je n’en ai jamais eu l’occasion.

    Tu suis l’actualité du Muay Thai en France ?

    Oui via les réseaux sociaux.

    Aimerais tu combattre contre des nakmuay Français en France ?

    Si l’occasion se présente, je serais fier de pouvoir boxer dans ma région.

    Tu connais des grands champions d’aujourd’hui ou de l’époque, quels sont ceux que tu apprécies ?

    Pour les boxeurs actuels, j’aime regarder les combats de Superbank, Sangmanee, Superlek, Yodlekphet, ou encore Muangthai.

    Est ce que certains t'ont inspiré ?

    Concernant les boxeurs de l’époque, je m’inspire beaucoup de Karuhat Sor Supawan et Kaensak Sor Ploenjit.



    Ta première expérience de combat en Thaïlande s'est bien passée ?

    Oui, c’était une victoire aux points au Max Muaythai, contre un Thaïlandais. Le Thaï m’avait ouvert à la pommette au deuxième round avec son coude et j’avais rattrapé mon retard grâce à de nombreuses projections.



    Combien tu as fait de combats en Thaïlande ?

    12 en tout.

    Quelle sensation tu as ressenti lorsque tu as su que tu allais boxer en Thaïlande contre un boxeur Thaï pour la première fois ?

    J’ai su la date de mon combat 3 jours avant, j’étais plutôt motivé qu'anxieux.

    Est ce qu'il y a des nakmuay que tu aimerais rencontrer en particulier (Thaï ou Français) ?

    J’ai encore beaucoup à apprendre. Je me fixe mes objectifs combat après combat...

    Comment se fait-il que les organisateurs Français ne te contactent pas pour te faire boxer ?

    Parce que je suis inconnu au bataillon !



    Tu as déjà combattu aussi en style K1, tu aimes cette forme de combat ?

    Je peux adapter mon style au K1 mais le Muay reste ma discipline de prédilection.

    Tu combats uniquement en Muay Thai ?

    Il m’arrive aussi de combattre en style K1, et si d’autres propositions intéressantes me sont faites, je combattrai de nouveau avec plaisir.

    Si des promoteurs lisent cette interview, qu’elle message tu veux leur faire passer ?

    Que le jour où je serai connu au bataillon, mon téléphone sera allumé pour répondre à leurs appels.



    Tu veux rajouter quelque chose pour nos lecteurs ?

    Je suis à la recherche de Mécènes pouvant m’aider à financer mon projet sportif en Thaïlande. Je serais ravis d’échanger avec les personnes intéressées. Pour finir, j’aimerais aussi remercier Siam Fight Mag pour cette interview et ses beaux reportages que vous nous offrez depuis plusieurs années maintenant. Longue vie à vous, longue vie au Muay !

     

MUAYDEETSPORT

MUAY TIES

Lumpinee Boxing Stadium