INTERVIEW DE SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU

By Serge TREFEU (2019)

 

 

 

SERGE TREFEU : Bonjour Sylvie comment vas-tu ?

SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU : Super bien. Contente de faire une interview avec toi, tu as tellement couvert le Muay Thai en Thaïlande

Tu es née et tu as grandi aux États-Unis dans quelle ville ?

Je suis née et j'ai grandi à Boulder, au Colorado. C’est une belle vallée et j’ai souvent été dehors, à l’extérieur, lorsque j'étais enfant

Quel âge as-tu ?

J'ai 35 ans

A quel âge tu as commencé la boxe ?

J'ai commencé à m'entraîner à 24 ans et j'ai fait mon premier combat à 25 ans

Comment tu as découvert la boxe ?

Mon mari m'a initié à ce sport par le cinéma, mais je suis vraiment tombé amoureuse du Muay Thai lorsque j'ai rencontré mon premier professeur, Master K, en 2008

Tu étais plutot une bagarreuse adolescente ou pas du tout ?

Pas du tout. J'ai toujours été plutôt calme et introverti. Je préfère rester tranquille et seule la plupart du temps

Tu as pratiqué d'autres sports avant de faire de la boxe ?

Quand j'étais enfant, j’ai joué au football, c’est le seul sport de compétition que j'ai pratiqué

Tu as commencé dans quel club et avec quel entraineur ?

Mon premier professeur était un Thaïlandais de 70 ans, il enseignait aux élèves individuellement dans son sous-sol du New Jersey. Il s'appelle Kumron Vaitayanon et se nomme «Maître K» pour ses élèves. Je me suis entraîné seule avec lui

Est ce qu'il y avait beaucoup de clubs de boxe thai dans ta région ?

Pas du tout ! Je devais conduire une heure dans chaque direction et traverser les frontières d'un État pour m'entraîner avec Maître K. Nous vivions dans une région rurale de New York, près de la forêt. Les clubs de Muay Thai étaient très loins de chez nous

Qu'est ce qui t'a attiré dans le Muay Thai, un sport qui est réputé assez violent ?

Les mouvements étaient comme aucun autre Art Martial que j’avais jamais vu. Ils étaient si beaux et puissants. J’ai adoré l’éthique de l’Art selon laquelle chaque mouvement est conçu pour mettre fin au combat, ce n’est pas une « bataille de points » au fond. Il s’agit de dominance et de grâce

Le Muay Thai est bien développé aux États-Unis ? Est ce qu'il y a beaucoup de galas ?

Je ne suis pas certaine. Cela ne l'était pas quand je suis parti il y a 7 ans. Mais il y a beaucoup de gens qui travaillent dur pour unifier et faire croître ce sport aux USA. Mais il a une histoire beaucoup plus courte en Amérique que dans d’autres endroits, comme la France par exemple, de sorte que nous avons beaucoup de chemin à faire et ce sport est déjà en train de changer partout dans le monde, y compris en Thaïlande...

Quand j’étais encore aux USA, il n’y avait pas beaucoup d’événements. Mais il semble qu’il y en ait plus maintenant. L'une des grandes raisons pour lesquelles je suis partie vivre en Thaïlande c'est parce qu'il était presque impossible de trouver des combats n’importe où dans ma catégorie (Je suis en 46 Kg) et d'avoir souvent des combats n’est pas encore possible aux USA

Tu as fait tes premiers combats aux États-Unis, comment cela s'est passé ?

Mon premier combat a eu lieu lors d’un tournoi de championnat national et il n’y avait que trois combattantes dans ma catégorie. J’avais très peu d’expérience, je n’avais fais du sparring que deux fois avant ce combat. Parce que Maître K était un homme traditionnel Thaïlandais âgé et il ne faisait pas de sparring, je n’avais pas de sparring-partners. J’ai perdu aux points et j’étais très en dessous des compétences de mon adversaire, mais j’ai adoré. Je savais alors que je voulais continuer à combattre !

Quels sont les champions étrangers qui t'ont inspiré pour la suite de ta carrière ?

John Wayne Parr m’a très sympathiquement soutenu à mes débuts, ce qui a certainement influencé mon chemin. J’aime l’attitude de Skarbowsky. Mais je ne regarde pas vraiment les combattants étrangers

Et les champions Thaïlandais ?

Oh ! Beaucoup des légendes de l’âge d’or m’inspirent. Karuhat Sor Supawan, Dieselnoi Chor Tanasukarn, Yodkhupon Sittraipum, Chatchai Sasakul et Kaensak Sor Ploenjit ont eu le plus d’impact sur moi. Mais Sagat Petchyindee, Namkabuan Nongkipahayuth, Hippy Singmanee, Langsuan Panyutapum, Samson Isaan, Burklerk Pinsinchai et Rambaa Somdet ont aussi été des inspirations, chacun à sa façon. Et, j’ai été inspiré par les championnes Thaïlandaises qui se battent magnifiquement avec beaucoup de cœur, comme Sawsing Sor Sopit, ou Thanonchanok Kaewsamrit que j’ai eu l’occasion d'affronter huit fois maintenant et elle me défie toujours !

En quelle année tu as été pour la première fois en Thaïlande ?

Mon mari et moi sommes venus pour la première fois en 2010. Mais nous avons emménagé en Thaïlande en 2012 et nous ne sommes plus partis depuis

Comment s'est passé ta première expérience en Thaïlande ?

J’ai adoré. D'être en mesure de me former et d’expérimenter le Muay Thai dans le contexte de la culture et de la vie thaïlandaise m’a fait immédiatement comprendre que la Thaïlande était le seul endroit pour moi où je pouvais poursuivre mon amour de cet art

Dans quel camp tu as été t’entraîner pour la première fois ?

Le Lanna Muay Thai (Kiatbusaba) à Chiang Mai a été mon premier camp en Thaïlande

Est ce que tu vivais dans le camp ?

Non, je vivais dans un appartement en bas de la rue

En tant que fille combattante, tu n'as pas eu de problème pour t’entraîner dans ce camp ?

C’est une réponse compliquée. J'ai été admise et accueillie dans ce camp de nombreuses façons. Le Lanna Muay Thai et son fondateur, Andy Thomson, avaient une longue tradition pour recevoir les combattantes occidentales, et mon temps passé au camp a été spécial pour moi. J'ai été adopté de plusieurs manières. Mais il y avait aussi des barrières solides pour qu'aucune femme ne puisse être incluse et accueillie pleinement dans ce camp, ou dans peut-être n'importe quel camp, et ces problèmes prendront de nombreuses années à changer sur le plan culturel en Thaïlande. C’est vrai aussi dans l’ouest, mais à des degrés différents.

L'une des difficultés spécifiques de l'époque était que je ne pouvais pas m'entraîner dans le ring des «hommes», qui se trouvait être l'endroit où la majeure partie de l'entraînement au corps à corps était fait. Ceci, ainsi que d'autres éléments culturels, m'a empêché de me développer en tant que combattante décisif dans mes premières années en Thaïlande...

Dans quel camp tu t’entraîne aujourd'hui ?

Je m'entraîne au camp Petchrungruang Gym à Pattaya

 

UNE PARTIE DE LA TEAM PETCHRUNGRUANG GYM

 

SYLVIE COMBAT SOUS LE NOM DE « SYLVIE PETCHRUNGRUANG »

 

Tu peux nous décrire une journée type d’entraînement ?

Le matin, un footing de 10 Km, du travail au sac de frappe et du conditionnement physique. L’entraînement le soir est le travail aux paos, le travail au sac de frappe, le corps à corps, et le conditionnement physique. Je vais aussi parfois dans d’autres camps pour avoir des sparring-partners, dernièrement, j’ai été m’entraîner au camp de Rambaa Somdet entre mes séances régulières au Petchrungruang Gym. Parce qu’il n'y a pas toujours des partenaires appropriés disponibles pour moi dans mon propre camp, et il y a toujours des avantages à changer parfois de sparring-partners

Tu fais du sparring avec des combattants masculins ?

Oui. Je suis la seule femme dans mon camp la plupart du temps, alors tous mes partenaires d'entraînement sont des garçons Thaïlandais. C’est pareil au camp de Rambaa

Quelles sont les techniques que tu travailles le plus et que tu aimes faire sur le ring ?

Le corps à corps et les coups de genoux

Tu es quel genre de combattante ? Fimeuu ? Muaymat ? Muaybouk ? Muaysok ? Muaykhao ?

Muay Khao. Mon surnom dans les journaux thaïlandais est "Sao Nakleng Khao" (Miss Gangster coup de genoux)

Tu te souviens de ton premier combat en Thaïlande ?

Oui, il a été court, j'ai gagné par KO avec un coup de genou lors des premiers rounds. Ce n’était que mon deuxième combat de ma carrière et, après avoir perdu mon premier combat, je n’avais jamais vraiment vécu ce que j’avais pu expérimenter dans ce combat, même s’il était plus court du fait d'un KO

Combien tu as fais de combats ?

Mon record professionnel est actuellement de 148 victoires 67 défaites et 9 matchs nuls. J'ai plusieurs matchs nuls parce que je combats aussi dans le style de Kard Chuek, un style qui est sans les gants (Bandage avec corde sur les poings) et il n'y a pas de points ou de juges, tu peux seulement gagner ou perdre par KO, sinon c'est un match nul

Combien de victoires par KO ?

78 victoires par KO

Dans quelle catégorie tu combats ?

Je devrais combattre à 45 Kg car mon poids naturel est de 46-47 Kg. Mais je n'ai pas d'adversaire régulière dans cette catégorie. Je combats donc presque toujours contres des adversaires qui ont 4 à 6 Kg de plus que moi et qui ont même parfois 14 Kg de plus que moi !

Tu as effectué le nombre incroyable de 200 combats professionnels en Thaïlande, tu as combattu combien de fois par mois pour atteindre ce record de combat ?

Oui, j'ai combattu plus de fois en Thaïlande que n'importe quel autre Occidental, homme ou femme (Déjà 222 combats dans le pays maintenant). En moyenne, j'ai combattu 36 fois par an et cette année a été la plus lente avec seulement 27 combats...

Ce nombre de combat paraît fou, car seulement les Thaïlandais masculins font autant de combat, il y a très peux de combattants étrangers qui peuvent se vanter d'avoir fait au moins 100 combats en Thaïlande, tu es fière de tenir ce record ?

Dans mes recherches, je n’ai trouvé qu’un seul homme qui a combattu plus de 100 fois en Thaïlande, Jovan Stojanovski. Il y en a peut-être d’autres, mais quand j’ai examiné d’autres possibilités, la plupart semblaient exagérées – si tu en connais, j’aimerais les inclure dans mon article sur ce sujet.

Je suis fière de tenir ce bilan, non pas à cause des chiffres ou parce que je suis la première à faire cela, mais parce que cela change la façon dont les gens pensent aux possibilités pour eux-mêmes, et surtout pour les femmes.

Mais pour les hommes aussi. J’ai vu que cela changeait la façon dont les gens prennent des décisions pour leur propre combat – ils atteignent plus loin leur record, ils visent plus d’opportunités pour eux-mêmes, ils tentent de combattre plusieurs fois en Thaïlande au lieu d’une ou deux fois. J’en suis fière.

C’est une chose d’être la première à faire quelque chose, mais c’est une plus grande fierté de s’assurer que vous n’êtes pas la dernière à faire quelque chose. Changer ce que les gens pensent n’est pas si difficile, mais changer la façon dont les gens pensent est vraiment utile

Aujourd'hui, il y a beaucoup de combattants « Facebook » qui s'inventent des carrières imaginaires avec des titres et des combats invraisemblables, est ce que c'est pour cela que tu as pratiquement filmé en vidéo tous tes combats en Thaïlande, pour montrer que tu es une réelle combattante ?

Je n’ai pas commencé à filmer pour prouver quoi que ce soit, mais plutôt parce que je savais tout de suite que mes opportunités étaient précieuses et que le seul moyen de les partager était de les documenter. Les gens doivent te voir dans ce que tu fais, même lorsque tu échoues, pour être inspiré et en faire partie.

Quand j'ai commencé à filmer et à poster mes combats, presque toutes les combattantes que je connaissais avaient caché les vidéos de leurs combats. Tout le monde avait peur d'être "étudié" par les futurs adversaires en ayant une vidéo. Beaucoup de gens m'ont dit de ne pas poster mes combats, comme moyen d'avoir des avantages contre mes futurs adversaires. Mais il était plus important d’apprendre et de partager que de gagner ou de prétendre qu’il y avait un gros avantage à rester secret.

Et puis, quand je suis arrivé en Thaïlande, il était important pour moi de documenter les noms et les visages de mes adversaires Thaïlandaises, car de nombreux occidentaux viennent en Thaïlande et ne combattent qu'un « Thaïlandais », sans jamais donner d'humanité ni de crédit à leurs adversaires.

Donc, partager mes combats, c'était aussi partager des femmes Thaïlandaises. Dès le début, il était donc essentiel pour moi de montrer l'ensemble du processus et pas seulement les « Highlights ».

Je dirais que mon ambition de faire autant de combats est née du fait que pour les femmes en Thaïlande, il n’y a pas de véritables objectifs du même niveau que le stadium du Lumpinee. La plupart des titres mondiaux ne sont que du battage publicitaire, donc il n’y a rien de gratifiant pour les femmes. Le genre de boxeuse que je veux devenir nécessite un but puissant, presque inaccessible, donc je ne me suis jamais soucié des ceintures. Filmer mes combats, et combattre autant que je peux, briser ces records, c'est ma façon d’atteindre le top niveau

N'as tu pas peur pour ta santé physique en combattant si souvent ?

Je ne crains pas pour ma santé physique en combattant sinon je ne serais pas une combattante

Tu as fait souvent des combats durs avec des ouvertures aux visages, tu as eu beaucoup de points de sutures ?

Oui, j'ai plus de 200 points de suture, la plupart à la face et autour du cuir chevelu dans les cheveux. Cela vient du fait que je suis une combattante en Muay Khao (Style coup de genoux) et surtout d'avoir combattu contre des adversaires tellement plus lourde que moi...

Dans quels stadiums tu as le plus combattu ?

Probablement le stadium de Thapae à Chiang Mai, bien que je sillonne la Thaïlande pour mes combats...

Tu as beaucoup combattu dans les provinces Thaïlandaises ?

J’ai été dans de nombreuses régions de Thaïlande pour faire des combats, parfois dans un champ au milieu de nulle part et parfois dans un centre-ville. Partout. Dans les provinces plus rurales de la Thaïlande, je pense que j’ai probablement combattu une trentaine de fois

Que penses tu de l'interdiction de combattre pour les femmes dans les grands stadiums de Bangkok ?

Je pense que la culture thaïlandaise s'en tient à ces interdictions pour des raisons qui ne sont pas réellement importantes pour les Thaïlandais. Beaucoup ignorent même que ces interdictions existent - même les hommes qui ont passé toute leur vie dans le Muay Thai - et ceux qui défendent ces interdictions ne savent souvent pas pourquoi elles sont interdites.

Je crois que la culture thaïlandaise ne veut pas que quelqu'un soit le premier à opérer un changement, mais une fois que quelqu'un - un seul promoteur – le fera en premier, les autres suivront sans problème. Il suffit que quelqu'un soit courageux, une fois...

Quels sont les combattantes Thaïlandaises connues que tu as affronté ?

J’ai eu plus de 100 adversaires et tu peux aller voir leurs noms sur mon site où il y a mon nombre de combat complet. Les plus connues sont Thanonchanok Kaewsamrit, Mary Verona Farm, Hongkaw Sor Sayan, Nong Biew Tapteeratham, Loma Lookboonmee, Stamp Fairtex. Les championnes du monde Thaïlandaises que j'ai battus sont : Thanonchanok Kaewsamrit, Gulapdam RR Gilalampang, Ticha RR Gila Khorat, Duangdaonoi Looklongtan et Gaengaew Gor Glomgliow

Et Étrangères ?

J'ai combattu contre très peu de femmes étrangères, seulement 9 combats en Amérique et quelques-uns d'entre eux étaient des matchs revanche. Sinon la plus connue est la championne du monde Japonaise Saya Ito, que j’ai battu à l’Anniversaire de la Reine à Sanam Luang en 2014

Que penses-tu des combattantes Thaïlandaises ?

Les combattantes Thaïlandaises sont extraordinaires. Elles sont globalement les meilleures combattantes au monde. Je dirais que la combattante Thaïlandaise moyenne est meilleure que la combattante occidentale ou Japonaise moyenne et que les meilleures combattantes Thaïlandaises lorsqu'elles atteignent leur apogée sont les meilleures qui soient.

Beaucoup de choses semble étrange aux yeux des étrangers car la notation thaïlandaise n’est pas bien comprise en occident et les combattantes Thaïlandaises combattent profondément dans leur style précis. Souvent, ce ne sont pas des combattantes puissantes mais Fimeu (Technique). C'est un style commun très bien maîtrisé par les femmes combattantes Thaïlandaises.

Cependant, les meilleures combattantes, après être devenues des stars à 16 ans environ, manquent d’occasions et finissent souvent par ne plus combattre ou même s’entraîner. Il peut y avoir une baisse du niveau des compétences ou de motivation car les opportunités de combat deviennent peu fréquentes ou les responsabilités vis-à-vis de la famille ou de l'école deviennent prioritaires.

Cela nous empêche de voir ce qu’elles pourraient devenir, contrairement à leurs homologues masculins qui combattent dans les stadiums du Lumpinee et du Rajadamnern. Car les hommes y ont des possibilités financières importantes.

Le manque d’opportunités et d’avenir pour les femmes au sein du Muay Thai conditionne la façon dont les femmes combattent. Elles sont les meilleures au monde, mais elles pourraient vraiment être encore meilleurs si on leur donnait la possibilité de le devenir...

Donc tu préfères affronter des combattantes Thaïlandaises plutôt qu’étrangères ?

Oui, les combattantes Thaïs sont les meilleures au monde

Qui sont pour toi les meilleurs combattantes thaïs dans ta catégorie aujourd'hui ?

Personne n’est vraiment la meilleure de ma catégorie de poids. Gulapdam a remporté la ceinture en 100 lb (45 Kg) en WPMF, mais je ne pense pas qu'ils veulent que je l'affronte. Ils me font combattre contre sa camarade de camp qui est beaucoup plus grande et plus lourde, Thanonchanok. À l'heure actuelle, à 45 kilos, il y a peut-être Gulapdam et Faa Chiangrai, avec qui j'ai combattu plusieurs fois, et qui est une combattante très habile.

Loma est maintenant dans une catégorie de poids au-dessus de moi. Elle est principalement passée au MMA (Elle était autrefois la meilleure en 45 Kg), et Stamp Fairtex qui combat pour ONE s’est vraiment améliorée. Lommanee ne combat pas beaucoup, mais elle est l’une des meilleures en 48 Kg. Je pense que Nong Biew et Thanonchanok combattent dans une catégorie de poids plus élevée, environ 52 Kg

Tu vis de tes combats en Thaïlande ?

Non, je ne gagne pas assez d'argent avec mes combats, mais j'essaie simplement d'avoir mes frais payés lorsque je vais combattre, si je peux. Parfois, avec le voyage et l'hôtel inclus, j'ai souvent perdu de l'argent.

Je suis plutôt très soutenu par mes lecteurs et mes fans sur Patreon (Patreon est une plate-forme de financement participatif en anglais basée à San Francisco), ainsi que par mes sponsors. Mes mécènes rendent tout ce que je fais possible

Quelles sont les plus grosses bourses que tu as gagné ?

20 000 Baht à plusieurs reprises au fil des ans, généralement lors de combats retransmis à la télévision

Tu habites avec ton mari, est ce qu'il est Thaïlandais, c'est un boxeur aussi ?

Mon mari est américain, nous sommes venus ensemble en Thaïlande. Il ne combat pas mais il a suivi toute ma carrière et il connaît très bien le Muay Thai

Qu'est ce que tu aimes le plus en Thaïlande après le Muay Thai ?

J'aime la culture thaïlandaise, la langue thaïlandaise, la cuisine thaïlandaise. J'aime les Thaïlandais qui sont mes amis et mes mentors. Ils comptent beaucoup pour moi

Tu as une anecdote particulière avec la boxe à nous raconter qui t'es arrivée en Thaïlande ?

Je ne suis pas sûre de comprendre la question. J’ai vécu tellement d’aventures et de merveilleuses choses, il serait impossible d’en choisir une, de dire la vérité. J'ai écrit plus de 1 000 articles sur mon blog 8limbs.us, je suis sûr que beaucoup d'anecdotes sont là !

Quels sont les titres que tu as gagnés ?

J’ai seulement eu la chance de combattre pour un titre mondial, mais c’était un titre WMC de 3 catégories au dessus de mon poids.

J'ai gagné les ceintures de Thaïlande telles que : Queen's Cup (46 Kg), Festival de courses de buffles de Chon Buri (47 Kg et 48 Kg), Stadium de Sriracha (50 Kg), stadium de Thepprasit (45 Kg et 47 Kg), Festival Sattahip Loi Krathong (52 Kg), Championne Muay Siam du Nord de la Thaïlande en 105 lb (47 Kg 500)

 

CHAMPIONNE DES STADIUMS THEPPRASIT ET SRIRACHA

 

CHAMPIONNE MUAY SIAM DU NORD DE LA THAÏLANDE

 

Est ce que tu aimerais venir un jour combattre en France ?

Les combats en dehors de la Thaïlande ne m'intéressent pas vraiment. La concurrence et le chemin sont tellement vastes et il me reste encore beaucoup à faire. Je refuse presque toutes les offres de combattre en dehors de la Thaïlande. Mais si l’opportunité est très intéressante, je l’étudierais au cas par cas. D'un autre côté, si le Muay Thai est accepté comme sport olympique, j'ai très envie de combattre à Paris en 2024 !

Tu connais des champions Français d'aujourd'hui et d'avant ?

La France a eu des contributions très influentes au Muay Thai !

Les champions qui me viennent à l’esprit sont Skarbowsky et Danny Bill

Et des championnes Françaises ?

Anissa Meksen qui est très célèbre

Quel est ton meilleur souvenir de boxe jusqu'à présent ?

Ah, j'ai tellement de merveilleux souvenirs. Avoir mes héros, Karuhat et Dieselnoi à mes côtés lors de combats. Des moments vraiment petits et apparemment sans importance avec mes entraîneurs. Parler de Muay Thai avec mon mari, il y en a trop...

 

SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU AVEC MASTER KARUHAT SOR SUPAWAN

 

ENTRAÎNEMENT SOUS L'OEIL EXPERT DU GRAND CHAMPION KARUHAT

 

Et le pire ?

Le pire je l'ai déjà oublié...

Ton combat le plus dur de ta carrière ?

Le combat le plus dur est toujours celui auquel je vais faire face, car tu dois te prouver à toi-même à chaque fois que tu montes sur le ring. Ton adversaire te donne ce miroir d'un aspect meilleur ou pire à tes yeux. Mais le plus difficile, c'est vraiment toi-même

Quels sont les obstacles les plus difficiles que tu as rencontré pour devenir une combattante professionnelle de Muay Thai en Thaïlande ?

Il n’était pas difficile de devenir une combattante professionnelle. Il a suffit de créer l’opportunité, puis de continuer à en créer encore plus

Tu peux nous parler des « Sak Yant » que tu as sur le corps, quel Maître t'a fait ces tatouages mystiques ?

Mes Sak Yant sont tous de Arjan Pi Bangkrating. Chacun d’eux a été un point central pour moi, des aspects de ce que je veux être ou de ce que je peux être, et le tatouage est un symbole sur lequel tu médites sur toi-même. J’ai beaucoup écrit sur mes Sak Yant et leur processus. Chaque fois que j’en fais un, je sens une transformation

Ce n'est pas courant les femmes qui se font tatouer des Sak Yant, tu as fait ces tatouages pour te donner une force spirituelle sur le ring ?

Les Sak Yant ne sont pas rares chez les femmes en Thaïlande (Bien que beaucoup de femmes les cachent), mais les Yant particuliers que j'ai sont inhabituels pour les femmes. Tous les Yant sont destinés à la protection et à la chance, ils conviennent à tous les styles de vie, mais ils possèdent des pouvoirs particuliers aux besoins d’un combattant et des éléments de pouvoir et d’autorité généralement réservés à des hommes occupant des postes tels que Militaire, Police, etc.

J'ai une constellation de 8 Yant qu'Arjan Pi m'a fait en une seule fois et qui sont spécifiques au Muay Thai, une Wicha qu'il a apprise de son propre professeur, Arjan O

 

SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU AVEC SON MAÎTRE TATOUEUR

 

Tu es une vrai passionnée de Muay Thai car tu pratiques ton sport avec ferveur. Mais tu as fait aussi beaucoup de grands articles sur cet Art martial Thaïlandais. Tu peux nous parler de ton web site « 8LimbsUs » (8 Membres Nous) ?

Je suis par nature une écrivaine. J'ai toujours trouvé utile et important de m'exprimer de cette façon et ce que je vivais avec le Muay Thai depuis le tout début était profond et difficile à comprendre. J'ai donc utilisé l'écriture pour le traiter moi-même. Et, encore une fois, je l’ai rendu public parce qu’il semblait important de partager avec d’autres, même lorsque c’était seulement mon mari et mes parents qui lisaient mes textes.

Le blog a grandi avec moi et 8LimbsUs a été créé par un financement participatif lors de notre premier déménagement en Thaïlande, dans le but de créer un point de jonction où tous mes articles et mes vidéos puissent être trouvés à cet endroit. Cela a tellement augmenté maintenant que la plupart de mes articles et de mes vidéos les plus détaillés sont publiés sur Patreon "patreon.com/sylviemuay", ce qui, espérons-le, influencera les lecteurs pendant de nombreuses années

Ton magazine met avec brillance en avant les boxeuses en Thaïlande, tu penses qu'en général les médias sur le Muay Thai dans le monde ne parlent pas assez des championnes de Muay Thai ?

Absolument, les femmes pratiquant le Muay Thai et le sport en général ne bénéficient pas de la médiatisation qu'elles méritent ou dont elles ont besoin. Nous devons la créer nous-mêmes, raconter nos propres histoires et celles des autres, sinon il n'y aura pas d'histoire...

Tu t’intéresses beaucoup aussi aux champions de Muay Thai des années 70, 80 et 90, c'est important pour toi de parler de cette période glorieuse dans l'histoire du Muay Thai Thaïlandais ?

Cette période est considérée comme l'âge d'or du Muay Thai et, pour ceux qui sont assez vieux pour l'avoir vue de leurs propres yeux ou qui ont fait l'effort de l'étudier au travers de vidéos et des médias de cette époque, il n'y a pas d'incompréhension à comprendre pourquoi je me suis intéressée à cette période. Mais je ne suis pas assez vieille pour l’avoir vu de mes propres yeux et ces combattants vieillissent. Leurs techniques et leurs histoires risquent de disparaître à mesure que le Muay Thai évolue.

Les légendes du passé me disent que le Muay Thai qu’ils connaissaient est déjà oublié. Il est naturel que tous les arts et les sports changent, cela fait partie de l'art vivant, mais préserver les techniques, les histoires des hommes de cette époque est quelque chose d'incroyablement important et fait partie de mon devoir et de ma responsabilité envers le Muay Thai.

C’est la raison pour laquelle j'ai créé une bibliothèque du Muay Thai sur Patreon, en documentant et en archivant non seulement les techniques, mais aussi les incroyables champions qui ont vécus durant cette période. J'ai réalisé près de 60 heures de vidéo avec eux, j'espère faire au moins 100 heures, ce qui pourra être utile dans 20 ou 50 ans

Quels sont tes projets pour 2019 ?

Je vais combattre autant que je peux, pour maintenir le rythme nécessaire afin d'atteindre 471 combats au cours des 10 prochaines années.

J'ai choisi ce nombre parce que c'est le plus grand nombre de combats professionnels « enregistrés » par quiconque dans l'histoire. Cela a été accompli par un boxeur américain des années 1920, Glen Wickwar.

Je vais essayer d'honorer son exploit en le surpassant. Je suis également l'entrée du Muay Thai aux Jeux olympiques et je souhaite représenter mon pays, ainsi que mon parcours en Thaïlande, aux Jeux olympiques de 2024.

Et cette année, je continuerai à me documenter sur les plus grands combattants et enseignants de Muay Thai en Thaïlande. Je vais continuer à alimenter ma bibliothèque, en écrivant et en me documentant sur ma propre évolution en cherchant toujours à me perfectionner. Et j'espère créer davantage d'opportunités pour les combattantes Thaïlandaises dans le domaine de l'enseignement du Muay Thai à l'international

Tu as déjà fais plus de 200 combats ? Ton prochain combat ?

Je viens de faire mon 233ème combats et quelques combats sont prévus pour la fin du mois et le début du mois prochain. Parfois, ils ne se font pas, parfois ils arrivent au dernier moment…

Je ne fais que passer au combat suivant

Tu veux ajouter quelque chose ?

J'apprécie vraiment le travail que tu as accompli au fil des ans avec Siam Fight Mag, Serge. Les interviews que tu as réalisés avec les meilleurs combattants de Thaïlande sont une ressource dans laquelle je me suis souvent inspiré et je tiens simplement à te remercier pour ce travail. Je suis honorée et fière d’être incluse également dedans !

Merci beaucoup pour cette interview et Chookdee pour tes combats !

 

Sylvie Von Duuglas-Ittu est une femme qui force l'admiration. Sa détermination et son parcours exceptionnel dans le monde de la boxe en Thaïlande est unique. En sept ans, sur les terres Thaïlandaises, elle a atteint le record incroyable de 223 combats professionnels en Muay Thai. Avec 222 combats professionnels en Thaïlande et un combat professionnel au Laos. Auparavant, aux États-Unis, elle avait effectué 9 combats amateurs en Muay Thai et un combat amateur en boxe anglaise.

 

CE NE SONT PAS DES COMBATS AMATEURS AVEC PROTECTION QUE SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU A FAIT. MAIS BIEN DES COMBATS PROFESSIONNELS AVEC COUP DE COUDE. SES NOMBREUSES BLESSURES AU VISAGE LE PROUVENT

 

Aucun combattant étranger dans l'histoire du Muay Thai n'a réussi à faire ce qu'elle est en train d'accomplir.

A ce jour, il y a juste deux ou trois combattants étrangers qui ont dépassé les cent combats professionnels en Thailande. Le premier est le Canadien Jovan Stojanovski qui a fait 110 combats professionnels en Thailande durant les années 90 et 2000, il a affronté notamment des légendes telles que Somrak Kamsing et Samkor Kietmontep.

L'autre combattant est l’illustre champion Belge Youssef Boughanem qui est le seul étranger à avoir conquis trois ceintures des grands stadiums de Bangkok, la ceinture du stadium du Lumpinee (2018), la ceinture du stadium du Radja (2016) et la ceinture du stadium d'Omnoï (2015). Youssef Boughanem a effectué près de 150 combats professionnels en Thaïlande. Yassine Boughanem comptabilise un nombre aussi important de combats que son grand frère. Au début de leur carrière, ils combattaient parfois toutes les semaines dans les provinces Thaïlandaises !

Le champion Français Antoine Pinto qui vit en Thaïlande depuis 16 années totalise également plus de 100 combats professionnels sur le territoire Thaïlandais.

Les combattants Thaïlandais affichent souvent des palmarès avec un nombre incroyable de combats. Comme par exemple les champions Somrak Kamsing (500 combats, 300 en Muay Thai, 200 en boxe anglaise), Changpuek Kiatsongkrit (500 combats), Jomhod Eminent Air (500 combats), Fahsuchon Sit O (500 combats), Boonlay Sor Thanikul (400 combats), Sam-A Thor Rattanakiat (400 combats), Luknimit Singklongsi (400 combats), Ekapon Junk (370 combats), Jomhod Kiatadisak (360 combats), Singdam Kiatmuu9 (340 combats), Saenchai Sor Kingstar (335 combats), Petchboonchu FA Group (330 combats), Nong O Kayanghadao (320 combats), Sagat Petchyindee (317 combats), Krongsak Boranrat (300 combats), Wangchannoi Sor Palangchai (300 combats), Namsaknoi Yudthagarngamtorn (300 combats), Buakaw Por Pramuk (300 combats), Pajonsuk Lookprabat (300 combats), Samkor Kietmontep (300 combats), Fahmongkol Sor Jor Danrayong (300 combats), Kongtoranee Payakaroon (274 combats), Coban Lookchaomaesaitong (270 combats), Kongsak Sitboonmee (260 combats), Sakmongkol Sitchuchok (254 combats), Chamophet Ha Phalang (250 combats), Kaensak Sor Ploenchit (250 combats), Chanchai Sor Tamrangsi (250 combats), Orono Por Muang Ubon (250 combats).

Officiellement, il est très difficile de savoir exactement le nombre de combats d'un champion Thaïlandais. Car au début de leur carrière, durant leur enfance, ils combattent souvent dans des fêtes de village à la campagne où le compte officiel des combats n'est pas vraiment suivi. Ce n'est qu'à partir du moment où ils combattent dans un stadium que l'on peut savoir précisément leur nombre de combat effectué. Sinon, il faut se fier à la bonne foi du combattant qui déclare son palmarès élogieux...

Mais ce que l'on retient avant tout sur le palmarès d'une carrière d'un boxeur, ce n'est pas la quantité de combat qu'il a fait mais la qualité des adversaires qu'il a battu. L'immense champion Dieselnoi Ha Phalang n'a fait que « 122 » combats mais il a battu toute les plus grandes légendes de son époque comme Vicharnoi Porntawee, Pohsai Sittiboonlert, Kaopong Sittichoochai, Sagad Petchyindee, Samart Payakaroon, Padejsuek Pisanurachan, Nonekai Sor Prapassorn, Krongsak Prakong Boranrat, Raktear Muangsurin.

La phénoménale combattante américaine Sylvie Petchrungruang ne se contente pas d'avoir effectué 222 combats professionnels en Thailande, ce qui est déjà un exploit. Son but, en Muay Thai, c'est un peu comme d'atteindre le sommet du mont Everest. Elle veut réussir à faire plus de 471 combats professionnels (Record officiel détenu par l'Américain Glen Wickwar). Cette performance pourrait la voire inscrite à tout jamais dans le célèbre “ Livre Guinness des records ” !

Son surnom en Thaïlande est "Sao Nakleng Khao" (Miss Gangster coup de genoux) car c'est une redoutable combattante avec les techniques de coup de genoux. Mais elle est aussi appellée par les fans Thaïlandais “Rambo” pour sa vaillance au combat, Rambo en référence au grand champion Pongsiree “Rambo” Ruamrudee, un dangereux Muay Bouk (Combattant qui avance).

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG DANS LES MAGAZINES THAIS

 

Sylvie Petchrungruang a battu des championnes telles que Faa Chiang Rai Sor Sakunthong (Championne du monde WBC), Thanonchanok Kaewsamrit (Championne du monde WPMF), Gulapdam RR Gilalampang (Championne du monde WPMF) victoire par KO, Ticha RR Gila Khorat (Championne du monde WMC), Duangdaonoi Looklongtan (Championne du monde WPMF), Saya Ito (Championne du monde WPMF), Gaengaew Gor Glomgliow (Championne du monde WPMF) !

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG CONTRE THANONCHANOK KAEWSAMRIT

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG CONTRE DUANGDAONOI LOOKLONGTAN

 

Sylvie Petchrungruang a rencontré le 5 décembre 2016, lors de la King's Birtday à Bangkok, la championne Mary Verona Farm pour la ceinture mondiale WMC en – 52 Kg. L'Américaine a perdue aux points le match contre la Thailandaise qui pesait sept kilos de plus qu'elle...

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG CONTRE MARY VERONA FARM, CHAMPIONNAT DU MONDE WMC

 

Sao Nakleng Khao a aussi affrontée les championnes Zaza Sor Aree (Championne du monde WPMF), Loma Lookboonmee (Championne du monde S1), Phetyodying Mor Ratchapatjombueng (Championne du monde WBC), Nong Biew (Championne du monde WPMF), Pakthongchai (Championne du monde WMC), Star Sor Klinmee (Championne du monde WMC et WPMF), Nongphet Kor Saklamphun (Championne du monde WBC et S1).

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG A AFFRONTÉ QUATRE FOIS LA GRANDE CHAMPIONNE LOMA LOOKBOONMEE

 

Elle a souvent été coachée par des légendes des rings comme Langsuan Phanyuthaphum, Dieselnoi Ha Phalang, Karuhat Sor Supawan, ainsi que les stars Kem Sitsongpeenong et Yodwicha Por Boonsit.

 

LEÇON AUX PAOS AVEC MASTER BURLEK PINSINCHAÏ

 

SPARRING AVEC MASTER DIESELNOI HA PHALANG

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG AVEC L'ANCIENNE STAR DES RINGS SAGAT PETCHYINDEE

 

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG AVEC LE GRAND CHAMPION THAILAND PINSINCHAÏ

 

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG AVEC MASTER YODKHUNPON SITTRAIPHUM

 

SYLVIE PETCHRUNGRUANG A COMBATTU PLUSIEURS FOIS EN STYLE KARD CHUEK (SANS LES GANTS)

 

Sylvie Von Duuglas-Ittu a été élue « Meilleure boxeuse de l'année » en 2015 et en 2017 par le magazine Awakening Fight. A noter que la star française Anissa Meksen a reçu ce même trophée en 2014.

Un superbe documentaire a été réalisé sur cette combattante hors norme, un documentaire qui se nomme « Under The Rope (Sous la corde) The Story of Muay Thai Fighter Sylvie Von Duuglas-Ittu ».



« UNDER THE ROPE THE STORY OF MUAY THAI FIGHTER SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU »

 

« Sous la corde » fait référence au fait que traditionnellement, les boxeuses Thaïlandaises doivent entrer dans le ring en rampant sous la corde la plus basse, tandis que les hommes enjambent la corde du haut.

Car la boxe féminine en Thaïlande est encore loin d’être égalitaire avec celle pratiquée par les hommes. A cause de certaines traditions culturelles et religieuses du pays qui mettent un frein à cette égalité.

Le Muay Thai est un sport très dur qui implique huit points de contact sur le corps, il comporte des pratiques liées à la superstition et aux croyances magiques. Ces croyances disent que la tête est la partie la plus haute et la plus sacrée du corps. Par contre, la menstruation est considérée comme nuisible à une magie protectrice, alors, même lorsqu'elles n'ont pas leurs règles les femmes ne peuvent pas passer au-dessus de la corde supérieure du ring parce qu'elles pourraient perturber les bénédictions.

Dans certains camps de boxe et stadiums du pays ces croyances sont poussées encore plus loin, les femmes n'ont pas le droit de toucher les cordes du ring, ni de monter sur le ring.

Dans les quatre plus importants stadiums de Thaïlande qui sont dans la capitale à Bangkok, le stadium du Lumpinee (Des combats féminins sont parfois organisés au stadium du Lumpinee mais à l’extérieur du stadium, un ring est monté sur le parking du stadium), le stadium du Ratchadamnoen, le stadium TV7 et le stadium d'Omnoï (Situé dans la ville de Samut Prakarn à 30 Km de Bangkok) les combats féminins sont interdits.

Les championnes thaïlandaises ne peuvent donc espérer un jour remporter les plus prestigieux titres de ces stadiums. Sans combattre dans les plus grands stadiums du pays, il sera impossible à une femme de devenir une grande star du Muay Thai en Thaïlande.

Les boxeuses thaïlandaises n'ont pas d'autre moyen que de suivre ces règles pour rendre hommage aux anciens maîtres de Muay Thai dans le cadre de leur culture et de leur tradition. Même si ces règles ont été conçues pour les boxeurs masculins.

C'est un gros inconvénient pour la carrière d'une boxeuse professionnelle parce que les athlètes féminines éprouvent beaucoup de difficultés à être acceptées par les sponsors commerciaux pour soutenir leurs combats. Le monde de la boxe en Thaïlande dépend énormément des gros sponsors industriels qui pensent encore que la boxe est un sport uniquement pour les hommes.

C'est toutes ces barrières culturelles que la petite Américaine est en train de bousculer à son niveau dans le pays du Muay Thai. Elle mérite un grand respect pour l’énergie considérable qu'elle fournit chaque jour pour l'évolution positive du Muay Thai féminin (Sylvie explique en détaille l'histoire et le système de la boxe féminine en Thaïlande dans beaucoup d'articles qu'elle a écrit).

Aussi, en plus d'être une extraordinaire combattante, Sylvie Von Duuglas-Ittu a également été élue « Meilleure journaliste de l'année » en 2014, en 2016 et en 2017 par le magazine Awakening Fight pour son magazine web « 8LimbsUs » qui fournit depuis des années de nombreuses informations sur le Muay Thai féminin pratiqué en Thaïlande et des dossiers sur les grandes légendes du Muay Thai.

 

Le site sur le Muay Thai de Sylvie Von Duuglas-Ittu « 8LimbsUs » :

http://8limbs.us/

 

Le lien Patreon de Sylvie Von Duuglas-Ittu:

patreon.com/sylviemuay

 

Cette passionnée de l'Art de combat ancestral Thaîlandais a réalisé des dizaines de vidéos techniques avec les plus grands noms de l'histoire du Muay Thai. Des vidéos qui sont disponibles sur le net pour tous les amoureux du Muay Thai authentique. En voici quelques-unes :

 

TECHNIQUE DE GENOUX AVEC DIESELNOI HA PHALANG (CHAMPION DU LUMPINEE, MEILLEUR BOXEUR DE L'ANNÉE 1982)

 

 

 

ENTRAÎNEMENT AU SAC DE FRAPPE AVEC LANGSUAN PHANYUTHAPUM (CHAMPION DU LUMPINEE, MEILLEUR BOXEUR DE L'ANNÉE 1987)

 

 

LEÇON AUX PAOS AVEC KONGTORANEE PAYAKAROON (CHAMPION DU LUMPINEE, MEILLEUR BOXEUR DE L'ANNÉE 1984)

 

LEÇON AUX PAOS AVEC SAMART PAYAKAROON (CHAMPION DU LUMPINEE, MEILLEUR BOXEUR DE L'ANNÉE 1981, 1983, 1988)

 

LEÇON AUX PAOS AVEC SAGAT PETCHYINDEE (CHAMPION DU LUMPINEE, CHAMPION DU RADJA)

 

SHADOW AVEC KARUHAT SOR SUPAWAN (CHAMPION DU LUMPINEE)

 

TECHNIQUE DE FRONT KICK AVEC SILAPATHAI JOCKYGYM (CHAMPION DU RADJA)

 

SYLVIE VON DUUGLAS-ITTU

Date de naissance : 3 novembre 1988

Poids : 46 Kg

Hauteur : 1m55

Nombre de combats : 233. 150 victoires (78 KO). 74 défaites. 9 matchs nuls.

Title: Vainqueur de la Queen's Cup en - 46 Kg (2014), Ceinture du Festival de courses de buffles de Chon Buri en - 47 Kg (2014), Championne du Stadium Sriracha en - 50 Kg (2014), Championne du stadium Thepprasit en - 47 Kg (2014), Ceinture du Festival de courses de buffles de Chon Buri en - 48 Kg (2015), Ceinture du Festival Sattahip Loi Krathong en - 52 Kg (2015), Championne Muay Siam du Nord de la Thaïlande en 105 lb (2016), Championne du stadium de Thepprasit en - 45 Kg (2017)

Team : PETCHRUNGRUANG GYM

 



MUAYDEETSPORT

MUAY TIES

Lumpinee Boxing Stadium