LES ENFANTS BOXEURS THAÏLANDAIS

Special report

by Serge TRÉFEU (2020)

(Merci à Mack Dimata, un passionné des combats d'enfants en Thaïlande, pour ses infos sur le Boomdeksien Gym et les Dumpans d'enfants)

 

 

 

 

La boxe pratiquée par les enfants en Thaïlande est souvent un sujet qui fait couler beaucoup d'encre au pays du Muay Thai.

L'opinion en Thaïlande est divisée en deux parties avec ceux qui pensent qu'un boxeur doit commencer très tôt le Muay Thai afin qu'il puisse acquérir des bases solides. Car ce sport est très dur physiquement et difficile techniquement à maîtriser. Il doit aussi se construire un mental fort dès le plus jeune âge pour espérer devenir un champion. De plus, l'enfant à la possibilité de gagner un revenu qui peut aider sa famille, souvent issu d'un milieu modeste.

Et ceux qui n'acceptent pas qu'un enfant prennent autant de danger avec ce sport à un âge aussi précoce. Surtout, si les coups reçus ont un effet sur le cerveau en plein développement de l'enfant, des coups qui affecteront peut-être négativement le jeune boxeur à long terme. Et peuvent amener un jour à un événement tragique...

Plusieurs personnalités importantes thaïlandaises, docteurs, professeurs, politiciens, ont voulu renforcer et surtout appliquer à la lettre la « Loi de 1999 » sur le sport de la boxe (Loi officielle de 1999 sur le sport de boxe en Thaïlande qui comprend 63 articles, éditée par Sa Majesté Bhumibol Adulyadej), suite au décès du jeune boxeur Petchmongkol Por Peenaphat qui est mort le 10 novembre 2018 à 13 ans après un match de boxe.

Petchmongkol avait commencé la boxe à 8 ans et effectué 174 combats en cinq ans. Provenant d'une famille très modeste, élevé par sa grand-mère et son grand-père, il donnait tout l'argent de ses combats à ses grands parents. La plus grosse bourse qu'il a touché s'est élevée à 4000 bahts. Statistiquement, Petchmongkol s'est battu, en moyenne, 34 fois par an. Cela fait, environ un combat tous les 11 jours.

Les règles de la « Loi de 1999 » sont claires,  un combattant qui termine 5 rounds doit se reposer 21 jours avant le prochain combat. Un boxeur qui gagne 3 rounds doit se reposer 14 jours avant le prochain combat. Un boxeur qui perd par KO ou par une technique TKO doit se reposer 30 jours avant le prochain combat. Un boxeur qui perd par KO avec deux commotions cérébrales doit se reposer 90 jours et doit être certifié apte à combattre de nouveau par un médecin. Ces règles évidentes pour la protection de la santé des boxeurs ne sont pas toujours appliquées en Thaïlande.

Pour son dernier match dans la province de Samut Prakan, durant le combat, après avoir reçu une série violente de coups de poings, Petchmongkol est tombé KO. Inconscient, il a dû être transporté à l'hôpital pour les premiers soins. Malheureusement, son cerveau a subi une lésion cérébrale mortelle. Sa mort a ému beaucoup de personnes dans le milieu de la boxe en Thaïlande...

 

PETCHMONGKOL POR PEENAPHAT (RIP)

 

L'article 29 de la loi de 1999 sur la boxe professionnelle, stipule qu'un boxeur enregistré avec une licence professionnelle doit être âgé d'au moins 15 ans (Entre 12 ans et 15 ans). Mais en réalité, depuis toujours, et de plus en plus ces dernières années, il y a des milliers de boxeurs de moins de 12 ans qui combattent en Thaïlande. Certains combattent dès l'âge de 4 ans....

Les défenseurs des droits des enfants en Thaïlande veulent aussi interdire la boxe professionnelle aux enfants de moins de 15 ans. Pour des raisons d'éthique, ils estiment que ce sport est une maltraitance de l'enfant et un outil de jeu pour les adultes qui peuvent les exploiter financièrement. Et citent des articles de la « Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies » où il est écrit qu'il est interdit d'embaucher, de contraindre, d'inciter, d'encourager ou de permettre aux enfants de prendre des mesures qui peuvent être nocives pour leur corps et leur esprit, d'affecter leur croissance, et d'entraver le développement des enfants en leur faisant faire du sport pour des bénéfices commerciaux.

Aucun enfant au monde ne devrait être contraint de travailler pour gagner de l'argent afin d'aider ses parents. Aussi, aucun enfant ne devrait grandir seul, être abandonné, exploité et persécuté. Ce qui est loin d'être le cas à travers le monde. Dans les pays avec une situation sanitaire et économique catastrophique malheureusement les enfants subissent avec violence la misère sociale. Les enfants pauvres morflent également dans les pays à haut revenu...

En Thaïlande, certains enfants commencent ce sport pour s'amuser, prennent goûts à la compétition et deviennent des boxeurs professionnels. C'est souvent le cas des enfants boxeurs étrangers qui sont aujourd'hui nombreux à combattre en Thaïlande. Les parents de ses enfants « Farangs » (Étranger) n'ont pas de problème financier, c'est vraiment la passion du sport qui pousse leur rejeton à s’initier à la boxe.

Mais, la plupart du temps, les enfants Thaïlandais de milieu défavorisé débutent surtout la boxe pour essayer de s'en sortir et gagner de l'argent rapidement afin d'aider leur famille. C'est très dur pour un enfant de suivre des cours scolaires et de s’entraîner en même temps à la boxe tôt le matin et après l'école. Ces enfants boxeurs finissent souvent leur journée vers 9 H du soir complémentent exténués.

Aussi, beaucoup d'enfants pauvres dans les camps de boxe sont orphelins. Les histoires d'enfants abandonnés, sauvés de la rue par la boxe, ne manquent pas en Thaïlande. Comme par exemple, cet enfant qui avait été abandonné par son père sur un quai du port de pêche de Pattaya. Master Yodtong l'avait recueillit dans son camp de boxe, le fameux Sityodtong où il lui avait enseigné l'Art du Muay Thai. L'enfant s'est construit une nouvelle vie qui lui a permit de faire une belle carrière de boxeur professionnel et de bien gagné sa vie grâce à la boxe !

Ou encore, la belle histoire du camp Wor Watthana Gym dans la province de Nakhon Ratchassima. Un camp créé par deux amoureux de la boxe, Frances Pettitt et Thanit Watthanaya. Ils ont édifié ce camp de boxe pour aider les enfants en difficultés, afin de les éloigner des mauvais chemins qui peuvent conduire certains dans la délinquance et la drogue qui fait des ravages dans leur région. Le couple a même adopté un orphelin, le jeune fougueux Bpaet (Champion de la région Isaan, 100 combats) qui est devenu aujourd'hui un combattant professionnel qui gagne bien sa vie avec la boxe (Pour plus de détails voir l'article sur le camp Wor Watthana Gym dans Siamfightmag.com).

 

Wor Watthana Gym :

http://www.siamfightmag.com/fr/muaythai-fr/reportages-muay-thai-fr/camps-muaythai-fr/camps-region-nord-fr/1357-wor-watthana-gym

 

Ils sont nombreux en Thaïlande les exemples d'enfants pauvres qui ont fait fortune grâce à la boxe. Les jeunes qui commencent ce sport rêvent de devenir des stars des rings, des grands champions riches et adulés comme Samart Payakaroon, Jaroenthong Kietbanchong, Buakaw Banchamek, Somrak Kamsing ou Saenchai Sor Kingstar !

Ces icônes du Muay Thai ont toutes débutés la boxe très tôt et effectuées énormément de combats, Samart (Premier combat à 7 ans, 150 combats en Muay Thai, 23 combats en Boxe Anglaise), Jaroenthong (Premier combat à 12 ans, 151 combats), Buakaw (Premier combat à 8 ans, 275 combats), Somrak (Premier combat à 7 ans, 300 combats en Muay Thai, 200 combats en Boxe Anglaise), Saenchai (Premier combat à 8 ans, 345 combats).

Tous les petits nakmuays débutants veulent remporter des titres et connaître l'ivresse des combats dans les grands stadiums de Bangkok. Là, où s'affrontent les meilleurs champions du pays. Mais le chemin est long pour arriver au sommet de la gloire, seul les plus déterminés deviendront des champions...

En Thaïlande, en Muay Thai, les enfants font des matchs de cinq rounds ou de trois rounds. La durée du round est de 2 minutes au lieu de 3 minutes pour les adultes. Ils n'ont aucune protection sauf pour certains combats en amateur.

Les matchs en 3 rounds de 2 minutes sont réservés aux enfants débutants qui n'ont que quelques combats (0 à 20 combats). Ensuite, lorsque l'enfant à plus de 20 combats ou un bon niveau, il fait des matchs en 5 rounds de 2 minutes. Aussi, c'est suivant les négociations entre chaque camp de boxe de l'enfant, certains souhaitent que leur boxeur fasse encore des matchs en 3 rounds, d'autres qu'il passe aux matchs en 5 rounds.

Pour les enfants, les matchs effectués en 5 rounds de 2 minutes ou en 5 rounds de 3 minutes, dépendent vraiment du niveau des jeunes boxeurs. Il peut y avoir des rounds de 3 minutes dans un grand match d'enfants en province avec un gros Dumpan en jeu (Pari). Dans les grands stadiums de Bangkok, au stadium du Lumpinee ou du Radja, les jeunes de haut niveau, de 14/15 ans, font des matchs en 5 rounds de 3 minutes.

 

LES COMBATS D'ENFANTS DE HAUT NIVEAU SONT AUSSI DURS QUE LES COMBATS D'ADULTES

 

Les meilleurs enfants boxeurs du pays touchent des faibles bourses contrairement aux combattants des circuits adultes (Entre 3000 et 10 000 bahts pour les bourses d'enfants champions, les bourses des champions adultes sont entre 50 000 et 150 000 bahts).

Dans le monde des petits champions, l'argent se gagne mieux grâce aux matchs avec des gros Dumpans.

Le Dumpan, très courant en Thaïlande, est un pari avec un accord entre les deux camps (Team) avant le combat. Les Teams de chaque boxeur se mettent d’accord sur une somme mise en jeu, par exemple 100 000 bahts et chaque camp met la moitié, 50 000 bahts pour l’un et 50 000 bahts pour l’autre. Le boxeur qui gagne le combat fait remporter la somme de 100 000 bahts pour son camp. Son camp a mis 50 000 bahts en jeu et remporte 100 000 bahts, il rembourse sa mise et gagne 50 000 bahts (Pour plus de détails voir l'article sur les Dumpans dans Siamfightmag.com).

 

Le Dumpan :

http://www.siamfightmag.com/fr/muaythai-fr/reportages-muay-thai-fr/autres-reportages-muaythai-fr/499-le-dumpan

 

Les plus gros combats d’enfants se déterminent par la valeurs du Dumpan mis en jeu. De plus, lors des matchs, il y a également des sommes importantes qui circulent avec les parieurs qui sont nombreux à assister aux matchs d'enfants.

Les Dumpans peuvent aller de 10 000 bahts à plus de 100 000 bahts. Le record d'un Dumpan pour un match avec des enfants a été en 2018 avec les surdoués Yodpet Ek Boomdeksien et Kreng Teeboonlay qui avaient 9 ans tous les deux. Ils ont combattu pour un Dumpan de 600 000 bahts. Un match retransmis à la télévision avec la présence du plus important promoteur de Thaïlande, M. Peerapong Theeradejpong (Chun Kietpetch).

 

YODPET EK CONTRE KRENG, MATCH D'ENFANT AVEC UN DUMPAN DE 600 000 BAHTS

 

L'un des plus gros Dumpans entre boxeur adolescent a eu lieu le 9 septembre 2010 au stadium du Radja avec le combat The Lek Wor Sangprapai (14 ans) contre Julong Ekbansai (17 ans). Le Dumpan a été de 3 millions de bahts, un match remporté par The Lek pour la ceinture de champion du monde WMC en 105 lbs !

 

PROMOTION POUR DES MATCHS D'ENFANTS AVEC DES DUMPANS DE 100 000 BAHTS ET 200 000 BAHTS

 

La région de l'Isaan (Région Nord-Est) est la région où sont souvent organisé des matchs d'enfants avec des gros Dumpans. C'est une région très pauvre, le circuit professionnel des combats d'enfants est donc très important avec les provinces de Buriram, Udon Thani, Roi Et, Surin, Chayaphum, Ubon Ratchathani, Maha Sarakham, Nakhon Ratchassima, Khon Kaen, Yasothon, Kalasin, Nong Bua Lamphu. Ensuite, il y aussi les régions Centre et Centre-Est du pays avec les provinces de Bang Kraso, Talat Kwan, Chainat, Lopburi, Chachoengsao, Kanchanaburi, Chonburi, Rayong. Enfin, les régions du Sud de la Thaïlande telles que, Nakhon Si Tammarat, Thung Song, Trang, Yala, Krabi, Phatthalung sont également bien fournies, il y a parfois des matchs d'enfants dans le sud avec des Dumpans de 400 000 bahts.

 

AFFICHE DE COMBAT D'ENFANT DANS LA RÉGION DU NORD-EST

 

CHAMPIONS DE LA RÉGION NORD-EST DES – 30 KG A – 60 KG

 

CHAMPIONS DE LA RÉGION CENTRE-EST DES - 25 KG A 118 LBS (53 KG)

 

Les stadiums les plus réputés dans la région de l'Isaan pour les combats de Muay Dek (Boxe enfant) se trouvent à Roi Et et à Nakhon Ratchassima.

L'une des ceintures les plus convoitées des petits champions Muay Dek est la ceinture de champion de l'Isaan car c’est dans cette région qu'existe le plus grands nombres de boxeurs enfants de toute la Thaïlande.

A Bangkok, il y a parfois des combats d'enfants dans le stadium de Rangsit, il n'y a pas longtemps, un match dans la catégorie des 22 Kg a été organisé dans ce stadium avec un Dumpan de 200 000 bahts.

L'un des rares combats d'enfants organisés au stadium du Radja de Bangkok avec un Dumpan important (300 000 bahts) a eu lieu le 16 janvier 2020, un événement organisé par le promoteur influent M. Sommai Sakulmetta (Sor Sommai Promotion). Le match a été Hanuman Pornchimplee contre Monkean Boomdeksien dans la catégorie des 77 lbs (35 Kg), Hanuman a battu aux points Monkean.

Les combats d'enfants se font pratiquement sans pesée des petits boxeurs. Il peut y avoir, parfois, une pesée très stricte, pour des matchs d'enfants avec un enjeu important. Les promoteurs sont alors intransigeants avec le poids, la pesée se fait le matin du combat vers 6h-8H comme pour les adultes. Si le petit boxeur n'est pas au poids, il doit perdre son excès de poids dans l'heure. Auquel cas, le match peut être annulé. Aussi, parfois, des arrangements financiers peuvent être négociés si jamais le combattant n’arrive pas à être au poids...

 

PESÉE POUR UN MATCH IMPORTANT DANS LE STADIUM DE ROI ET

 

RÉUNION DE MATCHS D'ENFANTS SANS PESÉE

 

Mais la plupart des matchs d'enfants en Thaïlande se font sans pesée des boxeurs. La visite médicale du boxeur avant le combat est aussi très rapide, le médecin agréé de la soirée regarde seulement si l'enfant n'a pas de blessures importantes sur le corps.

Les combats dans la région Nord-Est ou dans le Sud du pays sont souvent organisés dans des fêtes de village sur des rings improvisés ou dans un stadium en pleine air, un stadium composé de grandes tôles qui fait office de mur pour entourer un ring élevé au centre. Tous les week-ends, il y a des événements avec des combats d'enfants.

Les rencontres entre enfant, sauf les championnats importants, se négocient presque au dernier moment. Les petits nakmuay qui ont à peu près le même nombre de combat et la taille semblable se rencontrerons. Quelque fois, de longues discussions sont nécessaires pour mettre tout le monde d’accord (Pour plus de détails voir l'article « Les enfants gladiateurs du stadium de Khon Kaen » sur Siamfightmag).

 

Les enfants gladiateurs du stadium de Khon Kaen :

http://www.siamfightmag.com/fr/muaythai-fr/reportages-muay-thai-fr/autres-reportages-muaythai-fr/477-les-enfants-gladiateurs-du-stadium-de-khon-kaen

 

Ils sont nombreux les petits enfants champions en Thaïlande, on ne peut pas tous les énumérés car il faudrait un livre entier. Mais voici quelques graines de champions des rings qui font parler d'elles en ce moment !

 

Yodpet Ek Boomdeksien et Yodpet Oh Boomdeksien sont deux frères jumeaux de 11 ans. Ils viennent de la ville de Nong Bua Lamphu dans la région nord-est, une région qui a fourni déjà de nombreux grands champions comme Kapitan Petchyindee (Diesellek Petsiri) le champion actuel du Lumpinee en 154 lbs ou la superstar Yodsanklai Fairtex (Champion du Lumpinee, champion du monde WBC, WMC, WPMF).

Yodpet Ek et Yodpet Oh ont un style de combattant très technique et esthétique. Ils totalisent plus de 80 combats chacun et sont champions de leurs province, il font partie des boxeurs enfants les plus réputés du pays. Yodpet Ek détient le record de combat d'enfant avec un Dumpan de 600 000 bahts pour son match contre Kreng Teeboonlay, le 15 juillet 2018 à Nonthaburi (Kietpetch Promotion) dans la catégorie des 21 Kg, un match remporté par Yodpet Ek.

En juin 2019, Yodpet Ek a battu le redoutable Jamsak Sitsaenchoeng au stadium de Rangsit à Bangkok, il a touché une grosse bourse de 30 000 bahts offerte sur le ring par l'ancienne star des rings Karuhat Sor Supawan.

Le petit surdoué des rings a combattu de nouveau pour un Dumpan très important, en octobre 2019, dans l'Isaan, avec un Dumpan de 500 000 bahts, Yodpet Ek a encore gagné son combat !

Son frère, Yodpet Oh est aussi classé dans le Top 10 des meilleurs boxeurs enfants de l'Isaan. Il a combattu dernièrement contre Yotfonluang Sitpetchchalukan à Udon Thani pour un match avec un Dumpan de 200 000 bahts en jeu, victoire aux points de Yodpet Oh.

Ces jumeaux surdoués des rings font partie de la Team d'enfant exceptionnelle du camp Boomdeksien Gym situé à Udon Thani dans la région Nord-Est de la Thaïlande.

Ce camp appartient au jeune diplômé de Haute école (Chetuphon Commercial College) de 24 ans, M. Boom Apiprat, un passionné de boxe, surtout la boxe des enfants. Son camp est l'un des meilleurs de l'Isaan pour les boxeurs enfants. Il compte une douzaine de boxeurs enfants qui ont entre 8 ans et 12 ans.

Pour exemple, le mercredi 23 octobre 2019, trois des jeunes boxeurs du Boomdeksien ont combattu pour des Dumpans très importants dans une grosse soirée de boxe. Yodpet Ek a combattu avec un Dumpan de 500 000 bahts, Moonkaen a combattu avec un Dumpan de 30 000 bahts, Yodpet Oh a combattu avec un Dumpan de 20 000 bahts, et quelques jours auparavant, Sayo a combattu pour la ceinture de champion d'Isaan avec un Dumpan de 460 000 bahts. Tous les combattants du Boomdeksien ont remporté leur combat !

Le Boomdeksien Gym comprend aussi les frères jumeaux Khumsaklek et Khumsaknoi qui viennent d'être recruté par M. Boom Apiprat. Le dernier combat du jeune Khumsaklek s'est fait avec un Dumpan de 200 000 bahts en jeu, il a battu un petit boxeur du sud par KO au deuxième round. Khumsaklek fait partie des Top 10 des meilleurs combattants enfants de l'Isaan !

 

LES JUMEAUX YODPET EK ET YODPET OH BOOMDEKSIEN

 

YODPET EK ET YODPET OH AVEC LA JEUNE CHAMPIONNE REMINA

 

YODPET EK BOOMDEKSIEN

 

YODPET EK BOOMDEKSIEN EN ACTION

  

LE BOOMDEKSIEN GYM EST UNE USINE A CHAMPION DE BOXEUR ENFANT

 

M. BOOM APIPRAT LE PROPRIÉTAIRE DU BOOMDEKSIEN GYM

 

Moonkaen Boomdeksien du camp Boomdeksien Gym est très fort en ce moment, il a 13 ans et effectué environ 80 combats. Moonkaen a remporté la ceinture de champion de l'Isaan en – 25 Kg. Ainsi que la ceinture de la province d'Udon Thani.

C'est un boxeur très apprécié des parieurs pour son style très offensif et son mental.

En octobre 2019, à Nakhon Sawan, Moonkaen a battu par KO Phayaknoi Songphol KNC dans un match avec un Dumpan de 30 000 bahts en jeu.

En décembre 2019, au Boxing Stadium de Rayong, Moonkaen a battu aux points Thirapong Dabres pour un Dumpan de 70 000 bahts.

Le 16 janvier 2020, Monkaen a combattu avec un Dumpan de 300 000 bahts au stadium du Radja de Bangkok. Il a rencontré le technique Hanuman Pornchimplee qui l'a battu aux points.

 

MOONKAEN BOOMDEKSIEN CHAMPION DE LA RÉGION NORD-EST

 

MOONKAEN BOOMDEKSIEN CHAMPION DE LA PROVINCE UDON THANI

 

Le jeune Teerapong (13 ans) est aussi très fort en ce moment, il totalise plus de 80 combats et a remporté la ceinture de champion de la région Centre. Teerapong a battu Moonkaen Boomdeksien aux points en décembre 2019 !

 

TEERAPONG 

 

Kompech Chanphirom, surnommé Nong Thew, est le plus jeune boxeur thaï champion du monde Amateur. Âgé aujourd’hui de 12 ans, le 8 août 2018, à 10 ans, il a remporté la médaille d'Or des championnats du monde juniors (IFMA Youth World Championships) dans la catégorie des 34 Kg. Une compétition, organisée par la prestigieuse fédération internationale de muay-thaï amateur l'IFMA, qui s'est déroulée au stadium Nimibutr à Bangkok.

Nong Thew a battu le Kazakhstanais Dmitriy Komar en demi-finale et en finale, le Koweïtien Meshal Alsaeed. Fier de cette victoire historique, Nong Thew a offert sa précieuse médaille d'Or à sa mère le jour de la fête des mères.

Nong Thew a été formé par son oncle qui est propriétaire du camp Wandee Thawichai, un petit camp situé dans le village Ban Khokkapet dans la région de Surin. Il a débuté la boxe à 8 ans et effectué 18 combats avec 18 victoires, il a remporté le titre de champion de la région Surin avant d'être sélectionné pour les championnats du monde junior IFMA 2018.

 

NONG THEW AVEC SA MAMAN, UNE BELLE HISTOIRE D'AMOUR

 

NONG THEW A ÉTÉ CHAMPION DE LA RÉGION SURIN

 

NONG THEW POSE FIÈREMENT AVEC SA MÉDAILLE D'OR

 

APRÈS SA VICTOIRE, NONG THEW A ÉTÉ ACCUEILLI COMME UNE STAR DANS SA RÉGION NATALE

 

Shokun Kiatibunkern à 12 ans, son surnom de combattant est « Rodtank Phanbu Junior » (Le tank féroce junior) car c'est un féroce Muay Bouk, fort avec ses poings. Son nom de combattant fait référence à la star des rings Rodtank Jitmuangnon (Champion du monde ONE Championship, champion Omnoi) qui est fiancé avec la grande sœur de Shokun, Stamp Fairtex.

Stamp Fairtex est la superstar féminine actuelle de la célèbre organisation One Championship, elle est championne du monde en titre ONE Championship Muay Thai en 115 lbs, une ceinture qu'elle a gagné en février 2019 en battant l’américaine Janet Todd et défendu avec succès en juin 2019 face à l'Australienne Alma Juniku. Stamp a été également championne du monde ONE Championship Kick Boxing en 2018, une ceinture qu'elle a perdu en février 2020 contre l'américaine Janet Todd. Elle a remporté aussi une ceinture de championne du monde de Muay Thai en 2017 et une ceinture de championne TV7 de province en 2015. Stamp est une grande championne qui a effectué près de 90 combats dont 4 en MMA.

Shokun et Stamp ont été formés par leur père, un ancien champion des années 90 qui se nommait Wisanlek Lookbangplasoy. Shokun a commencé la boxe à 8 ans dans le camp Kiatibunkern dans la province de Rayong, qui est sa région natale.

Il s’entraîne maintenant avec sa sœur dans le luxueux camp Fairtex à Pattaya. Rodtank Phanbu Junior totalise 50 combats avec pratiquement que des victoires et seulement une poignée de défaites. A 9 ans, Shokun a gagné la ceinture TV7 de la province de Rayong !

 

SHOKUN KIATIBUNKERN

 

SHOKUN EN ACTION

 

SHOKUN, AVANT SON COMBAT, SE FAIT MASSER PAR SON PÈRE ET SA GRANDE SOEUR

 

SHOKUN AVEC SON PÈRE ET SA MÈRE ET SA GRANDE SOEUR

 

STAMP FAIRTEX DOUBLE CHAMPIONNE DU MONDE ONE CHAMPIONSHIP

 

LES DEUX STARS DU ONE CHAMPIONSHIP, RODTANK JITMUANGNON ET STAMP FAIRTEX

 

Chamuakaw Kor Samphaothong fait partie des petites stars actuelles des enfants boxeurs. Ce surdoué des rings, qui a 13 ans, porte plusieurs noms de combattants tels que Chamuakaw Petchburapha ou Nongphou Superten. Son surnom le plus connu est « Buakawnoi » (Le petit Buakaw). Car il ressemble à la légende des rings Buakaw Banchamek. Chamuakaw a d'ailleurs fait une démonstration de Muay Thai avec la star Buakaw lorsqu'il avait 10 ans dans la fameuse émission TV Super Ten (Émission sur la découverte des talents des jeunes enfants prodiges).

La carrière de Buakawnoi avait bien mal commencé. Son père ne voulait absolument pas qu'il fasse de la boxe. Ayant été lui-même un boxeur, un combattant qui avait eu énormément de vilaines blessures durant sa carrière sportive, il avait peur que son fils se blesse gravement comme lui. Pour le dégoûter de la boxe, son père n’hésitait pas à frapper son enfant. Les coups violents de son père n'ont pas découragé le jeune Chamuakaw. Au contraire, il a fugué de chez lui à mainte reprise pour aller s’entraîner à la boxe. Devant une telle détermination, son père s'est résigné à accepter le destin de son fils sur les rings, et aujourd'hui, il est même devenu son entraîneur.

Buakawnoi s’entraîne et combat pour le petit camp Kor Samphaothong situé en banlieue de Bangkok dans le quartier de Saimai au Soi Chatuchot 20, Chamuakaw a grandi à Bangkok. Il s’entraîne parfois également dans le prestigieux camp Petchyindee Gym à Bangkok, le camp de son promoteur actuel, M. Nuttadaj Vachirarattanawong (Petchyindee Promotion).

Ce farouche combattant a déjà remporté plusieurs ceintures comme les ceintures de Champion Red Bull, champion de Province du Centre et la Thai Champion Junior !

Son Ram Muay du guerrier Hanuman qui exécute son adversaire avec une mitraillette est spectaculaire, le jeune Buakawnoi a déjà le sens du show sur le ring.

Le 31 janvier 2020, Chamuakaw a effectué son premier combat dans le mythique stadium Lumpinee de Bangkok, il s'est incliné aux points contre Promlikit Saengmorakot, un adversaire plus grand que lui (En taille). Mais cette étoile montante ne fait que commencer sa carrière dans les grands stadiums de Bangkok !

 

CHAMUAKAW KOR SAMPHAOTHONG CHAMPION DE LA RÉGION CENTRE

 

CHAMUAKAW AVEC SON PÈRE

 

LE JEUNE CHAMPION AVEC SA PETITE SOEUR

 

CHAMUAKAW A L'ÉMISSION TV SUPER TEN

 

LA TEAM DU KOR SAMPHAOTHONG

 

Les enfants boxeuses Thaïes sont aussi redoutables, voici quelques petites princesses des rings Thaïlandais !

 

Nina Liam Thanawat a 13 ans, son poids est de 45 Kg, elle est championne de plusieurs stadiums du Sud comme le Hat Yai International Boxing Stadium, le Patong Boxing stadium et championne des provinces de Songkhla et Phattalung. Elle a été formée au camp Thanawat Gym à Hat Yai, Nina combat maintenant pour le camp Jaroenthong Muay Thai gym à Phuket.

Nina a commencé la boxe à 5 ans, cet enfant prodige de la boxe a combattu pour avoir de l'argent afin de pouvoir soigner sa mère qui était paralysée. Son rêve est de devenir championne du monde de Muay Thai.

Le 5 février 2020, Nina a combattu pour la ceinture de championne de Thaïlande en 100 lbs, elle a perdu aux points face à la redoutable Phimpha Phor Mueangphet !

 

NINA LIAM THANAWAT

 

NINA AVEC SA CEINTURE DE CHAMPIONNE FAIT LA FIERTÉ DE SA MAMAN

 

NINA AVEC LE PROMOTEUR M. SOMNUEK PHATBURI (NUMNOI) LE PROPRIÉTAIRE DU SINGPATONG GYM

 

Les deux petites sœurs prodiges du camp Kaennorasing Muay Thai Gym à Udonthani, Remina, 8 ans et Riina, 6 ans, font beaucoup parler d'elles en ce moment.

Elles sont à moitié thaïs de par leur père qui est l’entraîneur en chef du Kaennorasing Muay Thai Gym et à moitié japonaise par leur mère qui travaillait dans le monde de la mode au Japon.

Leur père est un ancien champion de boxe, son nom de combattant était Boonthung Kaennorasing, il a été formé à la boxe dès l'âge de 9 ans dans le célèbre camp Kaennorasing Gym à Khon Kaen. Un camp d’où sont sorties les stars Ningmonkon (Champion TV7), Kaoklaï (Champion du Radja), Robert (Champion du Radja), Rolek (Champion du Radja) et Wanvisep (Champion du Radja). Boonthung a ensuite représenté pendant longtemps le fameux camp Jocky Gym à Bangkok.

Puis, il a fait une deuxième carrière au Japon. Il s'est marié avec une Japonaise du nom de famille Hiyoshi et a eux trois filles avec elle. La famille Hiyoshi est venue s'installer en Thaïlande dans la région nord-est à Udonthani. Boonthung a ouvert son camp de boxe et la nommé Kaennorasing Muay Thai Gym en l'honneur du camp qui l'avait formé.

Entraînées par leur père, Remina a commencé la boxe à l'âge de 5 ans et Riina à 4 ans. Ces deux petites boxeuses sont devenues malgré elles, un peu des phénomènes médiatiques en étant invités sur plusieurs plateaux télés du pays.

Remina est une redoutable boxeuse, elle est championne de sa province, sa dextérité sur le ring est tellement impressionnante qu'elle a même déjà affronté des petits boxeurs masculins avec succès. Quand à sa petite sœur, elle suit le même chemin que son aîné !

 

REMINA KAENNORASING MUAY THAI GYM

 

REMINA ET RIINA AVEC LEUR PÈRE BOONTHUNG KAENNORASING

 

REMINA ET RIINA SUR LES PLATEAUX TV THAÏLANDAIS

 

REMINA ET RIINA COMBATTENT CONTRE DES BOXEURS MASCULINS

 

Sayfon Bunmaphat a remporté, à 11 ans, la médaille d'Or aux championnats du monde juniors (IFMA Youth World Championships) 2019 qui se sont déroulés en Turquie, à Antalya, du 28 septembre au 6 octobre. Dans la catégorie des – 34 Kg, en demi-finale, la jeune Thaïlandaise a battu la Russe Daria Tkachenko et en finale, la Turc Serra Ecrin Sonmez.

En juin 2019, Sayfon avait gagné les championnats amateurs nationales dans sa catégorie, ce qui lui a permis d'être sélectionnée pour les championnats du monde amateur IFMA Junior en Turquie.

Surnommé «  Saonoi Sayhut » (La petite fille brutale), Sayfon combat en Muay Thai amateur avec protection mais aussi sans protection en professionnelle, elle a déjà été championne de la province d'Ubon Ratchathani. Elle compte une trentaine de combats pour une seule défaite, cette surdouée de la boxe a même combattu contre un boxeur qu'elle a battu aux points. La phénoménale Sayfon est passée dans la célèbre émission TV Super 10 (Work Station TV Channel 23) dédiée au incroyable talent des jeunes enfants prodiges. Elle a fait une démonstration impressionnante, ses tibias sont tellement durs et affûtés qu'elle sectionne en deux des bouteilles d'eau en plastique et fracasse des pastèques dures comme de la pierre. 

Sayfon habite dans le village de Pathum qui est situé près de la ville d'Ubon Ratchathani dans le nord-est de la Thaïlande. Cette petite fille au courage exceptionnel, se lève tous les jours de la semaine à 6 heures du matin, court 8 Km dans le parc du centre ville d'Ubon Ratchathani en compagnie de sa grande sœur (Championne de la province d'Ubon Ratchathani). Puis, à 8 H, elle commence sa journée scolaire. Après l'école, vers 17 h, elle s’entraîne avec détermination durant 2 heures au Muay Thai, et cela cinq fois par semaine. Le week-end, le samedi matin, elle aide sa tante qui travaille dans un centre de tri de bouteille en verre. Le samedi soir, une fois par mois, elle combat dans les petites organisations de boxe de province.

Depuis l'âge de 8 ans, Sayfon pratique le Muay Thai dans le camp Phetnakhorn Ubon Muay Thai Gym. Son père, entraîneur dans le camp, la prépare pour ses futurs combats. Cet ancien champion, qui se nommait Rambaa Sit Sianbo, élève seul ses trois filles.

Durant deux heures, Sayfon s’entraîne durement, son père adore sa fille mais ne lui fait pas de cadeau à l’entraînement. Lorsqu'elle a terminé son rude entraînement, Sayfon a encore la force d'aller aider son père sur le marché de nuit d'Ubon Ratchathani où il vend des calamars grillés sur un petit étal porté par une moto. Son père, sa grande sœur et Sayfon travaillent jusqu'à 10 heures, une brochette de calamar ne coûte que 20 bahts, il faut en vendre beaucoup pour faire un bon chiffre d'affaire. A 11 H du soir, Sayfon, éreintée, s'endort et rêve de nombreuses victoires sur les rings et d'une gloire bien méritée !

 

SAYFON MÉDAILLE D'OR AUX CHAMPIONNATS DU MONDE JUNIOR

 

SAYFON APRÈS SA VICTOIRE AUX CHAMPIONNATS DU MONDE JUNIOR EN TURQUIE A ÉTÉ ACCUEILLIE ROYALEMENT DANS SA RÉGION

 

LA MAIRE DE LA VILLE D'UBON RATCHTATHANI, SAYFON BUNMAPHAT, LE PÈRE DE SAYFON, LE PROPRIÉTAIRE DU CAMP PHETNAKORN UBON MUAY THAI GYM

 

SAYFON DANS LA FAMEUSE ÉMISSION TV SUPER 10

 

 

 

MUAYDEETSPORT

MUAY TIES

Lumpinee Boxing Stadium