Interview de Christophe LEVEQUE par Serge TREFEU (2008)

Serge TREFEU :  Bonjour Christophe, est ce que tu va bien et as tu la forme ?

Christophe LEVEQUE : Je vais bien merci, on se préserve, on s’entretient (rire)

Tu es né ou et tu as grandi où ?

Je suis né à Asnières dans le 92 et je vis à Bonneuil sur Marne (94) depuis mon plus jeune âge.

Tu as quel âge ?

J'aurai 30 ans le 17 Février.

Tu es issue d’une famille nombreuse ?

J'ai un frère et une sœur. Je suis l'aîné.

Tu as commencé le MUAY THAI à quel âge ?

J'ai commencé le Muay en octobre 91 à l'âge de 13 ans.

Comment tu as découvert la boxe thai ?

J'ai découvert ce sport grâce à mon ami Kaddour Farsi. Il pratiquait le karaté kyokushinkai à l'époque et il m’a dit qu'une section boxe thaï ouvrait ses portes dans ce même club. J'ai été voir un entraînement et j'ai été sublimé direct.

Dans quel club as tu commencé ?

J'ai débuté au Mahmoudi gym à Bonneuil sur marne.

Parle-nous de ton premier entraîneur ?

Mes entraîneur de toujours on été les frères Mahmoudi Mamar et Nordine. Le premier était plus axé sur le karaté et le second sur le pur Muay.

Est ce que tu es resté fidèle à ce club ou as tu tourné dans d’autres club ?

Je suis toujours resté fidèle à mon club depuis le début que j'ai commencé.

Combien as tu fais de combats ?

J'ai effectué au total 50 combats ,34 victoires,15 défaites et 1 nul.

Quel est ton palmarès et ta catégorie ?

Je boxais de 53 à 57kg. J'ai eu 2 titres de champion de France classe A, une médaille de bronze aux mondiaux amateurs et la ceinture de champion du sud de la Thaïlande en 1998. En kick, une médaille d'or au championnat d'Europe amateur.

Ton premier combat tu t’en souviens ?

Mon premier combat, je l'avais effectué en mai 92 en ouverture d'un championnat du monde qui opposait Jaïd à Kasemsam, c'était aussi le premier classe A de Dany Bill, il affrontait un thaï. De ma part, j'ai subit une défaite mais j'avais eu le soutien de beaucoup de gens du milieu et sa ma poussé à pas lâcher et aller de l'avant…

Quels sont les plus beaux moments que tu as vécus en sports de combat ?

Des beaux moments, j'en ai eu plein. Mais si je dois en retenir qu'un c'est ma victoire pour la ceinture de champion du sud de la Thaïlande.

La première fois que tu es parti en Thaïlande c’était en quelle année ?

Je suis parti pour la première fois en Thaïlande à 14 ans pendant 1 mois c'était en août 92.

Tu as combattu à quel âge la première fois en Thaïlande ?

Mon premier combat là-bas je l'ai effectué 3 semaines après au Best Friend Bar. J’ai gagné et une semaine après j’ai boxé au Lunkee stadium de Pattaya en classe A et j'ai aussi gagné !

Dans quel camp as tu été t’entraîner ? Le camp ou tu es restés le plus longtemps ?

Je me suis entraîné au Sityotong à l'époque ou le camp n'était pas prisé par les touristes. J'ai fais 3 séjours de 2 mois là-bas. Ensuite, j'ai fais 1 mois au Tiptamai à Chonburi, le camp de la famille à Samath PAYAKAROON. Pareil, aucun étranger n’avait mis les pieds là-bas et enfin le camp Kietbanchong, l'une des meilleurs écoles de Muay à Bangkok quand j'y étais et j’y suis resté 6 mois d'affilés…

Vivais tu dans le camp comme les thaïs, est ce que c’était dur ?

Oui,  je vivais avec eux à chaque fois que je suis partie, je voulais vivre à fond l'expérience. Le dernier camp que j'ai fait le Kietbanchong était le plus dur du faite que je suis resté longtemps et l'entraînement était très poussé. Mais j'ai tenu bon !

As tu des souvenirs marquant lors de tes séjours en Thaïlande ?

Plein de souvenir mon marqué. Mais l'un des plus grands, a été sans aucun doute mon amitié avec le champion du Lumpini des 47 kg à l'époque Samliam Sityotong. Il avait un peu la même personnalité que moi,  timide, généreux, humble...

Est ce que la culture thaïlandaise t’intéressais ?

Aujourd'hui ça fait 5 ans que je ne suis pas parti et tout me manque la nourriture, l'ambiance, la chaleur, la langue. Je suis quelque part un thaï dans l'âme...

Parle-nous du Ram Muay que tu effectuais, tu l’as appris dans quel camp ?

La première fois que j'ai appris le Ram Muay, c'était en 96 et c'est un thaï musulman au Kietbanchong qui me l'a appris comme je suis converti à la religion musulmane. Cela me collait parfaitement et j'avais besoin d'un soutien avant de combattre. Ce Ram Muay était une force supplémentaire.

Que penses-tu, aujourd’hui du niveau général du Muay Thai national et mondial ?

Le niveau aujourd'hui, je parle plus particulièrement de la France reprend du poil de la bête et sa fait plaisir. Sinon en Thaïlande, les boxeurs ont moins de prestige qu'a l'époque à mes yeux. Bien sur y a des exceptions...

Est ce qu’il y a des boxeurs thaïlandais ou français qui t’on inspiré au début de ta carrière ?

Les boxeurs qui m'ont inspiré le plus sont la plupart des Thaïs. Je regardais de nombreuses vidéos de Samath, Chamophet, Olé, Silapataï , Nontaloni...

Combien de combats tu as fais en Thaïlande ?

J'ai effectué au total 25 combats en Thaïlande. 16 victoires et 9 défaites.

As-tu combattu dans d’autres pays et dans d’autres formes que le Muay ?

J'ai combattu 1 fois au Japon, en Hollande, en Italie et en Suisse. Sinon j'ai effectué seulement 2 combats en kick au Danemark et un combat de Full en début de carrière.

Ton combat le plus dur en Thaïlande c’était contre qui ? Et en France ?

Mon combat le plus dur en Thaïlande à été contre Chatchaï Satsakul ancien challenger WBC en anglaise. J'avais été malade et sous antibiotique. Mais je n’ai pas refusé le combat, j'ai tenu jusqu'à la limite, mais j'ai énormément souffert du faite que je n’étais pas en forme. En France, le plus dur je ne sais pas. Mais le plus intense c'était contre Krim Hamitéche en finale du championnat de France 2000. Je perds sur le fil mais mon adversaire méritait sa victoire

Tu as stoppé le Muay Thai en quelle année ?

J'ai stoppé la compétition depuis maintenant un peu plus de 6 ans pour raison médicale (myopie). Sa ma beaucoup affecté le faite que tout s'arrête si soudain. Mais c'était mieux pour ma santé...

Avais tu des techniques préférées ?

J’affectionnais plus particulièrement les saisies, le corps à corps et les coudes.

Voulais-tu rester dans le milieu de la boxe thaï ou passer à autres chose ?

Oui,  je voulais absolument rester dans le milieu du Muay. J'ai ça dans le sang. Mais de quelle manière, je n'en savais rien à l'époque car la compétition était ma grande motivation...

Est ce qu’entraîner des jeunes nakmuays est quelque chose qui te passionnerais ou pas ?

Depuis 2 saisons maintenant, j'entraîne les éducatifs à Bonneuil. Je fais partager mon expérience 3 cours par semaine. Cela me plait vraiment.

Aujourd’hui quels sont les Nak Muay (européen ou thaïlandais) qui t’impressionne le plus ?

Les boxeurs qui m'impressionnent le plus actuellement sont Yodsenklai et Seanchai. Coté européen, je dirai Tyron Spong

Suis tu l’actualité des pieds poings ?

Je suis toujours à fond l'actualité. Je reste friand de mon sport qui m’a beaucoup apporté...

Que fais tu dans la vie comme métier actuellement ?

Je suis dans la fonction publique territoriale en tant qu'animateur

On t’a vu jouer dans des films, notamment “livraisons à domicile”, ou tu incarnais un boxeur, c’est une bonne expérience, aimerais tu la renouveler ?

Je vais enfin renouveler l'expérience télévisuelle,  je suis actuellement en train de passer les castings pour le retour de camera café et des propositions pour apparaître sur la série Off Prime sur M6.

Quel conseils donnerais tu à un jeune boxeur qui commence sa carrière et surtout son après carrière ?

Que le Muay, ce n’est pas tout qu'il faut bien travailler à l'école car rare en vivent. Mais rien n'empêche de vivre sa passion à fond et que s’il veut devenir un grand champion dans le futur, il doit être assidu à l'entraînement...

Tu veux ajouter quelque chose ?

Merci pour l'intérêt que tu me porte cela fait plaisir et longue vie à votre magazine !

Merci d’avoir répondu à cette interview et chookdee

 

(Photos D.R.)

 

CHRISTOPHE LEVEQUE

Né le 17 février à Asnières

Taille : 1,65 cm

Poids : 55 - 57 kilos

Palmarès : 50 combats, 34 victoires, 15 défaites, 1 nul

Champion de France de boxe thai classe A 1996 et 1997

Médaillé de bronze aux championnats du monde amateurs de boxe thai 1996

Médaillé d’or aux championnats d’Europe amateurs de Kick Boxing WKA 1995

Champion du sud de la Thaïlande en 1998.

 

BIOGRAPHIE CHRISTOPHE LEVEQUE

 

Christophe Lévêque surnommé “le Pit Bull” au début de sa jeune carrière est un nak muay à la détermination incroyable. Depuis tout petit, il a la boxe dans le sang et comme son surnom l’indiquait “il ne voulait rien lâcher” à l’entraînement et sur le ring. En effet, chétif et myope, il a du batailler dur pour se faire respecter au sein du quartier de la cité Saint Exupéry à Bonneuil sur Marne où il a grandi. Ensuite quand il est arrivé à la salle des frères Mahmoudi au “Mahmoudi Gym”, il a dù encore s’imposer car son physique de petit maigre avec des grosses lunettes laissait sceptique les boxeurs et les entraîneurs de la salle. Mais tout le monde c’est rendu compte qu’il en voulait plus que les autres et il a fini par forcer l’admiration de tous à cause de sa perseverance. Les résultats ne se font pas attendre car après seulement six mois de boxe, il s’envole pour le pays du muay.

 

A 13 et demi seulement, Christophe Lêveque est l’un des rares occidentaux à avoir boxer si jeune en classe A en Thaïlande. Son premier combat, il le fait au Best Friend de Pattaya puis il s’incline aux points au Lenki Stadium de Chongburi. La machine est lancée. Il devient un habitué de la Thaïlande.

 

Pendant six ans il fera régulièrement des aller retours entre la Thaïlande et la France. Son camp de prédilection est le fameux Sit Yod Tong ou il grandira avec les thaïs qui sont devenus ses copains. Un de ses meilleurs potes n’est autres que San Liam (champion du Lumpinee - 47 Kg) avec qui il s’entraînait souvent. Le maître des lieux Yot Tong disait de Chistophe “il en veut beaucoup, s’il restait en Thaïlande, il deviendrait champion...”

 

Dès son premier voyage en Thaïlande, par l’intermédiaire de son entraîneur, Christophe fait la rencontre d’un champion de légende, SAMATH PAYAKAROON . Samath a son propre camp le Titamaï situé à Bambakong à environ deux heures de Bangkok. C’est un camp familial ou beaucoup des neveux de Samath sont devenu champion là-bas. Chistophe y restera deux mois parfois sous l’oeil attentif du Khru Samath qui venait voir ses élèves dans son camp. En effet, Samath, reconverti en acteur, chanteur avait un planning chargé et n’était pas souvent présent dans son camp.

 

Chistophe retrouvera des années plus tard le champion en France sur un tournage du film “Fureur”. Samath c’est souvenu avec grand plaisir du petit Christophe.

 

Son dernier camp en Thaïlande fut le Kiet Ban Chong à Bangkok où en 1998 il y séjourna six mois en vivant comme les thaïs. Ce fut une expérience enrichissante mais très dur car c’était six heures d’entraînement par jour, 7 jours sur 7. Le Kiet avait une réputation d’entraînement très rude et de vie austère dans le camp. A tel point que certains boxeurs perdaient parfois leurs combats à cause du surentraînement.

 

Chistophe est même tombé malade dû à des carences en vitamines et un entraînement surmené. Stephane Nikiema et Dany Bill qui étaient venus le voir, lui avaient même dit que c’était une folie de rester aussi longtemps dans ce camp.

 

Mais c’est durant sa période au Kiet qu’il est devenu champion du sud de la Thaïlande et a combattu deux fois au Stadium Samlong devant les télés thaïlandaises où le promoteur Songchaï l’avait repéré...

 

Sont seul regrets, ne pas avoir eu l’honneur de boxer au Lumpinee ou au Radja. Par deux fois il a eu l’occasion d’y boxer mais à chaque fois une vilaine blessure l’en a empêchée...

 

Chistophe Levêque a combattu des pointures thaïs tel que Wang Cha Noï, Darris, Payaklek, Kiet Pa Di Payakaroun. En France, il a affronté des références comme Hamiteche, Yakouben, Rtilli et aussi Kobaïachi le champion du Japon...

 

Son derniers combat, il l’a fait en Italie en 2001 oû il a rencontre de nouveau Payaklek pour une revanche et l’a battu aux points.

 

Mais c’est malheureusement avec un énorme regret qu’il doit stopper sa carrière de nak muay prometteur.

 

Christophe a toujours eu des problèmes aux yeux et boxait à la limite du seuil fixé par les autorités médicales. En septembre 2001 la Fédération de Muay le convoque et lui annonce qu’il ne pourrait plus boxer car les visites médicales sont plus strictes et qu’ils ne peuvent plus se permettent de risquer la santé des boxeurs.

 

Ce fut un choque pour ce jeune champion mais préserver sa santé passe avant tout et il prend ce coup rude avec philosophie.

 

Chistophe se reconverti dans l’animation de jeune enfant et parallèlement s’inscrit au cours Florent pour devenir acteur.

 

Grâce à Jo Prestia il participe au film “Fureur” en tant que bruiteur et figurant. Puis dans le film Livraison à domicile avec Bruno Solo et Thierry Fremont, il a un vrai rôle de plusieurs minutes. Il incarne un nak muay qui affronte Thierry Fremont lors d’un combat dans une boite de nuit.

 

Suite à ce film, d’autres propositions s’ouvrent à lui pour des longs métrages.

 

Belle réussite pour ce petit banlieusard timide qui a un coeur énorme....

 

By Serge TREFEU

 

 

 

 

 

MUAYDEETSPORT

MUAY TIES

Lumpinee Boxing Stadium