Interview de PAULO TOCHA ALIAS PACO

par Serge TREFEU (2012)

 

 

 

Serge TREFEU : Bonjour Paulo et merci beaucoup d'avoir accepté cette interview. Dans quel coin de la planète tu as grandis ?

PAULO TOCHA : 

Je suis né et j'ai grandi au Mozambique puis en Afrique du Sud. Après, j'ai vécu à Hong Kong, puis à Bangkok et maintenant aux États-Unis...

Je suis à moitié portugais et à moitié italien. Après le Mozambique, j'ai grandi en Afrique du Sud. Au Mozambique, nous avons eu une société multiraciale, j'ai toujours été bien avec tout le monde, j'aime les gens, les gens pleins de bonté, les gens normaux, mais dès que je suis devenu un immigrant les choses ont commencé à changer. Je me suis impliqué dans un tas de problème avec toute la colère et la folie des réfugiés et les nouveaux immigrants font face, tous les jours, et j'ai perdu une partie de ma jeunesse, expulsé de l'école. Plus tard, parce que j'étais dans l'un des gangs les plus puissants de Johannesburg, c'était la guerre des gangs. En ces temps en Afrique du Sud, il était difficile d'être un immigré, nous nous sommes affrontés à plusieurs reprises. Finalement, nous avons tous fait la paix. Je me suis fait un nom. Mais il m'a conduit à beaucoup de problèmes et souvent des histoires comme la mienne finissent en prison ou à la morgue. Finalement, j'ai dû faire des choix et stopper ma vie folle, quitté mes meilleurs amis et mon pays, j'ai quitté ma famille, mon peuple, je ne suis retourné en Afrique du Sud que seulement 14 ans plus tard, lorsque le président Mandela a été libéré et qu'un nouveau gouvernement a été mis en place. Il a commencé à changer le pays, c'était un nouveau pays et j'étais heureux...

Comment tu as découvert la boxe ?

J'ai commencé à environ 9 ans, mon père nous enseignait, puis dans un centre communautaire lorsque j'avais environ 14 ans et, plus tard, j'ai rencontré un grand champion Willie Toweel (Médaille de Bronze au Jeux olympiques d'Helsinki en 1952) qui était un grand formateur des champions de boxe en Afrique du Sud. Mr. Willie Toweel est intervenu dans le problème des gangs et nous a fait une offre en nous disant «Au lieu de s'entre-tuer les gars, pourquoi ne pas venir à la boxe et d'apprendre, s'entraîner avec vos ennemis et les vrais boxeurs, voir ce que vous êtes vraiment, nous avons des amateurs et des pros, essayez d'être quelqu'un, essayez de devenir des boxeurs professionnels ? ». J'ai été dans son équipe, j'ai appris parmi les meilleurs noms de la boxe, ma vie a commencé à changer, j'ai beaucoup appris, tous les jours avant et après la formation, nous avons tous prié dans un cercle, nous avons vite cessé de nous entre-tuer les uns et les autres, la paix était faite...

Et le Muay Thai comment tu l'as découvert ?

J'avais environ 9 ans quand j'ai entendu parler de Muay Thai. C'était dans la capitale du Mozambique, où j'ai vécu, des combattants avaient fait une démonstration, j'ai bien aimé à l'époque cet art !

Je ne pouvais pas croire à quel point ces gars qui étaient maigres comme moi pouvaient être si forts et dangereux à combattre. Le Muay Thai est resté dans ma tête pendant longtemps, et je suis parti en Asie pour découvrir cet art...

Qu'est ce qui t'a attiré dans ce sport ?

La puissance, le style, la simplicité, la puissance de la frappe. Les coups de pied, les coudes, les poings, la puissance des genoux étaient aussi réels que dans la rue, c'était vrai...

Tes premiers combats tu les a effectués où ?

J'ai combattu en Asie. À Hong Kong, à Macao, en Chine et en Thaïlande, à Bangkok. J'étais fort, bien formé mais sans expérience du ring, avec peu de technique, mais prêt à apprendre. En 1985, j'ai été l'un des premiers "Farang" (étranger) à combattre en Chine. Personne n'avait combattu avant là-bas depuis 1949. J'ai gagné mon combat, je suis devenu Champion de Chine International en 147 lbs (66 Kg), j'ai combattu contre un Thaï qui à cette époque s’appelait Nikho, sept pays avaient participé à ce championnat. Puis j'ai combattu en Thaïlande, à Macao et à Hong-Kong...

 

 

Tu étais un combattant professionnel ?

Oui pendant un certain temps, mais je ne combattais pas pour l'argent, j'ai combattu pour apprendre parce que j'étais jeune et fou à ce moment, j'avais besoin de quelque chose de dure et de spéciale, j'ai aimé le Muay Thai pour sa tradition, la douleur et le sacrifice à l’entraînement, je n'ai jamais rêvé de devenir un grand champion, je n'en été pas un, j'ai appris, et quand je gagnais, j'étais très fier, je n'ai jamais été mis KO, jamais. Quand je battais un combattant thaïlandais, j'étais plein d'enthousiasme. Mais j'ai appris à ne pas devenir fou de mon ego, de penser que «je suis un champion du monde», parce que si vous connaissez le Muay Thai, vous savez combien il est difficile de devenir un vrai champion, un vrai champion du Lumpinee ou du Radja, qui sont pour moi les vrais Rois du ring du Muaythaï, partout dans le monde ce sont des secondes classes...

 

 

Quelle technique tu aimais le plus en combat ?

Les low kicks et les genoux, et mon professeur m'a donné un surnom de combattant, c'était « l'aiguisé LEMB » (Le sommet de la tête du Bouddha), à cause de mon habilité pour penser, de mon tibia gauche et de mon nez...

 

 

Combien de combats tu as fais ?

J'ai fais environ 39 combats. Mon dernier combat a été contre Worawutnoy Kiatchaiyong (N ° 8 du Radjadamoen Stadium) à Yoralat, il a été champion du nord-est, j'ai perdu, c'était un jeune champion de 22 ans, j'avais 40 ans et c'était mon dernier combat, mon sponsor était la grande marque Red Bull, pour moi c'était juste personnel, pour dire au revoir et merci au Muaythaï, je n'ai jamais fais des combats faciles. Je n'ai jamais choisi un adversaire, je ne savais pas qui il était où ce qu'il avait fait de mieux avant de le rencontrer, à cette époque, c'était différent...

 

 

Tu combattais à quel poids ?

En 145 lbs (65 Kg), en 147 lbs (66 Kg) et en 150 lbs (68 Kg)

Tu es l'un des premiers étrangers à venir t’entraîner dans le célèbre camp Sor Thanikul à Bangkok, raconte nous comment tu as découvert ce camp ?

C'est Ajahn Peng (Mr. Pairut Lavilas), l'entraîneur principal du Sor Thanikul et mon professeur qui m'a contacté, il m'a offert la chance de venir s'entraîner dans son camp après l'une de mes victoires. Il m'avait dit, généralement les étrangers ne sont pas accepté. Car à cette époque, le camp Sor. Thanikul était l'un des plus puissants et des plus respectés, il était considéré comme une usine à champions dans le pays, il y avait 21 champions du Lumpinee et du Radja et une cinquantaine de combattants de hauts niveaux, c'était un honneur pour moi de venir au Sor Thanikul. Ajahn Peng est un grand homme, comme une figure paternelle pour moi, il a pris soin de moi, il m'a toujours montré le droit chemin, et les secrets du Muay Thai, je l'aime !

 

AJAHN PENG

 

Il y avait beaucoup de grand champions dans ce camp mythique, tu t’entraînais avec quels champions ?

Oui beaucoup, et la plupart venaient de l'Isaan, le Nord-Est de la Thaïlande, c'était de bon gars. Il y avait Boonlai, il y avait aussi son frère Boonloeng, Sombat, Lom Isarn, Kitty, Dieselnoi, c'étaient des grands champions. Kitty, qui était champion du monde a été mon premier ami que j'ai eu au Sor Thanikul parce qu'il parlait un peu l'anglais, j'ai été le partenaire d'entraînement favori de Sombat en particulier pour les genoux à cause de ma taille. Il y avait aussi des grands entraîneurs Khru Toy et Khru Mueg qui m'ont beaucoup appris...

 

 

BOONLAI SOR THANIKUL

 

Khru Kleo Sor Thanikul, grand promoteur et propriétaire du camp était respecté dans le milieu de la boxe thai en Thaïlande, il a malheureusement connu une fin tragique, tu peux nous parlé de lui et de ta relation avec ce grand monsieur ?

Kleo Sor. Thanikul a été assassiné, il a été le promoteur le plus puissant dans l'histoire de la boxe en Thaïlande et le propriétaire d'un des meilleurs camp en Thaïlande. C'était un homme d'affaire, un entrepreneur, et beaucoup de livres ont été écrits sur sa vie, ainsi que des documentaires de télévision. Il m'a permis de représenter le Sor Thanikul, à la fois à Bangkok et à l'étranger, d'être un ambassadeur du Muay Thai. Il m'avait dit que l'un de ses rêves était d'exporter le Muaythai partout dans le monde, son rêve est devenu réalité...

 

MASTER KLEO SOR THANIKUL

 

A l'époque est ce qu'il y avait d'autres étrangers qui s’entraînaient au Sor Thanikul ?

Il y a quelques étrangers qui sont venus au Sor Thanikul mais ils n'ont jamais séjourné pendant une longue période. A l'époque, ce n'était pas comme aujourd'hui, les étrangers n'étaient pas les bienvenus parce qu'ils n'étaient pas fidèles au camp et au maître. Il n'y avait que des boxeurs professionnels. L’entraînement était très dur, au début mes pieds étaient pleins de cloques, de pus et de blessures, c'est difficile à décrire, il faut vivre dans le tiers monde pour connaître ça. Plus tard, de nombreux combattants sont venus au Sor Thanikul, des anglais, des français, des néerlandais mais j'ai été le premier étranger à être autorisé à combattre pour le Sor Thanikul, à combattre avec les couleurs du camp sur mon short avec mon surnom donné par le maître, un grand honneur à cette époque. Je n'ai jamais rencontré un autre étranger qui est resté pendant un long moment...

 

 

Plusieurs anciens champions français ont été s'entraîner au Sor Thanikul tels que Guillaume Kerner, Dida Diafat, Khaled Hebieb, tu les connais ?

Je ne me rappelle pas des noms, Dida, je l'ai vu combattre, peut être qu'il c'est entraîné un peu dans notre camp, ils étaient nombreux, ils sont venus pour quelques mois au plus, ils sont venus pour une semaine ou deux, ils n'appartiennent pas à notre famille, mais ce sont des amis

Tu connais des combattants français ?

Oui je connais beaucoup de combattants français, je les aime, je connais Farid Villaume, je connais Kader Marouf qui était dans notre camp au Sor Thanikul, je l'ai préparé pour son championnat du Monde à Los Angeles, je connais également le combattant du Contender, un bon gars, gentil et fort, qui a combattu contre Yodsanklai à Pattaya il avait perdu par KO, plus tard il c'est entraîné dur au camp Chuwattana (Rafik Bakkouri)...

Et des combattants d'aujourd'hui ?

Je connais Damien Alamos, il représente un gym, mais si tu regardes les grands combats des années 90 tu ne vois pas beaucoup de français faire le Wai Khru, parce qu'ils ne représentent pas un camp thai, c'est simple regarde à l'anniversaire du Roi, maintenant seulement quelques français sont vraiment dans le Muay Thai et le font bien, Farid Villaume est le bon exemple d'un grand champion français mais il y en a d'autres aussi. Si vous êtes un vrai combattant de Muaythaï vous faite le Wai Khru, quoi qu'il arrive. Les Thaïlandais le font, peu importe le promoteur, vous devez le faire pour votre vie, votre professeur, votre Dieu, votre foi. Pour représenter notre voie...

Dans le film de Jean-Claude Van Damme, « Kickboxer », il y a une scène qui est tourné dans le camp Sor Thanikul à Bangkok, est ce que c'est toi qui a conseillé à Jean-Claude ce camp en particulier ?

Oui c'est moi qui est dit au producteur de « Kick Boxer » et à Jean-Claude Van Damme d'aller au camp Sor Thanikul. Avant, Mark DiSalle était producteur du film « Bloodsport », Jean-Claude Van Damme était avec moi dans Bloodsport, dans le film je joue « Paco », un combattant de Thai Boxing, et je porte un short au nom du Sor Thanikul, si tu peux lire le thai, tu verras, ce fut un message pour tous ceux que nous représentions. Et c'était Ajahn Peng lui même, mon professeur, qui joue le rôle de l’entraîneur dans la scène du camp thai dans Kick Boxer !

 

SOR THANIKUL GYM

 

 

PACO VS FRANK DUX

 

Ton rôle de Paco dans le film « Bloodsport » fait désormais parti des personnages cultes du film, comment tu as été contacté pour jouer le rôle d'un nakmuay dans ce film mythique sur les arts martiaux ?

J'avais eu des débuts dans le film de Jackie Chan « The Protector » comme cascadeur à Hong Kong, et dans d'autres petits films de ninja qui étaient populaires à cette époque, j'aimais faire des cascades folles et j'ai été là au bon endroit au bon moment. J'étais en fait la vedette avec Jet Le dans un grand film en Chine quand ils m'ont appelé pour auditionner pour le personnage de Paco dans Bloodsport. Le personnage de Paco a été spécialement créé par moi pour Bloodsport, j'étais un immigrant du tiers-monde dans lequel beaucoup de personnes pouvaient s'identifier, beaucoup ont aimé mon jeu d'acteur et de caractère, il a plu à beaucoup de gens. Et Paco a fait découvrir le Muay Thai aux jeunes de l'Ouest, c'était la première fois que l'on voyait du Muay Thai dans un film aussi important, il représentait ce sport...

 

PACO

 

Le Tournoi Kumité dans le film Bloodsport c'est un peu l'ancêtre du Free Fight et des tournois UFC ?

Bloodsport c'est le début du MMA, tous les styles de l'époque étaient présent, ce fut un grand moment de tournage, il y avait beaucoup de combattants qui avaient été choisis pour représenter leur art. Lors des moments de répétitions pour les séquences de combat, chacun ne voulaient pas perdre et montrer que son art était meilleur, le Kung Fu plus fort que le Karaté, le Tae Kwon Do plus fort que le Kung Fu, c'était amusant.

Moi je représentais le Muay Thai, et tous le monde en Asie connaît le Muay Thai et il est très respecté parce qu'ils savent que lorsque vous montez sur un ring pour combattre en Muay Thai, il vaut mieux être prêt à se battre, et je n'ai pas essayé d'inventer un autre style, je suis resté réel, ils ont vu ma performance, c'était de représenter le Sor Thanikul, mon camp dont je portais les couleurs sur mon short !

 

PACO VS FRANK DUX

 

Après ta carrière de combattants tu es devenu entraîneurs, quels sont les champions que tu as formé ?

Oui, j'enseigne à Los Angeles et dans le monde, je fais des séminaires un peu partout, j'enseigne les techniques réelles du Muay Thai, les genoux, les coudes, les coups puissants, j'apprends à se défendre et à se préparer correctement face à des attaques dures, j’entraîne les combattants à gagner. J'ai formé Chris Reilly qui a remporté une victoire lors de l'Anniversaire du Roi en 2004, Chris a été le premier américain à gagner dans ce grand événement, ensuite il a obtenu le titre ISKA de Californie. J'ai préparé le champion français Kader Marouf pour son championnat du Monde en 1997. En 1998, j'ai préparé Coban Lookchaomaesaitong pour son titre mondial aux Etats-Unis, ainsi que Malaipet Sasiprapa, j'ai préparé aussi Ekyothin Pongsan pour son championnat du Monde en 2000, titre qu'il a ensuite conservé. Coban était le plus grand et le meilleur, un grand guerrier, une légende, cela été un honneur de le préparer ainsi que Ekyothin et Malaipet. J'ai préparé aussi Joe Davidson pour son Championnat des USA qu'il a gagné. Aussi le champion britannique Lorne Castle et sa femme la championne Denise Mellor, également le poids Lourd Maurice Travis, et beaucoup de combattants amateurs, j'en oublie...

J'ai préparé Julie Kitchen qui a été 14 fois Championne du Monde. J'ai aussi entraîné au Muay Thai des grands champions de MMA, j'ai bien aimé la formation de Rikson Gracie, le meilleur combattant de jiu-jitsu au monde, je l'ai aidé en Muay thai, ainsi que Jean-Jacques Machado, un grand champion de jiu-jitsu, ce sont des véritables légendes et des grands amis, j'ai aussi préparé Stefano Miltsakakis qui a gagné le championnat de MMA Vale Tudo en Jamaïque !

Le Muay Thai Américain a été présent pendant longtemps, avec de grands noms, maintenant sa croissance est de nouveau là mais il faut être humble. Nous avons besoin de continuer à apprendre auprès des meilleurs et rivaliser avec les meilleurs pour être le meilleur un jour...

 

PAULO TOCHA AVEC LE LÉGENDAIRE COBAN

 

Tu t'implique dans beaucoup d'actions humanitaire que ce soit aux États-Unis ou en Asie, c'est quelque chose d'important pour toi de donner du bien aux personnes en difficultés ?

Oui, j'ai commencé à aider les combattants thaïs, puis a commencé à aider le peuple Karen en Birmanie, ils m'ont demandé de les aider et j'ai, une fois de plus, répondu à mon devoir d'humain pour soutenir les sans visages, les réfugiés, les sous privilégiés, ceux que j'aime et que j'admire. Nous avons fait un documentaire qui a pris cinq ans pour les combattants de la KNLA (Karen National Liberation Army) et également avec ceux de la KNLA pour le conseil pour la paix, les 7èmes et 6èmes forces spéciales de la brigade, j'ai apporté des médicaments pour eux, comme ils subissaient des attaques et des difficultés, le paludisme tue tout sur son passage là-bas, les conditions sont horribles à l'intérieur de la Birmanie, c'est effrayant et très dangereux, il y a toutes sortes de maladies, des insectes, des mines terrestres, des snippers, c'est l'une des pires jungles de la planète...

 

 

Tu peux nous parler de ta carrière au cinéma ?

J'ai fais environ 50 films en tant qu'acteur, j'ai travaillé avec 8 directeurs vainqueurs des Oscars et avec de nombreux grands acteurs. Quand j'ai commencé j'ai dû acquérir de l'expérience, j'ai fais beaucoup de « merde » et plus tard quelques bons films.

J'aime « Bloodsport », car il a commencé la révolution du MMA, il a introduit le Muay Thai au cinéma américain et au cinéma de l'Ouest, « Blood in Blood Out » était aussi un grand film, « In Hell » était aussi un grand film, et « Death Warrant » aussi, j'aime Van Damme c'est une bonne personne, il m'a donné de nombreuses opportunités. Je parle plusieurs langues et mon dernier emploi a été à Hollywood où j'ai été l'un des acteurs principaux pour le réalisateurs Michael Mann, un lauréat au Oscar que je respecte beaucoup, je me suis cassé la jambe, le genou, lors du tournage de ce film commerciale. J'ai travaillé avec huit lauréats d'Oscar, qui comprend Taylor Hackford, Kathryn Bigellow, James Cameron, je suis très fier de cela, comme j'aime travailler avec la qualité en jouant de grands caractères. Ces dernières années j'ai travaillé en tant que cinéaste pour faire une série TV spéciale sur le Muay Thai que j'ai produit. En 1999, nous avons obtenu un prix au Festival de New York pour une video PSA (Public Service Annoucement) qui s’appelle « Prisonnier », nous avons battus tous les gros bonnets des entreprises avec 16.000 entrées, oui on peut y croire, le sujet est la lutte contre les gangs à Los Angeles, c'est un appel au réveil pour arrêter la folie des « home boys »...

 

JEAN-CLAUDE VAN DAMME ET PAULO TOCHA

 

 

FILM "IN HELL"

 

VIDEO PSA "PRISONER"

 

Tu veux ajouter quelque chose ?

Continu de mettre de bons articles Serge. Soutenez le Muaythai et dites la vérité. La vie est une question de choix, la vie est un grand huit incroyable, pleins de hauts et de bas. J'ai pris un engagement pour lutter contre le mal et de vivre positive, avec un travail acharné, mais ça fonctionne pour moi, c'est ma vie. J'ai vu beaucoup de bonnes et mauvaises choses, c'est pourquoi je crois en Dieu. Mais la guerre est le mal, il détruit les familles, la guerre c'est quand le diable est en fête, les gens malades créer des guerres pour leur profit, mais heureusement, le Karma rattrape la plupart d'entre eux tôt ou tard. Pour moi, l'arme la plus puissante dans le monde c'est L'AMOUR.

Le Muay Thai m'a sauvé la vie, c'est pourquoi je l'aime et le respecte, les anciens, la puissance, le Karma, il ne s'arrêtera jamais.

Nous avons créé "TOCHA FIGHT GEAR" du matériel fait par les combattants pour les combattants et les entraîneurs professionnels, fait à Bangkok, en Thaïlande. C'est de la qualité sur mesure en cuir pour le Muay Thai, la Boxe et le MMA.

Je ne peux pas voir les gens donner des coups de pied dans des paos en plastique et pire encore, l'énergie est différente. J'aime le style ancien, la sensation du cuir, de la haute performance, le son, c'est pourquoi je suis souvent à Bangkok. J’apprends aussi, aujourd'hui, spécialement à être arbitre et juge au Lumpinee stadium, la Mecque du Muaythaï, j'apprends beaucoup là-bas, les maîtres me montrent le droit chemin, ils me donnent carte blanche. Je serais le 4 mai au Lumpinee pour les ceintures de champions, je vais m'asseoir près du ring avec les Maîtres du MuayThai qui continuent à m'apprendre et à m'expliquer les règles et les modes de vie du Muay Thai, cet art qui a mille ans.

Je veux faire quelque chose de spécial avec l'engrenage des nouveaux combats, afin que nous puissions promouvoir et payer les combattants de Muay Thai pour ce qu'ils méritent vraiment, j'ai plus de trente ans d'expérience dans cet art. Merci pour ton soutien, oui PACO est de retour (rires), que Dieu vous bénisse, Dieu te bénisse Serge !

 

JEAN-CHARLES SKARBOWSKY, PAULO TOCHA ET SERGE TREFEU !

 

 

TOCHA FIGHT GEAR 

Merci beaucoup pour cette interview et Chookdee pour tes projets

 

MASTER TOCHA

 

Paulo Tocha est un homme passionné par son Art, le Muay Thai, dont il défend les valeurs avec amour et respect, un passionné aussi de la culture thaï, jusqu'à se faire tatouer des « Sak Yant » (Tatouage Traditionnelle) dans sa chair. Au États-Unis c'est devenu une figure dans le milieu du Muay Thai, il a été le premier américain à être élu membre du Conseil Mondial de Muay Thai (WMC), ainsi que le premier américain arbitre et juge à la WMC. Il est Vice Président de l'Association des États-Unis de Muay Thai (USMTA) qui est la plus grande association de Muay Thai des États-Unis. Et depuis 2001, Paulo Tocha a été accrédité en tant que juge et arbitre officiel par le WMC à Bangkok, ainsi que par le World Boxing Council de Muay Thai (WBC). Il est également autorisé en tant qu'arbitre pour le MMA par la commission d’État du Nevada. En 2009, il a reçu le diplôme «d' Entraîneur de Champion de Muay Thai » par la célèbre organisation « Masters Hall of Fame » !

 

 

Aujourd'hui, il enseigne le Muay Thai à Hollywood. Mais c'est aussi un homme de cœur qui s'engage dans des missions sociales afin d'aider les personnes en difficultés. Il a travaillé avec le « GAP » (Gang Alternatives Program), l'une des plus grandes associations de préventions contre les gangs à Los Angeles. De part sa propre expérience des gangs, Paulo Tocha a su inculquer à des membres les plus durs des gangs, le respect, la discipline et les mœurs. Et cela grâce à l'apprentissage du Muay Thai à ces jeunes adolescents en difficultés. Paulo Tocha mériterait un film sur sa vie rocambolesque, son adolescence vécue dans les gangs, la découverte de la boxe qui lui a permit de sortir de la rue, son refus de servir dans l'armée Sud Africaine pour ne pas aller combattre contre ses frères au Mozambique, sa longue vie en Asie, son expérience en Thaïlande au sein du plus grand camp de boxe thai de l'époque, ses combats de boxe thai, son action humanitaire en Birmanie au côté du KNLA (Karen National Liberation Army), son parcours en tant qu'acteur dans les films d'actions de Hong Kong jusqu'à Hollywood, et sa passion pour la culture du Muay Thai...

 

007a (1)
14
015
163775_490550707915_531487915_6115386_6821368_n
164306_490548312915_531487915_6115338_910499_n
165674_490548437915_531487915_6115340_4708131_n
168762_490548047915_531487915_6115335_3368032_n
179239_490546407915_531487915_6115307_5949410_n
179395_490548377915_531487915_6115339_6303434_n
208652_10150141936077916_531487915_6575810_1605397_n
24410_379243737915_531487915_3910938_2154115_n
24410_379366442915_531487915_3914256_6303798_n
247221_10150202744602916_531487915_7094703_850337_n
260130_10150210041982916_531487915_7167794_6078904_n
26421_376086827915_531487915_3825332_6823934_n
26421_376918567915_531487915_3844880_7775500_n
269707_10150230843987916_531487915_7290182_961361_n
269901_10150233558557916_531487915_7320508_2914403_n
284465_10150245186567916_531487915_7426305_8198777_n
28792_384741037915_531487915_4041498_6336540_n
299237_10150302073102916_531487915_7906627_471970014_n
3
30052_393841412915_531487915_4242426_4473829_n
301760_10150272271982916_531487915_7693995_1533193_n
307532_10150270258757916_531487915_7674365_2170367_n
309591_10150307987572916_531487915_7939985_765625343_n
310301_10150307986312916_531487915_7939980_1502174813_n
316028_10150284831752916_531487915_7803426_2116060857_n
316828_10150295428082916_531487915_7866670_758077344_n
317808_10150299065512916_531487915_7891860_1223182185_n
32
321601_10150307985572916_531487915_7939977_369610963_n
35
378830_10150401167817916_531487915_8385233_227803092_n
381669_10150433284617916_531487915_8483077_713991974_n
382575_10150368050277916_531487915_8273918_54310682_n
4
402444_321514284550764_243421512360042_816155_1416269157_n
405360_10150456344737916_531487915_8583905_1045811734_n
420227_10150560566792916_531487915_8919527_353726965_n
5
8
96peenang
birmanie
birmanie2
Boonlai
Boonlaisorthanikul
borntodefend
BossSorthanikul
buakaw
changpuekkiatsongkrit
Coach 1
fathergracie
gant1
gant2
juliekitchen
n531487915_1587132_6974035
paco_bloodsport
paulo
referee
tatoo
tatoo2
Tochagym
tochagym2
trainer
01/65 
start stop bwd fwd

 

@ « Siamfightmag retransmet avec exactitude les propos des personnes interviewés qui n'engagent qu'eux même »

 

MUAYDEETSPORT

MUAY TIES

Lumpinee Boxing Stadium