LE CÉLÈBRE ENTRAÎNEUR DE CHAMPION MMA DANIEL WOIRIN COME BACK IN FRANCE !

Special report by Serge TREFEU (2017)




 

Daniel Woirin, entraîneur de grands champions MMA, qui a préparé les meilleurs combattants de MMA durant huit ans au Brésil puis pendant sept ans aux États-Unis, est de retour dans son pays natal, la France. Il a posé ses valises dans le sud de la France et donne maintenant des cours notamment dans le club de Freddy Lepine à Nice.

 

DANIEL WOIRIN AVEC FREDDY LEPINE

 

Freddy Lepine est un entraîneur charismatique qui a préparé beaucoup de champions pour leur combat comme le redoutable Fred Boigeol (Champion d'Europe de boxe thaï, champion d'Europe de Kick Boxing), le champion de France Olivier Simon (RIP) et bien d'autres.

Aussi, Freddy Lepine est devenu l'un des rares professeurs à donner des cours de boxe en prison. Pendant 26 ans, de 1987 à 2013, il a apprit la boxe à des détenus incarcérés à Fleury-Mérogis grâce à l'association A.S.S.O.D.A.S.

Aujourd'hui, à 65 ans, il donne toujours des cours et des stages dans le sud de la France.

 

KHRU LEPINE

 

Freddy Lepine nous présente The Teacher Daniel Woirin, ancien combattant de Muay Thai et entraîneur de stars du MMA, un french qui a percé au pays du Free Fight !

 

DANIEL WOIRIN EST UN ENTRAÎNEUR PASSIONNÉ

 

DANIEL WOIRIN DONNE DÉSORMAIS DES STAGES DANS TOUTE LA FRANCE

 

 

Présentation de Daniel Woirin

Je m’appelle Daniel Woirin, j'ai 48 ans, je suis marié et père de deux enfants. Je suis Coach Professionnel de Muay Thai MMA depuis 15 ans.

J'ai une vingtaine de combats en Muay Thai et je suis titulaire d’un brevet d'état sport pour tous (BEESAPT).

Je suis trilingue, français, anglais et portugais.

 

DANIEL WOIRIN A ÉTÉ UN REDOUTABLE COMBATTANT DE MUAY THAI DANS LES ANNÉES 90



DANIEL WOIRIN AVEC SON COACH MUSTAPHA BENATTIA (CHAMPION D'EUROPE)



Quelles sont les influences de tes recherches ?

J'ai effectuée la première grande recherche dans ma spécialité en tant qu'entraîneur, lorsque je travaillais dans les écoles primaires.

J'ai mis en place l'activité Pieds-Poings dans le cadre scolaire.

Mon projet a eu l'agrément de l'Education Nationale et faisait partie du programme scolaire au même titre que l'histoire. A l'époque, il n'y avait pas de référence dans le domaine des activités pugilistiques. J'ai fait office de précurseur.

Par la suite, ce travail dans les écoles m'a permis d'intégrer la Commission Éducative de la FMDA (Fédération de Muay thai).

On avait pour mission de créer un fascicule de Muay Thai éducatif.

De fil en aiguille je suis devenu entraîneur de l'équipe de France de Muay Thai.

Ta méthode pédagogique ?

Ma méthode pédagogique est une méthode active basée sur la pratique.

Je n'aime pas les explications trop longues. Je suis plus dans l'action.

Chaque individu est différent et demande une réponse technico-tactique adaptée.

Mon expérience de haut niveau en tant que Coach Professionnel de MMA au Brésil et aux USA m’a démontré que seule la victoire compte

Ta vision du Muay Thai MMA ?

Le Muay Thai, surnommé « l'Art des 8 armes », représentant les deux coudes, genoux et tibias avec aussi les saisies, le clinch et les projections est l’Art le plus adapté au MMA.

Maintenant je rappelle que tout ce qui est mouvement, appui et déplacement dans l'espace a demandé une adaptation face aux lutteurs et aux grappleurs qui n'ont peut-être pas les mêmes qualités pugilistiques, mais qui sont redoutables à moyennes et courtes distances.

Donc j'intègre dans ma méthodologie tous ces paramètres qui font l'âme du MMA.

Qu'est ce qui t’a animé ? Ton parcours pendant ces années au Brésil et aux USA ?

La passion et le goût du défi est le moteur de ma motivation.

La première fois, c'était quand je suis devenu l’entraîneur officiel d'Anderson Silva. Il a mis knock-out James Irwin à Las Vegas avec l'une de mes techniques, qui est d'ailleurs devenue un classique en MMA.

J'ai vécu des moments incroyables avec les meilleurs combattants du monde (Anderson Silva, Hendo, Lyoto Machida, Victor Belfort, Rogerio Minautoro etc...) et cela ne s'achète pas.

J'ai vécu 8 ans à Rio de Janeiro et 7 ans en Californie où j'ai entraîné les meilleurs combattants de la planète, mais je me remets toujours en question.

Maintenant j’entraîne des combattants ukrainiens moins connus mais la passion et les défis sont toujours intacts, donc tout va bien.

 

DANIEL WOIRIN AVEC « THE SPIDER » ANDERSON SILVA (CHAMPION POIDS MOYENS UFC, 43 COMBATS, 34 VICTOIRES (20 KO), 8 DÉFAITES, RECORD DE SON TITRE UFC AVEC 10 DÉFENSES VICTORIEUSES)



DANIEL WOIRIN AVEC CHINZO MACHIDA (7 COMBATS PRO MMA, 5 VICTOIRES, 2 DÉFAITES) ET « THE DRAGON » LYOTO MACHIDA (CHAMPION POIDS MI-LOURDS UFC, 29 COMBATS, 22 VICTOIRES (9 KO), 2 DÉFAITES)



DANIEL WOIRIN AVEC « THE DANGEROUS » HENDO DAN HENDERSON (CHAMPION POIDS MOYENS UFC, CHAMPION POIDS MOYENS PRIDE, CHAMPION POIDS MI-LOURDS STRIKEFORCE, 47 COMBATS, 32 VICTOIRES (16 KO), 15 DÉFAITES)



Ton regard et ta conclusion sur ce chemin martial ?

Il ne faut pas rester fermé sur une façon de travailler et avoir une ouverture d'esprit.

On voit beaucoup trop de méthodes formatées avec une pensée unique. Il faut un peu de créativité et un peu de folie aussi.

Tous est possible en MMA !

Ce qui est vraiment important ce sont les fondamentaux, et de les répéter sans cesse jusqu'à ce que cela devienne naturel.

Ton avis sur l'avenir de l'UFC ?

L'UFC est la plus grande organisation au monde de MMA et bat de très loin tous ses concurrents par son professionnalisme et par sa médiatisation.

C'est la première division du MMA et tout est fait pour mettre en avant ses combattants, mais il y a aussi l'autre côté de la médaille :

- licenciements des combattants de manière abusive et parfois sans motifs.

- les primes des combattants pas en adéquation avec les profits de l'UFC (sauf pour les tops).

Je pense que dans un futur proche, un syndicat va se créer, un peu comme au basket ce qui va générer plus de gains pour les combattants et donc par effet de levier pour les coachs aussi.

Ma façon d’entraîner et mes techniques adaptées au MMA ont eu une grande influence au Brésil et aux USA mais inversement j’ai été aussi influencé par leurs méthodes de coaching et par leur façon de voir.

Par exemple, au Brésil, ils étaient plus dans le concret et n’attachaient que très peu d'importance au CV, mais plus au bouche à oreilles. Aux USA aussi, les diplômes importent peu, pas besoin de diplôme pour être coach.

 

DANIEL WOIRIN AVEC LES CHAMPIONS MMA TAREC SAFFIEDINE, LUKE ROCKHOLD, DAN HENDERSON



Et toi après toutes ces aventures, quelles sont tes aspirations ?

Je suis revenu en France après 15 ans. C'est en quelque sorte un retour aux sources. Cela m’a permis d'avoir du recul et d'apprécier ce pays magnifique qu'est la France.

J'habite dans le sud de la France maintenant avec ma famille où j'essaie de passer le plus de temps possible avec eux. J'ai beaucoup de projets en perspective...

Un grand merci à Freddy Lépine pour l'interview, à Johnny Frachey pour son aide et aussi à la LSA Lisse Academy pour nous avoir prêté l'espace.

Merci à Cyrille Diabaté pour son aide aux USA.

Merci à ma femme pour sa compréhension !

 

DANIEL WOIRIN, CYRILLE DIABATÉ, DAN HENDERSON, RICARDO FELICIANO



SÉANCE AUX PAOS AVEC « THE SNAKE » CYRILLE DIABATÉ (30 COMBATS EN MMA, 19 VICTOIRES (8 KO), 10 DEFAITÉS, 1 NUL, CHAMPION DU MONDE DE MUAY THAI, CHAMPION DU MONDE DE KICK BOXING, CHAMPION DU MONDE DE KARATÉ SHIDOKAN)



TECHNIQUE DE MUAY THAI POUR LE MMA AVEC DANIEL WOIRIN

 

 

Biographie de Daniel Woirin tiré de son website :

www.danielwoirin.com

Né de l’autre côte du périphérique le 30 janvier 1969 en France à Montreuil en banlieue Parisienne, Daniel Woirin est issu d'une famille plutôt modeste pour l’époque.

Il se débrouilla très vite seul pour exister, de tempérament explosif et bagarreur, il découvrit par lui même la rudesse du monde de la rue. Désertant ainsi les bancs de l’école car n’y voyant pas d’avenir, il décida de se prendre en main afin de canaliser toute cette énergie débordante au travers de son sport de prédilection : le Muay Thaï.

Fréquentant les salles de boxe de sa région, il rencontra à 13 ans son premier entraîneur, Djamel Berrandou, le propulsant ainsi naturellement deux ans plus tard pour son premier combat sur les rings de Nanterre (Hauts-de-Seine) contre un combattant nommé «Djamaï» pour un match nul bien engagé qu’il se souviendra longtemps.

À cette époque, dans les années 80, les combats amateurs se faisaient sans protection mais déjà avec les règles professionnelles, ce qui impliquait bien des douleurs et demandait surtout un courage d’acier pour ne pas baisser les bras, Daniel, lui, continua...

Faisant son petit bonhomme de chemin dans ce milieu devenue Son monde, il se sépara de son premier entraîneur pour rejoindre Roger Paschy (véritable précurseur de la boxe thaïlandaise en France et l'un des pionniers en Europe), puis Pud Pad Noy (reconnu comme l'un des dix meilleurs boxeurs thaïs de tous les temps, installé en France) et pour finir, l’une des plus importantes pour Daniel, son mentor, Mustapha Benattia, qui l’accueillit comme un membre de sa famille lui transmit une confiance à toute épreuve et cette formidable envie de vaincre qui le suit toujours de nos jours en tant qu’entraîneur reconnu outre-Atlantique.

À 20 ans, il s’envole pour la Thaïlande (Le pays du Muay Thaï) et y découvre le camp d’entraînement spécialisé le Pinsitchai dans la périphérie de Bangkok pour parfaire ses techniques de combat. Il y séjournera plusieurs semaines, mais Daniel s’aperçut qu’il fallait en découvrir plus sur cette culture dédiée à son sport et, il y retourna à plusieurs reprises pour peaufiner son rêve de devenir un jour champion.

Représentant la France dans les années 90, il combattu à haut niveau d’illustres champions tels que Kertubi, Leidouni, Jeremie Charlet ou encore Khaled «le champion du monde Muay Thaï en titre à cette époque» pour ne citer qu’eux et gravi les échelons pour se forger un palmarès élogieux.

Lors d’un mémorable combat contre Khaled en 1990, son rêve tourna au drame à la cinquième et dernière reprise, à 30 secondes du gong final de ce rude affrontement où tout était encore possible, Daniel brisa toutes ses chances de devenir à son tour champion du monde de boxe Thaïlandaise en se fracturant le tibia et du stopper l’affrontement malgré cette légendaire rage de vaincre qui le galvanisait.

Suite à cette grave blessure qui le sortit des rings et de toute compétition, il reprend ses études afin d’obtenir son brevet d’états d’enseignement sportif et devient éducateur au service des sports de la ville de Châtillon (Hauts-de-Seine), il y développa par la suite l'activité Pieds-Poings sur une période de 3 ans pour les écoles primaires, activité faisant partie du temps scolaire agréé par l'éducation nationale.

En parallèle, il s’associe avec la Fédération Française de Muay Thaï, et participe au sein de la commission éducative pour l’attribution des passages de grade des futurs champions.

Il entraînera l'équipe de France durant les championnats d'Europe de 2002 à Lille où la France termina la plus médaillée, Kamel Malki et Vatsana Sedone arrachent l'or en Junior, Thery et Jean Baptiste Mylonas prennent l'argent, les seniors quant à eux arrachent trois médaillés d'or, Kabbourie Rachid, Fayçal Akhalafa et Thomas Dupuis.

En 2002, la vie de Daniel prend un tournant radical, il décide de s'installer à Rio De Janeiro en famille pour des raisons personnelles.

Une fois sur place, il se rendit compte que ses talents d’entraîneur pouvaient également voir le jour et franchit quelques portes de salle de boxe pour à nouveau retrouver cette ambiance électrique de claquements de cordes à sautées sur les parquets.

Rencontrant très vite des personnes influentes du milieu, on lui donne la possibilité d’assister à quelques séances.

De fil en aiguille, tout le monde s’accorde à dire que ce petit Français doit être bien plus qu’un simple remplaçant et devient naturellement une référence dans l’apprentissage du Muay Thaï au pays de la Capoeira et du Jujitsu Brésilien.

Son nom se détacha du lot lorsqu’il entraîna individuellement Ricardo Arona (stars mondial de MMA) pour une victoire expéditive sur Sakuraba (champion Japonais).

Cette victoire lui ouvrit les portes de la RFT de Marcio Cromado comme spécialiste du Muay Thaï en y pratiquant son art durant une année.

Généreux en effort et toujours prêt à mouiller le maillot, ses bons résultats se firent connaître aux oreilles de la Black House (équipe de MMA au premier rang mondial) de Carlao Barreto et Joinha où figure Anderson Silva (actuel champion du monde), Lyoto Machida, Victor Belfort etc...

Un article de presse paru sur Karaté Bushido consacré à son œuvre en mai 2009, Daniel Woirin est aujourd’hui l’un des meilleurs (striking coach) de son époque en MMA.

Mais cela ne s’arrête pas là, tout est devant Daniel pour qu’il soulève enfin cette fameuse ceinture de champion du monde et devenir L’une des références mondiales en entraînement Pieds-Poings à la Française.

Après avoir passé quatre années avec la Team Quest, Daniel est maintenant installé à Los Angeles avec la Black House MMA.